Théorie du complot : Croire aux reptiliens pour se sentir unique

Pourquoi les gens adhèrent-ils aux théories du complot ? La nécessité de donner un sens à leur vie, c’est possible, mais il y a aussi le fait de se sentir unique qu’on peut résumer par : Je sais des choses que la masse lobotomisée ignore.


Pourquoi les gens adhèrent-ils aux théories du complot ? La nécessité de donner un sens à leur vie, c'est possible, mais il y a aussi le fait de se sentir unique qu'on peut résumer par : Je sais des choses que la masse lobotomisée ignore.

L’Internet est plein de rumeurs les plus folles. Les événements apparemment accidentels ne sont pas accidentels. Quelques personnes puissantes ourdissent des complots pour obtenir certains résultats, généralement dans le but de tirer profit. Comme l’a noté Karl Popper dans Conjectures and Refutations (1963), certaines personnes ont tendance à attribuer quelque chose qu’ils n’aiment pas à la conception intentionnelle de quelques autres influents. Même si les théories du complot existent depuis longtemps, Internet a accéléré leur circulation (comme la circulation de toutes les informations). Qui croit aux conspirations et qu’est-ce que ces gens ont en commun ?

Le point commun dans les théories du complot

Il y a, bien sûr, des différences dans la plausibilité de toute théorie du complot. Dans un sondage de 2013, chaque citoyen américain interrogé semblait convaincu qu’il y avait une plus grande conspiration dans l’assassinat du président John F Kennedy en 1963 alors que seulement 4 % approuvaient la notion selon laquelle les reptiliens contrôlaient notre monde en adoptant une forme humaine et en gagnant du pouvoir. (12 millions de personnes croient aux reptiliens aux USA.)1

Malgré ces différences, l’un des résultats les plus solides de la recherche sur les théories du complot est qu’il existe une similitude avec les théoriciens du complot même si les théories elles-mêmes sont différentes.

Par exemple, les gens, qui croient au reptilien qui change de forme, sont beaucoup plus susceptibles de douter également que Lee Harvey Oswald ait agi comme un loup solitaire. En effet, ceux qui croient qu’Oussama ben Laden était mort avant que les Navy Seals ne lui tirent dessus sont aussi plus susceptibles de considérer comme plausible que Ben Laden soit toujours vivant.

Pourquoi les gens adhèrent-ils aux théories du complot ? La nécessité de donner un sens à leur vie, c'est possible, mais il y a aussi le fait de se sentir unique qu'on peut résumer par : Je sais des choses que la masse lobotomisée ignore.

Cela a conduit de nombreux chercheurs à conclure que l’attrait avec les théories spécifiques du complot ne dépend pas tellement du sujet spécifique, mais plutôt de la manifestation d’une vision du monde plus générale.2 L’idéation conspiraciste, le système de croyance monologique ou la mentalité de conspiration peuvent être considérés comme la mesure générale dans laquelle les gens voient le monde comme gouverné par des forces cachées et sinistres.

Le manque de contrôle sur sa vie

La plupart accusent la mentalité de conspiration d’un sentiment profond de manque de contrôle dans leur vie que ce soit à cause du hasard ou des machinations des autres. Dans une étude, les participants à la recherche auxquels on a demandé de se souvenir d’instances sur lesquelles ils n’avaient aucun contrôle, comme la météo, étaient plus susceptibles d’accepter une théorie du complot que ceux auxquels on leur demandait de se souvenir (par exemple, se vêtir ou manger).3

Pourquoi les gens adhèrent-ils aux théories du complot ? La nécessité de donner un sens à leur vie, c'est possible, mais il y a aussi le fait de se sentir unique qu'on peut résumer par : Je sais des choses que la masse lobotomisée ignore.Dans le même ordre d’idées, les personnes interrogées ayant des conditions de travail moins contrôlées (chômage de longue durée, emploi temporaire, par exemple) ont exprimé une plus grande mentalité de conspiration que celles qui exerçaient un plus grand contrôle (emploi permanent). Le raisonnement sous-jacent est que le manque de contrôle augmente la nécessité de s’engager dans l’illusion compensatoire du contrôle, c’est-à-dire dans les théories de la conspiration. La détection de modèles alors qu’il n’y a rien laisse la possibilité de prendre le contrôle alors que l’attribution d’une catastrophe naturelle à une dynamique météorologique inchangeable et incontrôlable ne l’est pas.

Savoir des choses que les autres ignorent

Et même si ce sont de bonnes hypothèses, cela ne suffit pas. Cette hypothèse compensatoire dépeint les théoriciens du complot comme n’étant rien d’autre que les pauvres victimes de la privation de contrôle en s’accrochant à la conspiration comme dernière défense contre un monde chaotique.

Mais cette image presque stéréotypée est contredite par la conduite souvent évidente et évangélisatrice des théoriciens du complot, leur prétention à une vision supérieure et leur dégradation des non-croyants comme des moutons ignorants. Les théoriciens du complot en Allemagne utilisent souvent le terme de Schlafschaf (mouton endormi) pour désigner les masses non informées.

