dimanche , 22 octobre 2017

Méditation et pleine conscience (Mindfulness) : Manque cruel de preuves et de rigueur scientifique

Un papier par 15 experts estime que les pratiques de la méditation et de la pleine conscience (Mindfulness) sont largement répandues alors que les études scientifiques, montrant leur efficacité, manquent cruellement. L’absence d’essais randomisés, l’utilisation de l’imagerie cérébrale sans connaitre les nuances, le manque de définition précise de la Mindfulness et de la méditation sont autant d’obstacles pour les considérer comme des pratiques médicales sérieuses.


Méditation et pleine conscience (Mindfulness) : Manque cruel de preuves et de rigueur scientifique
Des preuves scientifiques fiables manquent cruellement pour déterminer l’efficacité de la pleine conscience (connu comme la Mindfulness) et de la méditation selon un groupe de 15 experts dans un nouveau papier dans Perspectives on Psychological Science.1 Le papier offre une évaluation critique et un programme prescriptif pour aider le domaine de la pleine conscience à proposer de la rigueur scientifique dans ses recherches et ses implémentations cliniques.

Une popularité croissance de la pleine conscience et de la méditation

Ces dernières années, on a observé une popularité croissante dans les médias et les papiers scientifiques sur la pleine conscience et la méditation selon les auteurs, mais également leur mise en oeuvre dans les interventions médicales allant de la dépression jusqu’à l’addiction, la douleur et le stress. L’adoption généralisée de ces thérapies les a amenés dans des domaines où on doit les contrôler avec la plus grande précision.

La désinformation et la mauvaise méthodologie associées aux études précédentes sur la pleine conscience peuvent amener les consommateurs publics à être trompés et déçus. Le co-auteur Willoughby Britton, professeur adjoint de psychiatrie et de comportement à la Warren Alpert Medical School of Brown University a déclaré : Nous exagérons parfois les avantages de la pleine conscience pour des personnes qui souffrent de trouble sans proposer la prudence ou la nuance nécessaire sans oublier les critères de formation des instructeurs et des sciences fondamentales autour du mécanisme d’action.

Un papier par 15 experts estime que les pratiques de la méditation et de la pleine conscience (Mindfulness) sont largement répandues alors que les études scientifiques, montrant leur efficace, manquent cruellement. L'absence d'essais randomisés, l'utilisation de l'imagerie cérébrale sans connaitre les nuances, le manque de définition précise de la Mindfulness et de la méditation sont autant d'obstacles pour les considérer comme des pratiques médicales sérieuses.

La possibilité d’effets dangereux ou négatifs a été largement ignorée dans la pleine conscience. Cette situation n’est pas propre à la pleine conscience, mais en raison de l’utilisation répandue de cette technique dans la santé mentale, les écoles et les applications, ce n’est pas idéal du point de vue de la santé publique.

Des études scientifiques douteuses ou existantes

L’auteur principal Nicholas Van Dam, psychologue clinicien et chercheur en sciences psychologiques à l’Université de Melbourne en Australie, a déclaré que le point du papier n’est pas de dénigrer la pratique de la méditation, mais de veiller à ce que leurs applications pour améliorer les états mentaux et la santé physique reflètent davantage les preuves scientifiques. Jusqu’à présent, ces preuves scientifiques sont quasi inexistantes selon les principales analyses des preuves disponibles en 2007 et en 2014.

Les auteurs estiment qu’il peut y avoir quelque chose de bénéfique sur la pleine conscience et la méditation. Nous pensons que ces pratiques pourraient aider les gens. Mais la rigueur, qui devrait s’accompagner de l’élaboration et de l’application, manque cruellement. Les résultats de quelques études à grande échelle menées jusqu’ici sur ces pratiques se sont révélés anecdotiques dans le meilleur des cas.

Le co-auteur David E. Meyer, professeur de psychologie à l’Université du Michigan, a ajouté : Parfois, les domaines vraiment prometteurs sont plombés par des efforts pour les exploiter à tout prix sans aucune preuve. Ensuite, les praticiens de ces méthodes doivent prendre du recul en évaluant l’état de l’art pour progresser à nouveau.

La quantité de publications, dans les médias ou les revues scientifiques, sur la méditation et la pleine conscience, mais la rigueur scientifique est souvent absente malgré la quantité de publications - Van Dam et. al.

La quantité de publications, dans les médias ou les revues scientifiques, sur la méditation et la pleine conscience, mais la rigueur scientifique est souvent absente malgré la quantité de publications – Van Dam et. al.

Les efforts futurs visant à améliorer la qualité de la recherche sur la pleine conscience et la méditation seront renforcés par un nouveau centre de recherche à l’Université Brown, dirigé par Eric Loucks, professeur agrégé à l’École de santé publique de l’université. La mission du centre sera d’effectuer des recherches de haute qualité et méthodologiquement rigoureuses sur les impacts de la pleine conscience sur la santé et d’offrir des ressources collaboratives et fondées sur des preuves pour les hôpitaux, les écoles et les entreprises qui souhaitent offrir des interventions axées sur la pleine conscience selon Loucks.

Des domaines encore très récents

Parmi les plus grands problèmes concernant ces domaines, il y a le fait que la pleine conscience est mal définie à la fois dans les médias populaires et dans la littérature scientifique. Selon les auteurs, il n’existe aucune définition universellement acceptée de la pleine conscience. En conséquence, les papiers ont varié largement dans ce qu’ils examinent réellement et souvent, leur compréhension de la pleine conscience peut être difficile à discerner.

Un papier par 15 experts estime que les pratiques de la méditation et de la pleine conscience (Mindfulness) sont largement répandues alors que les études scientifiques, montrant leur efficace, manquent cruellement. L'absence d'essais randomisés, l'utilisation de l'imagerie cérébrale sans connaitre les nuances, le manque de définition précise de la Mindfulness et de la méditation sont autant d'obstacles pour les considérer comme des pratiques médicales sérieuses.

Toute étude qui utilise le terme Mindfulness doit être soigneusement examinée en précisant exactement le type de mindfulness qui a été impliqué, les instructions explicites qui ont été données aux participants selon les auteurs. Quand la méditation est utilisée dans une étude, il faut examiner si un type spécifiquement défini de la pleine conscience ou d’une autre méditation était la pratique cible.

Sans termes spécifiques et bien définis pour décrire non seulement les pratiques, mais aussi leurs effets, les études d’interventions telles que la réduction du stress basée sur la pleine conscience (MBSR) ne peuvent pas fournir des mesures valides et comparables pour produire des preuves fiables. Dans le cadre des solutions proposées, l’étude actuelle offre une liste non exhaustive des caractéristiques définissant les pratiques de la pleine conscience et de la méditation.

Une plus grande rigueur est nécessaire

En plus des définitions spécifiques, précises et standardisées, on a également besoin d’améliorations semblables dans la méthodologie de recherche selon les auteurs. De nombreuses études d’intervention manquent ou elles n’ont aucun groupe de contrôle selon Van Dam. La méditation et la pleine conscience échouent également pour garantir la cohérence dans ce qu’ils mesurent et comment mesurer les aspects perçus comme étant les plus importants pour la pleine conscience.

Ce type de produit montre les escroqueries fréquentes pour exploiter la méditation et la pleine conscience

Ce type de produit montre les escroqueries fréquentes pour exploiter la méditation et la pleine conscience

Van Dam a déclaré que ce domaine ressemble aux recherches psychologiques précédentes sur l’intelligence. Ce concept s’est avéré trop large et trop vague pour le mesurer directement. Mais en fin de compte, les psychologues ont fait des progrès en étudiant les capacités cognitives particulières qui peuvent rendre les gens plus ou moins intelligents.

Ainsi, les auteurs écrivent : Nous recommandons que les recherches futures sur la pleine conscience visent à produire un ensemble de travaux pour décrire et expliquer les modifications avec la pleine conscience et on peut citer des fonctions biologiques, émotionnelles, cognitives, comportementales et sociales ainsi que d’autres fonctions mentales et physiques.

Les soins cliniques

Une grande variété de pratiques contemplatives ont été étudiées pour de nombreux troubles, mais dans les études élémentaires et cliniques de la pleine conscience et de la méditation, les chercheurs ont rarement avancé au stade où ils peuvent déterminer avec certitude si des effets particuliers ou des avantages spécifiques ont résulté directement de la pratique. Mesurés par le modèle de la recherche clinique des National Institutes of Health, seuls 30 % des interventions basées sur la conscience (MBI) ont dépassé la première étape et seulement 9 % ont testé l’efficacité dans une clinique de recherche contre un contrôle actif.

Compte tenu de l’absence de rigueur scientifique dans de nombreuses recherches cliniques, les preuves de l’utilisation des MBI dans des contextes cliniques devraient être considérées comme préliminaires selon les auteurs. Nous proposons des critères rigoureux et exhaustifs pour les recherches futures selon Van Dam.

