à quoi ça sert? Justifications et fonctions de la musique détestée —


  • FrançaisFrançais



  • Alors, une tête de métal se présente à une soirée techno… assez improbable, n’est-ce pas ? Droit. Le fait de ne pas aimer certains genres de musique est tout aussi constitutif du goût personnel que d’en aimer d’autres; et parce qu’il influence les comportements liés à la musique, cela a des conséquences sur notre vie quotidienne. Des chercheurs de l’Institut Max Planck d’esthétique empirique (MPIEA) à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, ont étudié certaines des raisons possibles pour lesquelles les gens n’aiment pas la musique. Leur étude vient de paraître dans la revue Open-Access PLOS ONE.

    À de très rares exceptions près, les recherches antérieures sur les goûts musicaux se sont concentrées sur les préférences pour certains genres de musique. Maintenant, pour la première fois, une équipe de scientifiques a explicitement étudié l’aversion musicale. Lors d’entretiens approfondis avec 21 participants représentant cinq groupes d’âge, ils ont découvert les raisons spécifiques de leurs aversions individuelles.

    « Le type d’aversion le plus souvent mentionné était le style musical, suivi de l’artiste et du genre », explique l’auteur principal Julia Merrill. « Lorsque nous avons examiné de plus près les justifications des participants, nous avons pu identifier cinq principaux points de référence pour décrire les aversions musicales : la musique elle-même, les paroles, la performance, l’artiste et les personnes qui l’écoutent. »

    Les chercheurs ont classé ces justifications en trois catégories : premièrement, les raisons liées à l’objet, telles que la composition musicale ou les paroles ; deuxièmement, des raisons liées au sujet, telles que des effets émotionnels ou corporels ou des divergences avec l’image de soi ; et troisièmement, les raisons sociales, qui se rapportent à l’environnement social d’un individu et aux jugements de goût qui lui sont communs (in-group) ou à d’autres groupes dont un individu ne se sent pas membre (out-group).

    Outre les raisons pour lesquelles ils n’aiment pas la musique, les participants ont décrit des réactions spécifiques qu’ils ont lorsqu’ils sont confrontés à la musique qu’ils n’aiment pas. Celles-ci comprenaient des réactions émotionnelles, corporelles et sociales, allant du départ de la pièce à la rupture du contact social.

    Alors que des recherches antérieures ont montré que l’aversion musicale a des fonctions sociales importantes, cette étude élargit l’éventail des justifications pour inclure des raisons liées à la musique et personnelles. Les dégoûts musicaux peuvent, par exemple, servir à maintenir la bonne humeur, faciliter l’expression identitaire ou aider à délimiter un groupe social. Elles remplissent ainsi des fonctions similaires aux préférences musicales, mais s’expriment de manière moins ouverte et plus indirecte.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Max-Planck-Gesellschaft. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.