L’utilisation des médias sociaux liée au développement de la dépression, quelle que soit la personnalité


  • FrançaisFrançais



  • Des chercheurs en politique publique et en éducation ont récemment découvert que les jeunes adultes qui utilisent davantage les médias sociaux sont beaucoup plus susceptibles de développer une dépression dans les six mois, quel que soit leur type de personnalité.

    Publié dans le Rapports du Journal des troubles affectifs, l’étude, « Associations entre l’utilisation des médias sociaux, la structure de la personnalité et le développement de la dépression », a été co-écrite par Renae Merrill, doctorante au programme de politique publique de l’Université de l’Arkansas.

    Merrill a rédigé l’article avec le doyen du College of Public Health and Human Sciences de l’Oregon State University, Brian Primack, et Chunhua Cao, professeur adjoint au College of Education de l’Université de l’Alabama.

    « Des recherches antérieures ont lié le développement de la dépression à de nombreux facteurs », ont noté les auteurs. « Cependant, la littérature manque d’études qui se concentrent sur la façon dont diverses caractéristiques de la personnalité peuvent interagir avec l’utilisation des médias sociaux et la dépression. Cette nouvelle étude a abordé ces questions de recherche importantes, trouvant des associations fortes et linéaires de dépression à travers tous les traits de personnalité. »

    Parmi les conclusions de l’étude, il y avait que les personnes très agréables étaient 49% moins susceptibles de devenir déprimées que les personnes peu agréables. De plus, les personnes ayant un névrosisme élevé étaient deux fois plus susceptibles de développer une dépression que celles ayant un faible névrosisme lorsqu’elles utilisaient plus de 300 minutes de médias sociaux par jour. Plus important encore, pour chaque trait de personnalité, l’utilisation des médias sociaux était fortement associée au développement de la dépression.

    L’échantillon de plus de 1 000 adultes américains âgés de 18 à 30 ans provenait des données de 2018 recueillies par Primack et ses collègues de l’Université de Pittsburgh.

    La dépression a été mesurée à l’aide du questionnaire sur la santé du patient. Les médias sociaux ont été mesurés en demandant aux participants combien de temps quotidien ils passaient sur les plateformes de médias sociaux populaires, et la personnalité a été mesurée à l’aide du Big Five Inventory, qui évaluait l’ouverture, la conscience, l’extraversion, l’amabilité et le névrosisme.

    Les auteurs suggèrent que la comparaison sociale problématique peut renforcer les sentiments négatifs envers soi-même et les autres, ce qui pourrait expliquer comment le risque de dépression augmente avec l’utilisation accrue des médias sociaux. S’engager principalement dans un contenu négatif peut également renforcer ces sentiments. Et enfin, l’utilisation de plus de médias sociaux réduit les possibilités d’interactions en personne et d’activités à l’extérieur de la maison.

    La dépression est considérée comme la principale cause d’invalidité et de mortalité dans le monde. Cela rend ces résultats encore plus prononcés pour la création d’interventions de santé et d’efforts de prévention.

    « Les résultats de cette étude sont importants à une époque d’expansion et d’intégration de la technologie », a déclaré Merrill. « Se connecter virtuellement aux gens peut augmenter le risque de mauvaise communication ou de perception erronée qui entraîne des difficultés relationnelles et un risque potentiel de développer des problèmes de santé mentale. »

    « Les gens ont des besoins émotionnels innés de connexion sociale et de compréhension », a ajouté Merrill. « Par exemple, les expériences sur les réseaux sociaux peuvent être améliorées en devenant plus conscients de nos émotions et de notre lien avec les autres dans diverses circonstances de la vie. Cette prise de conscience contribue à améliorer la qualité des relations en atteignant simplement un sens et une compréhension partagés grâce à une communication plus efficace et à l’intérêt pour les autres et pour nous-mêmes. . Malgré nos différences, nous avons la capacité de créer une culture d’empathie et de bienveillance. »

    Un soutien à la recherche a été reçu par la Fine Foundation.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de l’Arkansas. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *