vendredi , 15 décembre 2017

L’addiction au Smartphone crée un déséquilibre dans le cerveau

Une étude suggère que l’addiction au Smartphone et à internet crée un déséquilibre chimique dans le cerveau. L’étude a concerné des jeunes en Corée du Sud, un pays touché par ce type d’addiction, mais il faut pondérer à cause de la taille minimale de l’échantillon.


L’addiction au Smartphone crée un déséquilibre dans le cerveau
Selon une étude présentée lors de la réunion annuelle de la Société radiologique d’Amérique du Nord (RSNA), les chercheurs ont découvert un déséquilibre dans la chimie du cerveau chez des jeunes dépendants aux smartphones et à Internet. Selon une récente étude du Pew Research Center, 46 % des Américains estiment qu’ils ne pourraient pas vivre sans leur smartphone. Même si ce sentiment est clairement hyperbolique, de plus en plus de personnes dépendent de plus en plus des smartphones et d’autres appareils électroniques portables pour les actualités, la recherche d’informations, les jeux et même les appels téléphoniques occasionnels.

Le problème de l’addiction au Smartphone et à internet

Avec une préoccupation croissante que les jeunes passent trop de temps à regarder leur téléphone au lieu d’interagir avec d’autres, les chercheurs se posent des questions sur les effets immédiats sur le cerveau et les conséquences possibles à long terme sur de telles habitudes.

Une étude suggère que l'addiction au Smartphone et à internet crée un déséquilibre chimique dans le cerveau. L'étude a concerné des jeunes en Corée du Sud, un pays touché par ce type d'addiction, mais il faut pondérer à cause de la taille minimale de l'échantillon.

Hyung Suk Seo, professeur de neuroradiologie à l’Université de Corée à Séoul en Corée du Sud et ses collègues ont utilisé la spectroscopie par résonance magnétique (MRS) pour obtenir un aperçu unique du cerveau des adolescents dépendants des smartphones et d’Internet. Le MRS est un type d’IRM qui mesure la composition chimique du cerveau.

L’étude a porté sur 19 jeunes (âge moyen : 15,5 ans, 9 garçons) diagnostiqués avec une dépendance à internet ou au smartphone et 19 témoins en bonne santé appariés selon le sexe et l’âge. 12 des adolescents accrocs ont suivi une thérapie cognitivo-comportementale pendant 9 semaines, qui a été modifiée à partir d’un programme de thérapie cognitive pour la dépendance au jeu, dans le cadre de l’étude.

Les chercheurs ont utilisé des tests normalisés d’addiction à Internet et au smartphone pour mesurer la gravité de la dépendance à Internet. Les questions portaient sur la mesure dans laquelle l’utilisation d’Internet et des smartphones influe sur les routines quotidiennes, la vie sociale, la productivité, les habitudes de sommeil et les sentiments. Plus le score est élevé et plus la dépendance est sévère selon le Dr Seo.

L’addiction au Smartphone associé à la dépression, l’anxiété et l’insomnie

Le Dr Seo a rapporté que les adolescents accrocs avaient des scores significativement plus élevés dans la dépression, l’anxiété, la sévérité de l’insomnie et l’impulsivité. Les chercheurs ont effectué des analyses MRS sur les jeunes accrocs avant et après la thérapie comportementale et une seule étude MRS sur les patients témoins pour mesurer les niveaux d’acide gamma aminobutyrique ou GABA. Le GABA est un neurotransmetteur dans le cerveau qui inhibe ou ralentit les signaux du cerveau et le glutamate-glutamine (Glx) est un neurotransmetteur qui provoque l’excitation électrique des neurones. Des études précédentes ont montré que le GABA était impliqué dans le contrôle de la vision et de la motricité et dans la régulation de diverses fonctions cérébrales incluant l’anxiété.

Une étude suggère que l'addiction au Smartphone et à internet crée un déséquilibre chimique dans le cerveau. L'étude a concerné des jeunes en Corée du Sud, un pays touché par ce type d'addiction, mais il faut pondérer à cause de la taille minimale de l'échantillon.

Les résultats du MRS ont révélé que, par rapport aux témoins sains, le rapport entre le GABA et le Glx était significativement élevé dans le cortex cingulaire antérieur chez les jeunes consommateurs de smartphones et d’Internet avant le traitement. Le Dr Seo a déclaré que les rapports de GABA par rapport à la créatine ainsi que le GABA par rapport au glutamate étaient significativement corrélés aux échelles cliniques de la dépendance à Internet et au smartphone, à la dépression et à l’anxiété.

La thérapie cognitivo-comportementale est efficace contre ce type d’addiction

Des niveaux élevés de GABA peuvent entraîner un certain nombre d’effets secondaires incluant la somnolence et l’anxiété. Il faudra plus de recherches pour comprendre les implications cliniques des résultats, mais le Dr Seo estime que l’augmentation du GABA dans le cortex cingulaire antérieur dans l’addiction d’Internet et du smartphone peut être liée à la perte fonctionnelle de l’intégration et de la régulation du traitement dans les réseaux de neurones cognitifs et émotionnels.

La bonne nouvelle est que les taux de GABA par rapport au Glx chez les jeunes accrocs diminuent ou se normalisent significativement après une thérapie cognitivo-comportementale. Les niveaux accrus de GABA et l’équilibre perturbé entre le GABA et le glutamate dans le cortex cingulaire antérieur peuvent contribuer à notre compréhension de la physiopathologie et du traitement des addictions selon le Dr Seo.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG