Le THS pourrait prévenir la maladie d’Alzheimer chez les femmes à risque


  • FrançaisFrançais



  • L’hormonothérapie substitutive (HTS) pourrait aider à prévenir la démence d’Alzheimer chez les femmes à risque de développer la maladie, selon une étude de l’Université d’East Anglia.

    L’étude montre que l’utilisation du THS est associée à une meilleure mémoire, à une meilleure cognition et à des volumes cérébraux plus importants plus tard dans la vie chez les femmes porteuses du gène APOE4, le gène le plus puissant facteur de risque de la maladie d’Alzheimer.

    L’équipe de recherche a découvert que le THS était plus efficace lorsqu’il était introduit tôt dans le parcours de la ménopause pendant la périménopause.

    Le professeur Anne-Marie Minihane, de la Norwich Medical School de l’UEA et directrice du Norwich Institute for Healthy Aging de l’UEA, a dirigé l’étude en collaboration avec le professeur Craig Ritchie de l’Université d’Édimbourg.

    Le professeur Minihane a déclaré: « Nous savons que 25% des femmes au Royaume-Uni sont porteuses du gène APOE4 et que près des deux tiers des patients atteints de la maladie d’Alzheimer sont des femmes.

    « En plus de vivre plus longtemps, on pense que la raison de la prévalence féminine plus élevée est liée aux effets de la ménopause et à l’impact du facteur de risque génétique APOE4 étant plus important chez les femmes.

    « Nous voulions savoir si le THS pouvait prévenir le déclin cognitif chez les porteurs d’APOE4 à risque. »

    L’équipe de recherche a étudié les données de 1 178 femmes participant à l’initiative européenne de prévention de la démence d’Alzheimer, qui a été mise en place pour étudier la santé cérébrale des participantes au fil du temps.

    Le projet s’est étendu sur 10 pays et a suivi les cerveaux des participants de « sains » à un diagnostic de démence chez certains. Les participants étaient inclus s’ils avaient plus de 50 ans et ne souffraient pas de démence.

    L’équipe de recherche a étudié leurs résultats pour analyser l’impact du THS sur les femmes portant le APOE4 génotype.

    Le Dr Rasha Saleh, également de la Norwich Medical School de l’UEA, a déclaré: « Nous avons constaté que l’utilisation du THS est associée à une meilleure mémoire et à des volumes cérébraux plus importants chez les porteurs du gène APOE4 à risque. Les associations étaient particulièrement évidentes lorsque le THS a été introduit tôt – au cours de la transition vers la ménopause, connue sous le nom de périménopause.

    « C’est vraiment important car il y a eu très peu d’options médicamenteuses pour la maladie d’Alzheimer depuis 20 ans et il y a un besoin urgent de nouveaux traitements.

    « Les effets du THS dans cette étude d’observation, s’ils sont confirmés dans un essai d’intervention, équivaudraient à un âge cérébral plus jeune de plusieurs années. »

    Le professeur Anne Marie Minihane a déclaré: « Notre recherche a examiné les associations avec la cognition et les volumes cérébraux à l’aide d’IRM. Nous n’avons pas examiné les cas de démence, mais les performances cognitives et les volumes cérébraux inférieurs sont prédictifs du risque futur de démence.

    Le professeur Michael Hornberger, de la Norwich Medical School de l’UEA, a déclaré : « Il est trop tôt pour dire avec certitude que le THS réduit le risque de démence chez les femmes, mais nos résultats mettent en évidence l’importance potentielle du THS et de la médecine personnalisée dans la réduction du risque d’Alzheimer.

    « La prochaine étape de cette recherche consistera à réaliser un essai d’intervention pour confirmer l’impact du démarrage précoce du THS sur la cognition et la santé du cerveau. Il sera également important d’analyser quels types de THS sont les plus bénéfiques », a-t-il ajouté.

    Le professeur Craig Ritchie, de l’Université d’Édimbourg, a déclaré : « Cette découverte importante de la cohorte EPAD met en évidence la nécessité de remettre en question de nombreuses hypothèses sur la maladie d’Alzheimer précoce et son traitement, en particulier lorsque l’on considère la santé cérébrale des femmes. Un effet sur la cognition et les changements cérébraux sur l’IRM soutient l’idée que le THS présente des avantages tangibles. Ces premiers résultats doivent toutefois être reproduits dans d’autres populations.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *