Un vaccin à nanoparticule pour une protection universelle contre la grippe

Les chercheurs ont développé un vaccin universel contre les virus grippaux A qui produit une immunité durable chez les souris et les protège contre les limitations des vaccins contre la grippe saisonnière selon une étude menée par la Georgia State University. Cette approche est déjà abordée par plusieurs chercheurs, mais il faudra attendre plusieurs années avant de voir un essai clinique chez les humains.


Les chercheurs ont développé un vaccin universel contre les virus grippaux A qui produit une immunité durable chez les souris et les protège contre les limitations des vaccins contre la grippe saisonnière selon une étude menée par la Georgia State University. Cette approche est déjà abordée par plusieurs chercheurs, mais il faudra attendre plusieurs années avant de voir un essai clinique chez les humains.

La grippe est l’une des principales causes de décès aux États-Unis selon le CDC. Le CDC estime que la provoque de 12 000 à 56 000 décès par an aux États-Unis depuis 2010. Les vaccins contre la saisonnière doivent être mis à jour chaque année pour correspondre aux virus grippaux les plus courants pendant la prochaine saison grippale, mais la protection ne correspond pas toujours aux nouveaux virus et les fabricants doivent faire des paris sur les virus qui vont se répandre le plus pendant une saison donnée.

Une nouvelle approche pour cibler le virus de la grippe

En 2009, la pandémie de grippe H1N1 a provoqué 200 000 décès au cours des 12 premiers mois et une faible efficacité du vaccin a également été observée au cours des saisons grippales 2014-2015 et 2016-2017. Un vaccin universel contre la grippe, qui offre une large protection contre divers virus, est nécessaire et permettrait d’éliminer les limites des vaccins contre la grippe saisonnière.

Les vaccins contre la grippe saisonnière offrent une immunité protectrice contre les virus grippaux en ciblant la « tête » extérieure de la protéine de surface du virus qui est l’ (HA). Le virus de la grippe entraine le corps à produire des anticorps contre les particules virales inactivées contenant la tête de cette protéine en empêchant idéalement la tête de s’attacher aux récepteurs et d’arrêter l’infection. Mais cette tête est différente pour chaque virus. Cette étude utilise une nouvelle approche et cible plutôt la partie interne de la protéine HA connue sous le nom de « tige » qui est plus conservatrice et offre la possibilité d’une protection universelle.

Dans cette étude, les chercheurs ont découvert que la des souris avec des nanoparticules protéiques à double couche qui ciblent la tige de cette protéine produit une immunité durable et les protège complètement contre divers virus influenza A. Les résultats sont publiés dans la revue Nature Communications.

Une vaccination avec des nanoparticules

La vaccination est le moyen le plus efficace de prévenir les décès dus au virus de la grippe, mais le virus change très rapidement et vous devez recevoir une nouvelle vaccination chaque année selon le Dr Bao-Zhong Wang, professeur associé à l’Institut des sciences biomédicales de Géorgie. Nous essayons de développer une nouvelle approche vaccinale qui élimine le besoin de vaccination chaque année. Nous développons un vaccin universel contre la grippe.

Ce que nous voulions faire est d’induire des réponses à cette tige du virus. Ainsi, vous êtes protégé contre les différents virus parce que tous les virus de la grippe partagent ce domaine. Nous avons donc utilisé un procédé pour fabriquer ce vaccin avec le domaine de la tige et nous avons réussi à assembler ce domaine en une de protéine en tant que vaccin. Une fois à l’intérieur, la nanoparticule peut protéger cette protéine antigénique. Nos cellules immunitaires ont une bonne capacité à absorber cette nanoparticule, donc cette nanoparticule est beaucoup plus performante qu’une protéine soluble pour induire des réponses immunitaires.

Une protection immunitaire contre de nombreuses souches de la grippe

Les nanoparticules sont uniques, car elles ont été générées pour contenir presque entièrement la protéine capable d’induire des réponses immunitaires. La double couche conserve également mieux la fonction de la protéine. Pour déterminer l’efficacité du vaccin nanoparticulaire, les chercheurs ont immunisé les souris 2 fois avec une injection intramusculaire. Ensuite, les souris ont été exposées à plusieurs virus de la grippe : H1N1, H3N2, H5N1 et H7N9. La vaccination garantissait une protection complète et universelle contre l’exposition létale au virus et réduisait considérablement la quantité de virus dans les poumons.

Dans leur prochaine étape, les chercheurs aimeraient tester le vaccin nanoparticulaire chez les furets qui sont similaires aux humains dans l’organisation de leur système respiratoire. Ce vaccin est composé de domaines très conservés et c’est pourquoi l’immunité induite peut offrir une protection universelle selon le Dr Lei Deng, premier auteur de l’étude et chercheur postdoctoral à l’Institut des sciences biomédicales de Georgia State. Notre vaccin surmonte les problèmes de la protection réduite des vaccins saisonniers, mais on devra vérifier l’immunité induite chez les humains.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *