Pourquoi le bâillement est-il si contagieux ?

Une recherche suggère que le bâillement est si contagieux à cause de réflexes primitifs qui sont déclenchés dans le cortex moteur primaire qui est une région du cerveau associée à la fonction motrice. Le bâillement fait partie des échophénomènes et leur compréhension permettra de mieux traiter des troubles comme le syndrome de Tourette ou l’épilepsie.


Une recherche suggère que le bâillement est si contagieux à cause de réflexes primitifs qui sont déclenchés dans le cortex moteur primaire qui est une région du cerveau associée à la fonction motrice. Le bâillement fait partie des échophénomènes et leur compréhension permettra de mieux traiter des troubles comme le syndrome de Tourette ou l'épilepsie.

Vous vous sentez fatigué ? Mais même quand vous ne l’êtes pas, vous allez bâiller par si vous voyez quelqu’un qui bâille. Des experts de l’Université de Nottingham ont publié des recherches qui suggèrent que la propension humaine au est déclenchée automatiquement par des réflexes primitifs dans le primaire qui est une zone du responsable de la fonction motrice.

Leur étude a été publiée dans la revue Current Biology. C’est une autre étape dans la recherche sur la sous-jacente des troubles neuropsychiatriques et leur recherche de nouvelles méthodes de traitement.

Leurs dernières découvertes montrent qu’on a dû mal à résister quand quelqu’un baille devant vous. Et notre envie de bâillement augmente si on nous conseille de résister au bâillement. Mais même si vous tentez d’étouffer votre bâillement et que cela change la façon dont vous bâillez, cela ne réduira pas votre envie de bâiller. Mais les chercheurs ont découvert que l’envie de bâillement est individuelle à chacun de nous.

Stephen Jackson, professeur de neuroscience cognitive à l’École de psychologie, a dirigé l’étude pluridisciplinaire. Il a déclaré : Nous suggérons que ces résultats peuvent être importants pour mieux comprendre l’association entre l’excitabilité motrice et l’apparition d’échophénomènes dans un large éventail de conditions cliniques qui ont été associées à une excitation urinaire accrue ou à une diminution de l’inhibition physiologique comme l’épilepsie, la démence, l’autisme et le syndrome de Tourette.

L’ n’est pas seulement un trait humain

Le bâillement contagieux est déclenché involontairement quand on observe une autre personne en train de bâiller et c’est une forme fréquente de l’échophénomène. Un échophénomène est une imitation automatique des mots d’autrui (écholalie) ou des actions (échopraxie). Et ce ne sont pas seulement les humains qui ont une propension à un bâillement contagieux, car on l’observe aussi chez les chimpanzés et les chiens.

On peut également observer les échophénomènes dans un large éventail de conditions cliniques liées à une excitabilité corticale accrue ou à une diminution de l’inhibition physiologique comme l’épilepsie, la démence, l’autisme et le syndrome de Tourette.

La base neurale pour le bâillement contagieux

On ignore la base neurale des échophénomènes. Pour tester le lien entre l’excitabilité motrice et la base neurale pour le bâillement contagieux, l’équipe de recherche a utilisé la stimulation magnétique transcrânienne (TMS). Ils ont recruté 36 adultes et ces bénévoles ont vu des clips vidéo montrant quelqu’un en train de bâiller et ils ont reçu l’ordre de résister ou non au bâillement.

Les participants ont été filmés et on a compté leurs bâillements qu’ils soient étouffés ou non. En outre, les chercheurs ont enregistré l’envie perçue par chaque participant au bâillement. En utilisant la stimulation électrique, les chercheurs ont pu augmenter l’envie de bâiller.

Georgina Jackson, professeure de neuropsychologie cognitive à l’Institut de la santé mentale a déclaré : Cette recherche a montré que la pulsion augmente quand vous essayez de résister. En utilisant la stimulation électrique, nous avons pu augmenter l’excitabilité et augmenter ainsi la propension pour un bâillement contagieux. Si nous pouvions réduire l’excitabilité chez les personnes atteintes du syndrome de Tourette, alors nous pourrions réduire les tics propres à cette maladie.

La recherche de traitements personnalisés

La TMS a été utilisée pour quantifier l’excitabilité corticale du moteur et l’inhibition physiologique pour chaque participant et prédire la propension du bâillement contagieux chez tous les volontaires. Les mesures de TMS se sont avérées être des prédicteurs significatifs du bâillement contagieux et elles ont démontré que la propension de chaque individu à bâiller contagieux est déterminée par l’excitabilité corticale et l’inhibition physiologique du cortex moteur primaire.

Le professeur Stephen Jackson a déclaré : Si nous pouvons comprendre comment les altérations de l’excitabilité corticale donnent lieu à des troubles neuraux, alors nous pouvons potentiellement les inverser. Nous recherchons des traitements personnalisés et la TMS pourrait être efficace dans la modulation des déséquilibres dans les réseaux du cerveau.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *