Vaccination contre la rougeole : Une petite baisse provoque des dégâts considérables

Une recherche suggère qu’une petite baisse sur le taux de vaccination contre la rougeole peut provoquer des effets considérables sur les couts de santé et la propagation des maladies.


Une recherche suggère qu'une petite baisse sur le taux de vaccination contre la rougeole peut provoquer des effets considérables sur les couts de santé et la propagation des maladies.
Le virus de la rougeole

Même de petites réductions du taux de la vaccination contre la chez les enfants aux États-Unis produiraient des augmentations disproportionnées du nombre de cas de et des coûts de la santé publique selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’École de médecine de l’Université de Stanford et du Baylor College of Medicine.

Il suffit d’une baisse de 5 % du nombre d’enfants, âgés de 2 à 11 ans, vaccinés contre la rougeole, les et la pour tripler le nombre de cas annuels de rougeole dans ce groupe d’âge selon l’étude. Le vaccin ROR est une inoculation contre les trois maladies. Les cas supplémentaires de rougeole augmenteraient les dépenses annuelles de la santé publique d’au moins 2,1 millions de dollars, soit 20 000 dollars par cas de rougeole. L’étude est publiée dans JAMA Pediatrics.

Nous nous sommes concentrés sur la rougeole comme un exemple des effets de la baisse de la couverture vaccinale parce qu’elle est très infectieuse selon Nathan Lo, l’auteur principal de l’étude et un étudiant à Stanford. Il est probable que ce soit la première qui va provoquer des épidémies si la diminue. Lo a déclaré qu’il espère que les résultats seront examinés par les législateurs qui prennent des décisions concernant la politique de vaccination.

Je pense que notre étude est un signal d’alarme sur ce que nous pouvons attendre dans les prochains mois et les années, car les taux de couverture vaccinale continuent de diminuer dans les 18 États qui autorisent désormais des exemptions de croyances non médicales ou philosophiques selon l’auteur principal Peter Hotez et doyen de l’École nationale de médecine tropicale à Baylor.

À l’échelle du pays, plusieurs régions sont proches du seuil de couverture vaccinale de 90 à 95 % pour empêcher les épidémies de rougeole. La nouvelle étude prévoit une forte augmentation des cas de rougeole si la vaccination continue de diminuer.

Un contrôle fragile contre la rougeole

Pour le moment, nous avons un contrôle fragile sur la rougeole. Tout dépend des petites augmentations de la vaccination selon Yvonne Maldonado, professeure de maladies infectieuses pédiatriques à Stanford. Maldonado, expert en vaccination, n’a pas participé à l’étude. Nous devons vraiment nous concentrer sur le fait que tous les enfants doivent être vaccinés pour éradiquer définitivement cette maladie.

Même si la vaccination réussit à contrôler la rougeole aux États-Unis, on a toujours quelques centaines de cas qui se produisent chaque année, notamment lorsque les Américains voyagent à l’étranger et sans le savoir, ils apportent le virus chez eux. Les personnes infectées peuvent propager le virus en éternuant et en toussant pendant 4 jours avant qu’elles ne présentent des symptômes. La rougeole persiste dans l’air et elle reste infectieuse pendant deux heures. Ce délai est exceptionnellement long pour un virus aérien et un pourcentage élevé de personnes non vaccinées et exposées à l’air contaminé, va devenir malade.

Les 50 états exigent le vaccin ROR et d’autres vaccinations infantiles avant l’inscription à l’école élémentaire ou à la garderie. Dans tous les États, les enfants peuvent être exemptés de la vaccination pour des raisons médicales. Tous les États, sauf 3, permettent également aux parents de refuser la vaccination pour des raisons religieuses et 18 États ont des exemptions pour les croyances personnelles. (La Californie a éliminé ses exemptions de croyances religieuses et personnelles en 2015 suite à une épidémie de rougeole élevée issue de Disneyland.)

Lo a analysé les données de la vaccination ROR des centres américains pour la prévention des maladies. Il a construit un modèle mathématique à partir des données pour prédire les effets de la baisse des taux de vaccination chez les enfants âgés de 2 à 11 ans. Il a simulé environ 10 000 scénarios qui pourraient se produire quand la rougeole est introduite par le retour des voyageurs à travers le pays à un taux similaire à celui des dernières années. Les chercheurs ont également estimé le coût de la baisse des taux de vaccination si des enfants de moins de 2 ans étaient inclus dans les modèles. Ainsi, on a un scénario qui augmente les coûts prévus de santé publique de 400 000 $ par année en plus de 2,1 millions de dollars supplémentaires pour les enfants plus âgés. (Les bébés ne sont pas admissibles à leur première dose du vaccin ROR jusqu’à ce qu’ils soient âgés de 12 mois ce qui les rend particulièrement vulnérables à la rougeole).

Les coûts de santé publique estimés de la baisse des taux de vaccination sont une moyenne basse selon M. Lo. Les coûts concernent uniquement la rougeole et ils ne comprennent pas d’autres maladies infectieuses qui peuvent augmenter avec une couverture vaccinale plus faible comme les oreillons et la coqueluche. Les coûts comprennent des dépenses de soins de santé et des tâches de confinement comme le suivi et la vaccination des personnes infectées, mais pas les coûts d’hospitalisation ou les jours de travail manqués par les parents d’enfants malades.

Les enfants âgés de 2 à 11 ans représentent désormais environ 30 % des cas de rougeole des États-Unis. Cela signifie que l’impact de la baisse des taux de vaccination serait considérablement supérieur aux chiffres prévus dans cette étude si tous les groupes d’âge étaient considérés.

Des zones géographiques à risque

Les personnes non vaccinées ont tendance à se regrouper dans certaines zones géographiques et l’introduction de la rougeole dans ces régions provoquerait des épidémies importantes selon les chercheurs. De telles épidémies se sont produites en 2014 quand on a recensé 383 cas de rougeole dans des communautés Amish non vaccinées dans l’Ohio et au printemps 2017, on a une autre épidémie chez une communauté sous-vaccinée d’immigrants somaliens au Minnesota.

Même dans les États ayant un niveau élevé de couverture vaccinale, il peut y avoir de très grandes différences incluant des petites zones mal vaccinées qui peuvent passer inaperçues selon M. Lo. Si les voyageurs apportent la rougeole à des communautés bien vaccinées, alors le nombre de cas est beaucoup plus faible que dans une région mal vaccinée. Dans ses calculs, l’étude a considéré la taille de l’épidémie à 100 cas même si les épidémies individuelles peuvent devenir plus importantes, notamment avec une baisse de la couverture vaccinale.

L’étude utilise des estimations inférieures dans le niveau d’infectiosité dans ses calculs selon Maldonado. Les chercheurs ont utilisé le niveau d’infection le plus bas possible pour la rougeole et ils ont toujours trouvé des conséquences importantes pour la santé publique et les maladies médicales.

Nous espérons que les législateurs examineront les résultats de l’étude quand ils votent les politiques de vaccination, notamment les exemptions de croyances personnelles non médicales aux exigences de vaccination de l’enfance. Chaque année, un nombre croissant d’États débattent des exemptions non médicales qui sont un moteur essentiel de la couverture vaccinale selon le chercheur. Cette étude quantifie les conséquences d’une augmentation des cas de rougeole et celle des dépenses de l’État si des dérogations personnelles réduisent la couverture vaccinale.

Source : JAMA Pediatrics (http://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/10.1001/jamapediatrics.2017.1695)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *