Boire seul laisse présager de futurs problèmes d’alcool, selon une étude


  • FrançaisFrançais



  • Une nouvelle étude de l’Université Carnegie Mellon a révélé que boire seul pendant l’adolescence et le jeune âge adulte augmente fortement le risque de trouble lié à la consommation d’alcool (AUD) plus tard dans la vie. Ce risque est particulièrement élevé chez les femmes. Les résultats sont disponibles dans le numéro de juillet de la revue Dépendance aux drogues et à l’alcool.

    « La plupart des jeunes qui boivent le font avec d’autres dans des contextes sociaux, mais une minorité substantielle de jeunes boivent seuls. La consommation d’alcool solitaire est un facteur de risque unique et robuste pour les futurs troubles liés à la consommation d’alcool », a déclaré l’auteur principal Kasey Creswell, professeur agrégé de psychologie à la CMU. « Même après avoir pris en compte des facteurs de risque bien connus, comme la consommation excessive d’alcool, la fréquence de consommation d’alcool, le statut socio-économique et le sexe, nous voyons un signal fort que boire seul en tant que jeune prédit des problèmes d’alcool à l’âge adulte. »

    La consommation excessive d’alcool est un fardeau mondial, contribuant à 3 millions de décès dans le monde chaque année. Les médecins dépistent souvent les jeunes pour une consommation d’alcool à risque, mais leurs questions se sont concentrées sur la fréquence et la quantité d’alcool consommé. Creswell croit que le contexte social dans lequel les jeunes boivent est un indicateur critique mais souvent négligé de l’abus futur d’alcool.

    Creswell a rejoint Yvonne Terry-McElrath et Megan Patrick à l’Université du Michigan pour analyser les données de l’étude Monitoring the Future, une étude épidémiologique en cours sur la consommation de drogue et d’alcool chez les jeunes américains suivis jusqu’à l’âge adulte. Environ 4 500 adolescents (âgés de 18 ans) ont répondu à des enquêtes leur demandant quels étaient leurs modes de consommation d’alcool et s’ils consommaient de l’alcool seuls. Ces participants ont ensuite été suivis pendant 17 ans, fournissant des informations sur leur consommation d’alcool et leur consommation d’alcool seul à l’âge adulte (23/24 ans) et signalant des symptômes de TUA à l’âge adulte (35 ans).

    Les résultats ont montré que les adolescents et les jeunes adultes qui déclaraient boire seuls présentaient un risque accru de développer des symptômes du TUA à l’âge adulte par rapport à leurs pairs qui ne buvaient qu’en milieu social. L’équipe a contrôlé une multitude de facteurs de risque précoces bien établis pour les problèmes d’alcool, tels que la consommation excessive d’alcool et la consommation fréquente d’alcool. Ils ont constaté que les risques d’avoir des symptômes de TUA à 35 ans étaient 35 % plus élevés pour les adolescents qui buvaient seuls et 60 % plus élevés pour les jeunes adultes qui buvaient seuls, par rapport aux buveurs sociaux uniquement. Les adolescentes qui buvaient seules semblaient être particulièrement à risque de développer de futurs problèmes d’alcool à l’âge adulte.

    Environ 25 % des adolescents et 40 % des jeunes adultes ont déclaré boire seuls. Ces résultats suggèrent que des interventions ciblées peuvent être utiles pour éduquer et informer ces groupes, en particulier les jeunes femmes, des risques de la consommation solitaire d’alcool afin de prévenir le développement du TUA à l’avenir.

    Des travaux antérieurs de Creswell et d’autres ont montré que les jeunes boivent seuls comme moyen de faire face aux émotions négatives, qui est un mode de consommation d’alcool qui a été systématiquement lié au développement de problèmes d’alcool. Creswell a noté que la pandémie a augmenté la consommation d’alcool solitaire chez les jeunes.

    « Avec des augmentations simultanées de la dépression et de l’anxiété liées à la pandémie, nous pourrions très bien voir une augmentation des problèmes d’alcool chez les jeunes du pays », a déclaré Creswell.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par L’université de Carnegie Mellon. Original écrit par Stacy Kish. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.