Le COVID-19 a-t-il aggravé les acouphènes, les « bourdonnements » dans les oreilles ? Des chercheurs comparent des patients souffrant d’acouphènes avant et pendant la pandémie


  • FrançaisFrançais



  • Les acouphènes, le plus souvent décrits comme des « bourdonnements » dans les oreilles même en l’absence de son externe, peuvent également être perçus comme des bourdonnements, des sifflements, des bourdonnements ou des rugissements. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis, plus de 50 millions d’Américains souffrent d’une forme d’acouphène – 2 millions ont des cas extrêmes et débilitants. Dans le monde, environ 30 % des personnes souffriront d’acouphènes à un moment donné de leur vie.

    De nombreuses personnes touchées par la COVID-19 ont connu des changements dans leur odorat, leur goût, leur ouïe, leur équilibre et, dans certains cas, des acouphènes. Parmi les différentes causes des acouphènes, on trouve le stress, y compris la tension, l’anxiété et la dépression. Ce qui n’est pas clair, cependant, c’est si les impacts psychologiques de la pandémie tels que le stress ont réellement aggravé les acouphènes et leurs impacts.

    Des chercheurs de la Florida Atlantic University, du Royal Surrey NHS Foundation Trust au Royaume-Uni et de l’Université de Cambridge ont mené une étude axée sur les effets indirects potentiels du COVID-19 sur l’expérience des acouphènes. Ils ont évalué si la gravité des acouphènes, mesurée à l’aide des évaluations de l’intensité, de la gêne et de l’effet sur la vie des acouphènes, était influencée par le confinement lié à la pandémie. Bien que le COVID-19 ait bouleversé tant d’aspects de la société, il y a de bonnes nouvelles, du moins en ce qui concerne les acouphènes.

    Pour l’étude, les chercheurs ont comparé deux groupes indépendants de nouveaux patients ; un groupe évalué pendant trois mois de confinement au Royaume-Uni et un groupe évalué pendant la même période l’année précédente. Ils ont examiné l’audiométrie tonale des patients et leur score sur l’échelle visuelle analogique (EVA) de l’intensité, de la gêne et de l’effet sur la vie des acouphènes, qui ont été importés de leurs dossiers. Les chercheurs ont comparé les cotes VAS des deux groupes. Tous les patients cherchaient de l’aide pour leurs acouphènes pour la première fois.

    Les résultats de l’étude, publiés dans le Journal de l’Académie américaine d’audiologie, ne soutiennent pas l’idée que la pandémie a entraîné une aggravation de l’intensité, de la gêne ou de l’impact des acouphènes sur la vie et que les scores moyens n’ont pas différé de manière significative pour les groupes vus avant et pendant le confinement. Tout changement dans le bien-être psychologique ou le stress produit par le confinement n’a pas affecté de manière significative les évaluations de la gravité des acouphènes.

    « Les gens ont connu divers types d’adversités pendant la pandémie, notamment la perte de revenus, la difficulté à obtenir des services, l’expérience du virus lui-même et l’impact des mauvaises nouvelles constantes et de la distanciation sociale », a déclaré Ali Danesh, Ph.D., co- auteur, professeur, Département des sciences et des troubles de la communication / Clinique des troubles de la communication au sein du Collège d’éducation de la FAU, membre du Stiles-Nicholson Brain Institute de la FAU et de l’Institut pour la santé humaine et l’intervention sur les maladies de la FAU, professeur de sciences biomédicales, FAU Schmidt College of Medicine, et une faculté affiliée, Département de psychologie, FAU Charles E. Schmidt College of Science. « Il est possible que des facteurs liés à la pandémie exacerbent l’expérience des acouphènes, car les acouphènes sont liés à l’anxiété générale et au bien-être psychologique. D’un autre côté, peut-être que l’effet du COVID-19 sur la vie quotidienne a fait réaliser aux personnes souffrant d’acouphènes qu’il y a plus des choses plus importantes que les acouphènes, les mettant en perspective et conduisant à une diminution de l’impact des acouphènes qui a contrecarré tout effet d’augmentation de l’anxiété et de diminution du bien-être. »

    Plusieurs études sur les acouphènes ont signalé des problèmes liés au sommeil, une mauvaise santé mentale et des idées suicidaires comme conséquences de la pandémie de COVID-19 et de son isolement social associé et des incertitudes économiques.

    « On peut se demander si les gens sont capables de juger de manière fiable si leurs acouphènes eux-mêmes ont changé ou si leurs symptômes liés aux acouphènes tels que les troubles du sommeil ou l’anxiété ont changé », a déclaré Hashir Aazh, Ph.D., professeur agrégé affilié à la FAU et honoraire. Consultant en recherche sur l’audition, Département d’audiologie, Royal Surrey County Hospital. « Des études antérieures sur les effets indirects du COVID-19 sur l’expérience des acouphènes ont utilisé différentes méthodologies, ce qui peut avoir conduit à des biais. »

    L’étude actuelle a évité les biais potentiels en comparant la gravité des acouphènes autodéclarée entre les nouveaux patients vus pendant le confinement et un autre groupe de patients vus au cours de la même période, précédant le confinement.

    « Si un répondant donné estimait que ses acouphènes étaient pires pendant la pandémie qu’avant la pandémie, comment pourrait-il déterminer si cela était dû à des changements de mode de vie, à des problèmes de santé ou à une distanciation sociale ? », a déclaré Danesh. « Les scores de l’échelle visuelle analogique pour l’intensité, la gêne et l’impact sur la vie des acouphènes ne différaient pas significativement entre les nouveaux patients vus avant et pendant le confinement. Cela peut indiquer que les acouphènes peuvent influencer l’anxiété et le bien-être, mais il n’y a pas d’effet dans le direction opposée. »

    L’étude rétrospective a examiné les données de 105 patients consécutifs qui ont été vus dans une clinique d’acouphènes dans un service d’audiologie au Royaume-Uni pendant le confinement et 123 patients vus au cours de la même période de l’année précédente. L’âge moyen des patients vus pendant le confinement était de 50 ans, alors que l’âge moyen des patients vus en 2019 était de 56 ans. Les deux groupes étaient raisonnablement bien appariés en termes d’âge, de sexe et de sévérité de la perte auditive.

    Le co-auteur de l’étude est Brian C. Moore, Ph.D., professeur émérite de perception auditive, Département de psychologie expérimentale, Université de Cambridge.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    1 réponse

    1. 3 mars 2022

      […] Read original article here […]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.