L'industrie de la méditation pèse plusieurs milliards de dollars alors que les preuves scientifiques manquent cruellement

L’industrie de la méditation pèse plusieurs milliards de dollars alors que les preuves scientifiques manquent cruellement

La réplication d’études précédentes avec des essais randomisés appropriés et des groupes de contrôle actif appropriés sera essentielle selon les auteurs. Dans le cadre de ces travaux, nous recommandons que les chercheurs fournissent des détails explicites sur les mesures de la pleine conscience, les résultats primaires, les pratiques de la pleine conscience et la méditation et le protocole d’intervention.

Les chercheurs et le personnel médical impliqués dans la prestation de MBI sont déjà plus vigilants sur les effets négatifs possibles selon les auteurs, mais il y a encore beaucoup de progrès à faire. En 2015, moins de 25 % des essais cliniques de la méditation ont été surveillés activement pour des expériences négatives ou difficiles.

Les neurosciences contemplatives

Van Dam a déclaré que les efforts récents visant à évaluer les corrélations neuronales de pleine conscience et de la méditation, avec les technologies telles que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la magnétoencéphalographie, pourraient proposer une nouvelle rigueur dans ces domaines. Néanmoins, lui et ses co-auteurs expriment également leur inquiétude selon laquelle ces technologies n’ont pas encore atteint le niveau de précision nécessaire.

Les auteurs notent que les technologies telles que l’IRM dépendent des sujets qui doivent rester immobiles et la qualité de l’imagerie peut être affectée par le taux de respiration des sujets. Les pratiquants expérimentés de la méditation sont plus adaptés au maintien d’états physiologiques idéaux pour les études IRM que les individus inexpérimentés. En raison de ces facteurs problématiques, les différences entre les groupes dans les scans cérébraux n’auraient aucun lien avec l’état mental que les chercheurs tentent de mesurer. En effet, les différences dans les scans pourraient être simplement provoquées par le mouvement de la tête ou les différences de respiration.

La neuroscience contemplative a souvent conduit à des interprétations trop simplistes des phénomènes neurocognitifs selon les auteurs. En raison de ces simplifications excessives, les avantages méditatifs peuvent être exagérés en provoquant une pression sociale pour pratiquer la méditation et la pleine conscience alors que les effets sont inefficaces.

En fin de compte, c’est l’inquiétude partagée des auteurs : Une recherche insuffisante peut induire les gens à penser que des signes vagues de Mindfulness et de méditation sont des résultats spectaculaires alors que ces interventions ne peuvent être utiles qu’à des personnes particulières dans des circonstances particulières. De plus, des études scientifiques sont nécessaires pour clarifier ces questions. Sinon les gens peuvent perdre du temps et de l’argent ou subir des effets indésirables inutiles.

Sources

1.
Perspectives on Psychological Science. Perspectives on Psychological Science. http://dx.doi.org/10.1177/1745691617709589. Accessed October 10, 2017.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, average: 4,80 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Un commentaire

  1. Article intéressant qui confirme des recherches antérieures. Une méta-analyse, publiée début 2014 dans le Journal of American Medical Association, Internal Medicine, conclut que les résultats de la mindfulness en termes de santé sont « faibles à modérés » sur l’anxiété, la dépression et la douleur. Professeur de médecine interne à l’Ecole de Médecine Johns Hopkins, Madhav Goyal, principal auteur de cette méta-analyse, estime que des recherches plus approfondies sur des échantillons plus significatifs sont nécessaires. La méta-analyse qu’il a conduite porte sur un échantillon de 3500 participants à 47 études. Après évaluation vigilante de l’effet placebo de ces études, Madhav Goyal estime que les effets de la pleine conscience ne sont pas suffisamment significatifs sur la santé, l’humeur, les habitudes alimentaires, le sommeil ou la régulation du poids. Ce constat vient confirmer celui de l’American Heart Association qui classait en 2013 la pleine conscience parmi les techniques de méditation dont les études n’apportaient pas suffisamment de preuves scientifiques quant à leurs effets positifs sur l’hypertension. AUtre piste : James C. Coyne, PhD, Professeur de Psychologie de la Santé au Centre Médical de l’Université de Groningen, Hollande, Conseiller scientifique à la Commission Européenne et Contributeur au blog ‘Science Based Medicine’, ‘Mind the Brain’ a également souligné le manque de preuves des recherches sur la pleine conscience. John Kabat Zin, fondateur de la pleine conscience ne s’en est d’ailleurs pas caché lors de sa conférence à l’Université de Médecine de Strasbourg en 2016.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG