Donner un sens à l’agressivité socialement accrue dans le cerveau


  • FrançaisFrançais



  • Lorsque les animaux mâles passent du temps avec d’autres mâles de la même espèce, le comportement agressif ultérieur a tendance à être amplifié – ce type d’amorçage est connu sous le nom d’incitation sociale. Cependant, la voie dans le cerveau qui conduit à cette agressivité accrue était, jusqu’à récemment, relativement inconnue. Dans une étude publiée dans Communication Naturedes chercheurs de l’Université de Tsukuba ont révélé que l’habenula latérale, une petite région relativement primitive située profondément dans le cerveau, est importante pour ce comportement chez la souris.

    Les comportements agressifs, en particulier entre les mâles, sont importants chez de nombreuses espèces animales et peuvent être encouragés de différentes manières, y compris par l’incitation sociale. Bien que cet effet comportemental soit bien caractérisé, la voie cérébrale qui en est responsable est moins connue. Le noyau du raphé dorsal est une région du cerveau qui contrôle les comportements agressifs et reçoit du glutamate (une molécule qui agit comme un signal entre les cellules du cerveau) lorsque l’incitation sociale se produit. Cependant, la source de ce glutamate était un mystère. Des chercheurs de l’Université de Tsukuba ont décidé de combler cette lacune dans les connaissances.

    « De nombreuses régions cérébrales différentes libèrent du glutamate dans le noyau du raphé dorsal », explique l’auteur principal de l’étude, le professeur Aki Takahashi. « Parce que nos expériences initiales suggéraient que la libération de glutamate par l’habenula latérale pourrait être responsable de l’agression induite par l’instigation sociale, nous avons mené d’autres expériences pour voir si c’était le cas. »

    L’équipe de recherche a utilisé deux techniques différentes pour bloquer la communication entre l’habenula latéral et le noyau du raphé dorsal chez la souris, et a découvert que cela bloquait également l’agressivité accrue causée par l’instigation sociale – mais cela n’affectait pas les niveaux normaux d’agressivité, ce qui suggère que cela la voie n’est pas importante pour le comportement agressif en général.

    « Nous avons ensuite voulu examiner la voie au-delà du noyau dorsal », explique le professeur Takahashi. « Nous avons découvert que l’instigation sociale faisait voyager les signaux à travers le cerveau de l’habenula latéral au noyau du raphé dorsal, puis à la zone tegmentale ventrale – une région hautement connectée du mésencéphale – conduisant à une agression accrue. »

    Bien qu’il existe de nombreuses différences d’agressivité entre les humains et les souris, les résultats de cette nouvelle étude pourraient avoir des applications lors d’enquêtes sur la colère ou la violence socialement provoquées. Il y a actuellement un manque de mesures préventives efficaces contre l’agression socialement provoquée, et toute information qui améliore notre compréhension de ces comportements agressifs sera utile.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Tsukuba. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.