Ce que cette observation suggère, c’est que l’adoption d’une croyance en conspiration ne doit pas toujours être une simple compensation pour un manque de contrôle, mais peut être instrumentale à sa manière. La croyance en des conspirations peut servir à se démarquer des masses ignorantes, un orgueil égoïste à propos de ses connaissances exclusives. L’adhésion à la théorie du complot peut ne pas toujours être le résultat d’un certain manque perçu de contrôle, mais plutôt d’un besoin profondément enraciné d’unicité. Mon équipe de recherche et moi avons testé empiriquement cette hypothèse à travers une série d’études.

Le besoin de se sentir unique

Dans notre première étude, la mesure dans laquelle les gens voulaient se sentir uniques correspondait à leur approbation de théories spécifiques du complot.4 De plus, les gens, qui étaient généralement enclins à accepter une théorie du complot, étaient plus susceptibles de croire à des théories qui n’étaient elles-mêmes acceptées que par un très petit nombre de personnes. En d’autres termes, ceux qui avaient une mentalité de conspiration étaient plus susceptibles de croire en des théories moins populaires en suggérant peut-être que l’exclusivité de la croyance est la perle rare qu’ils recherchent (Je sais des choses que les autres ignorent).

Pourquoi les gens adhèrent-ils aux théories du complot ? La nécessité de donner un sens à leur vie, c'est possible, mais il y a aussi le fait de se sentir unique qu'on peut résumer par : Je sais des choses que la masse lobotomisée ignore.

Bien sûr, la corrélation n’implique pas la causalité (même si elles se produisent souvent ensemble). Les personnes, ayant un besoin élevé d’unicité tendent à avaliser les théories du complot, pourraient signifier que leur besoin les pousse à adopter de telles théories afin de se séparer des masses naïves. Ou cela pourrait signifier que croire en des théories de conspiration augmente le besoin de se sentir spécial et distinct comme un moyen d’éloigner les prétendus ignorants. Et il pourrait n’y avoir aucun lien direct, peut-être que les gens, qui ne se soucient pas de ce que pensent les autres, manifestent des tendances à se démarquer de ces autres et à ne pas croire ce que les autres disent. Le test décisif ultime pour un effet causal en psychologie est une expérience.

Une théorie du complot inventée de toutes pièces à des fins expérimentales

Nous avons donc inventé une théorie du complot à partir de zéro. Nous avons demandé aux participants américains de lire un débat entièrement fictif qui se déroulait en Allemagne. L’installation de détecteurs de fumée est obligatoire selon la loi allemande sur le logement (c’est vrai). Voici la partie fictive : Un ingénieur à la retraite avait trouvé des preuves que ces détecteurs de fumée ont des effets secondaires graves, des ultrasons qui provoquent des nausées, des gastrites et la dépression. Cela a été nié par la VdS Schadenverhütung GmbH qui est le plus grand producteur de détecteurs de fumée (ce producteur n’existe pas).

La conspiration : VdS était de mèche avec le gouvernement et connaissait les dangereux détecteurs de fumée, mais n’a rien fait. Ensuite, nous avons présenté le complot comme étant crus par une majorité (81 %) ou une minorité (19 %) du public allemand. Notre hypothèse était que ceux, avec une mentalité de conspiration plus élevée (déjà corrélée avec un besoin plus élevé d’unicité), étaient plus susceptibles d’approuver la conspiration en découvrant que moins de gens y croyaient que quand ils ont découvert que beaucoup de gens le croyaient. Et c’est exactement ce que notre étude a montré. La nouvelle conspiration semblait être plus attrayante si c’était une opinion minoritaire. Cela les distingue des masses.

Ces résultats proposent une compréhension plus nuancée de ce qui attire les gens vers les théories du complot. Même si les effets de notre expérience sur les détecteurs de fumée sont relativement faibles, ils restent cohérents. En effet, une équipe indépendante en France a testé la même hypothèse (sans que l’une de nos équipes en ait eu connaissance) et a obtenu un résultat très similaire.5 Le fait de voir des complots derrière presque n’importe quel événement mondial n’est pas seulement un effort pour donner un sens au monde. Elle peut aussi être gratifiante en elle-même. Elle donne à chacun l’attrait d’une connaissance exclusive qui le distingue des moutons endormis.

Traduction d’un article sur Aeon par Roland Imhoff, professeur de psychologie sociale et légale à la Johannes Gutenberg University Mainz en Allemagne.

Sources

1.
Democrats and Republicans differ on conspiracy theory beliefs | Public Policy Polling. Public Policy Polling. https://www.publicpolicypolling.com/polls/democrats-and-republicans-differ-on-conspiracy-theory-beliefs/. Published April 16, 2018. Accessed April 16, 2018.
2.
Wood MJ, Douglas KM, Sutton RM. Dead and Alive. S. 2012;3(6):767-773. doi:10.1177/1948550611434786
3.
An existential function of enemyship: Evidence that people attribute influence to personal and political enemies to compensate for threats to control. psycnet.apa.org. http://psycnet.apa.org/doiLanding?doi=10.1037%2Fa0017457. Published April 16, 2018. Accessed April 16, 2018.
4.
Imhoff R, Lamberty PK. Too special to be duped: Need for uniqueness motivates conspiracy beliefs. E. 2017;47(6):724-734. doi:10.1002/ejsp.2265
5.
Lantian A, Muller D, Nurra C, Douglas KM. “I Know Things They Don’t Know!”. S. 2017;48(3):160-173. doi:10.1027/1864-9335/a000306
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *