Stimulation non invasive de l’œil pour la dépression et la démence


  • FrançaisFrançais



  • Une équipe de recherche conjointe de la Faculté de médecine LKS, de l’Université de Hong Kong (HKUMed) et de l’Université de la ville de Hong Kong (CityU) a découvert que la stimulation électrique de la surface de l’œil peut atténuer les symptômes de type dépression et améliorer la fonction cognitive chez les animaux. des modèles. Ces découvertes importantes ont été récemment publiées dans Stimulation cérébrale et le Annales de l’Académie des sciences de New York.

    Arrière plan

    La dépression majeure est le trouble psychiatrique le plus répandu et le plus grave dans le monde. Récemment, l’Organisation mondiale de la santé a rapporté que la pandémie de COVID-19 avait déclenché une augmentation massive du nombre de personnes souffrant d’anxiété et de dépression. Environ un quart des patients ne répondent pas de manière adéquate aux traitements disponibles.

    Le Dr Lim Lee Wei, professeur adjoint à l’École des sciences biomédicales, HKUMed et ancien chercheur Lee Kuan Yew à Singapour, a rapporté en 2015 que la stimulation cérébrale profonde du cortex préfrontal dans le cerveau des animaux pourrait améliorer la fonction de mémoire et soulager les symptômes dépressifs. . Ces effets thérapeutiques ont été attribués à la croissance des cellules cérébrales dans l’hippocampe, une région du cerveau connue pour être impliquée dans les fonctions d’apprentissage et de mémoire. Cependant, cette technique, également connue sous le nom de stimulation cérébrale profonde, est invasive et nécessite une intervention chirurgicale pour implanter des électrodes dans le cerveau, ce qui peut entraîner des effets secondaires tels que des infections et d’autres complications postopératoires.

    Résultats de la recherche et signification

    Une équipe de chercheurs de Hong Kong dirigée par le Dr Lim Lee Wei ; Dr Leanne Chan Lai-hang, professeur agrégé au département de génie électrique, CityU ; Le professeur Chan Ying-shing, professeur de la famille Dexter HC Man en sciences médicales, professeur à l’École des sciences biomédicales, doyen associé (développement et infrastructure), HKUMed et directeur du centre de recherche en neurosciences, HKU, ont cherché d’autres moyens de traiter les maladies neuropsychiatriques. Ils ont découvert que la stimulation non invasive de la surface cornéenne de l’œil (connue sous le nom de stimulation électrique transcornéenne, ou TES) qui active les voies cérébrales, entraînait des effets antidépresseurs remarquables et réduisait les hormones de stress dans un modèle animal de dépression. De plus, cette technique induit l’expression de gènes impliqués dans le développement et la croissance des cellules cérébrales dans l’hippocampe.

    Dans des expériences connexes, Yu Wing-shan, doctorant, et d’autres membres de la recherche de l’École des sciences biomédicales, HKUMed, ont étudié si cette approche pouvait être utilisée pour traiter la maladie d’Alzheimer, un type courant de démence sans remède définitif. Ils ont découvert que cette stimulation non invasive chez la souris améliorait considérablement les performances de la mémoire et réduisait les dépôts de bêta-amyloïde dans l’hippocampe, qui est l’une des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

    Le Dr Leanne Chan Lai-hang, experte en stimulation électrique des cibles cérébrales visuelles et non visuelles, a décrit cette recherche : « La stimulation électrique transcornéenne est une méthode non invasive initialement développée pour traiter les maladies oculaires, et ce serait une découverte scientifique majeure. percée si elle pouvait être appliquée pour traiter les maladies neuropsychiatriques.

    «Ces résultats de recherche ouvrent la voie à de nouvelles opportunités thérapeutiques pour développer un nouveau traitement pour les patients souffrant de dépression et de démence résistantes au traitement. Néanmoins, des essais cliniques doivent être menés pour valider l’efficacité et l’innocuité», a fait remarquer le professeur Chan Ying-shing.

    À propos de l’équipe de recherche

    La recherche a été dirigée par le Dr Lim Lee Wei, professeur adjoint à l’École des sciences biomédicales, HKUMed et ancien chercheur Lee Kuan Yew à Singapour ; Dr Leanne Chan Lai-hang, professeur agrégé au département de génie électrique, CityU ; Professeur Chan Ying-shing, professeur de la famille Dexter HC Man en sciences médicales, professeur à l’École des sciences biomédicales, doyen associé (développement et infrastructure), HKUMed et directeur du Centre de recherche en neurosciences, HKU ; et menée au laboratoire de neuromodulation de HKU en collaboration avec CityU au laboratoire de recherche sur l’interface neurale. Yu Wing-shan était le chercheur principal. Elle est récipiendaire d’une prestigieuse bourse de doctorat de Hong Kong, décernée par le Hong Kong Research Grants Council.

    Remerciements

    Ces travaux scientifiques ont été soutenus par le Fonds général de recherche du Conseil des subventions de recherche de Hong Kong (n° 17119420 et n° 11208218), le Fonds pour la recherche fondamentale (n° 201811159133 et n° 201910159163) et pour la recherche translationnelle et appliquée, n° .201910160010); et le Fonds de recherche stratégique de CityU (n° 7005632).

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.