Le Big Data pour découvrir les villes fantômes chinoises


  • FrançaisFrançais

  • Le surdéveloppement de la Chine dans ses régions urbaines a créé des villes fantômes. On ignorait le nombre de ces villes jusqu’à ce que Baidu utilise le Data Mining et le Big Data pour découvrir l’ampleur du problème.



    Ces dernières années, la Chine a pratiqué un développement humain sans précédent dans l’histoire. De 1984 à 2010, l’urbanisation est passée de 8 800 kilomètres carrés à 41 000. Et c’était juste le commencement, car la Chine a encore accéléré de 2011 à 2013. L’urbanisation de la Chine, pendant ces 2 ans, a été plus importante que celle des États-Unis pendant tout le 20e siècle.

    Certains des immeubles ont été mal placés et les promoteurs se sont tellement précipités que l’offre a excédé la demande même dans le pays le plus peuplé du monde. Cela a provoqué l’apparition de villes fantômes qui sont des zones plus ou moins inhabitées. Mais le rapport sur ces villes fantômes relevait plus de l’anecdote telle que des touristes qui photographient la cité par hasard ou encore le nombre de lumières dans les maisons qui sont allumées pendant la nuit. C’est une mesure inefficace et qui ne prend pas en compte de l’activité touristique qui est saisonnière.

    Désormais, on a un début de réponse avec les travaux de Guanghua Chi du Big Data Lab chez Baidu, le plus gros géant technologique de la Chine. Les chercheurs ont utilisé les données des utilisateurs de Baidu pour découvrir les villes fantômes chinoises. Et en les pistant au fil du temps, l’équipe de Baidu a pu différencier les villes fantômes et celles qui sont occupées partiellement dans l’année. [cite source=’arxiv’]1510.08505[/cite]

    Baidu possède une base de données sur 700 millions de personnes. Dès qu’une personne s’inscrit sur Baidu, ses données sont enregistrées et c’est une bonne représentation de la population chinoise estimée à 1,36 milliard d’habitants. La plupart des utilisateurs étant jeunes, les données ne sont pas parfaites, mais elles donnent une idée de la densité urbaine qui varie au fil du temps avec une précision d’une dizaine de mètres.

    Baidu a pisté quotidiennement ses utilisateurs pendant 6 mois de 2014 à 2015. Ils ont utilisé un algorithme pour déterminer leur domicile. Ensuite, ils ont comparé ces domiciles avec les zones résidentielles et ils ont calculé la densité urbaine. Cette dernière indique des personnes qui vivent sur une superficie de 100 x 100 mètres. Le Ministère chinois du logement et du développement urbain et rural stipule qu’une région urbaine indique une zone d’un kilomètre carré qui est habité par 10 000 personnes. De ce fait, les chercheurs définissent une ville fantôme comme une zone avec la moitié de cette densité.

    Pour découvrir ces villes fantômes, ils ont conçu un algorithme qui cherche simplement des zones avec une densité moindre que celle des normes chinoises. Mais ils sont allés plus loin en analysant les données au fil du temps pour découvrir la variation de la saison touristique. Et les résultats sont intéressants. Non seulement, l’équipe a pu découvrir 50 villes fantômes en Chine, mais ils ont pu analyser leur distribution spatiale et leur environnement avoisinant.

    La carte des villes fantômes en Chine.

    La carte des villes fantômes en Chine.

    Par exemple, la ville de Rushan est une zone près de la mer qui a été très développée. Les maisons de cette ville sont vides pendant une grande partie de l’année, mais elles sont très peuplées pendant la saison touristique. Cela montre clairement que Rushan est un centre touristique plutôt qu’une ville fantôme. En revanche, la ville de Kangbashi possède une population qui diminue constamment. Et c’est un signe clair que c’est une ville fantôme.

    C’est la première fois qu’on mesure correctement le phénomène des villes fantômes. Au lieu de compter le nombre de maisons allumées ou non pendant la nuit, on utilise le Big Data qui permet d’identifier précisément des villes fantômes et de suivre leur évolution en temps réel. Ce type de projet permettra au gouvernement chinois d’avoir un meilleur planning dans la création des villes et pour les personnes qui veulent déménager dans une ville donnée. Baidu n’a pas classé ces villes fantômes selon leur importance pour éviter que les prix de l’immobilier ne descendent aux enfers.

    Si vous voulez explorer les villes fantômes chinoises : http://bdl.baidu.com/ghostcity/

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.