mardi , 26 septembre 2017

Diane Fossey, la femme qui a donné sa vie pour les gorilles

Le 26 décembre 2015, cela fait 30 ans que Diane Fossey a été tuée lorsqu’elle étudiait les gorilles. Elle a révolutionné l’étude des gorilles et elle a permis de faire connaitre le braconnage. Aujourd’hui encore, sa mort n’a jamais été élucidée.


Diane Fossey, la femme qui a donné sa vie pour les gorilles

Traduction libre de l’article de la BBC.

Cela fait 30 ans depuis la mort mystérieuse de Diane Fossey, la primatologue qui a révolutionné la manière dont nous percevons les gorilles. Avant les travaux de Fossey, les gorilles avaient la réputation d’être des brutes violentes qui pouvaient tuer un humain d’un seul coup. Fossey a démoli ce mythe. Vivant parmi un groupe de gorilles dans les forêts du Rwanda, Fossey a démontré que ces grands singes étaient des géants inoffensifs avec des personnalités et des vies sociales riches. Les gorilles nous ressemblent sur de nombreux aspects.

Les gorilles des montagnes

Mais les gorilles des montagnes sont menacés. Leurs habitats sont détruits par les fermes, la guerre et les conflits civils. Fossey a passé ses dernières années dans une bataille sauvage pour les sauver jusqu’à ce qu’elle perde la vie en 1985. Le film, Gorilles dans la brume, de 1988 a présenté une version fictive de l’histoire de Diane Fossey. Nous allons tenter de raconter la vraie histoire de la vie de Fossey en utilisant les témoignages de 3 collègues de Fossey, notamment Ian Redmond qui a fourni la plupart des photos.

Diane Fossey était la plus heureuse quand elle était avec les gorilles

Diane Fossey était la plus heureuse quand elle était avec les gorilles – Credit: Liam White/Alamy

Diane Fossey n’était pas destiné à être primatologue. Elle aimait simplement la nature africaine ce qui l’a poussé à voyager en Afrique en 1963. Pendant ce voyage, elle a rencontré le célèbre paléoantropologue Louis Leakey. Il se concentrait sur l’étude des fossiles de nos ancêtres, mais il a réalisé que pour comprendre notre évolution, nous devions étudier nos plus proches parents : Les singes. Leakey avait déjà aidé une autre chercheuse, Jane Goodall, pour créer des études sur le long terme sur les chimpanzés. Il voulait faire la même chose avec les gorilles.

Les débuts de Diane Fossey

À cette époque, on connaissait peu de choses sur les gorilles des montagnes qui étaient l’une des 2 sous-espèces des gorilles de l’est. Dans les films, on les voyait comme des brutes violentes et les contes de fées des chasseurs nous disaient que les gorilles chargeaient dès qu’il y avait un humain à proximité. 3 ans après leur réunion, Leakey a recruté Fossey pour étudier les gorilles des montagnes dans la République démocratique du Congo. Mais la guerre dans le pays l’a forcé à partir.

En septembre 1967, Fossey a créé un petit poste avancé de recherche dans le Rwanda : the Karisoke Research Center. Le lieu consistait de quelques cabines dans les montagnes volcaniques de Virunga. Cette zone était l’habitat d’un groupe de gorilles de montagne. C’est l’une des 2 seules populations dans le monde, l’autre étant en Ouganda.

La technique d'accoutumance de Diane Fossey avec les gorilles

La technique d’accoutumance de Diane Fossey avec les gorilles – Credit: Ian Redmond

Il y avait environ 475 gorilles dans les années 1960, mais leur nombre s’est réduit considérablement à cause du braconnage et de la perte de l’habitat. Dans les années 1980, on estimait qu’il y avait 254 gorilles. Fossey a compris l’importance de protéger les gorilles restants avant qu’ils ne disparaissent complètement. Mais le début de son travail était fastidieux. Pour s’approcher des gorilles, elle a commencé à imiter leur comportement. Elle l’expliquait à la BBC en 1984 : Je suis une personne inhibée et je pense que les gorilles le sont également et donc, j’ai imité leur comportement normal tel que de m’alimenter, mâchouiller des feuilles de céleri ou me gratter. Elle se tapait également la poitrine avec ses poings et elle imitait aussi leurs appels qui ressemblaient à des rots.

Diane Fossey a changé radicalement la manière dont nous regardons les gorilles

La patience et le comportement calme de Diane Fossey se sont révélés payants. Elle a gagné la confiance des gorilles et elle pouvait les observer sans être dérangée. Elle a aussi commencé à voir la famille d’appartenance de chaque gorille et elle a compris le rôle crucial du dominant à dos argenté dans chaque famille. Cette méthode de gagner la confiance s’appelle l’accoutumance et c’est le plus grand cadeau de Diane Fossey au monde selon Ian Redmond, spécialiste de la conservation des gorilles. Redmond a travaillé pendant 3 ans avec Fossey. Il a même dirigé l’amitié entre les gorilles et les humains.

Et il faut le considérer sérieusement selon Redmond. Les gorilles nous ressemblent et ils nous voient comme nous les voyons. Ils sont aussi fascinés par nous que nous le sommes par eux. Ils vont nous inspecter physiquement, tirant nos lèvres et regardant nos dents. Ils sont très curieux concernant cet animal ressemblant à un gorille qui faisait des choses si différentes par rapport à eux.

Ian Redmond avec les gorilles, photo prise par Diane Fossey

Ian Redmond avec les gorilles, photo prise par Diane Fossey

En 1970, 3 ans après le début de ses travaux, Fossey est apparu dans la couverture du magazine National Geographic. Elle a pu raconter la vie des gorilles des montagnes. Les gorilles sont parmi les animaux les plus diffamés dans le monde écrivait Fossey. Après plus de 2 000 heures d’observation, je peux uniquement compter 5 minutes de ce qu’on pourrait appeler comme un comportement agressif.

Le monde a immédiatement réagi. Voici une femme seule dans le centre de l’Afrique qui étudie ce que les autres présumaient comme étant des créatures dangereuses qui inspiraient la terreur selon Amy Vedder de la Yale School of Forestry & Environmental Studies. Elle a travaillé avec Fossey au début de 1978. Pour la première fois, on filmait les gorilles pour que les gens puissent les voir chez eux.

La renommée mondiale des gorilles

Fossey a aussi nommé les gorilles qu’elle étudiait et partagé leurs caractéristiques comme Jane Goodall l’a fait avec les chimpanzés. Et c’était inspirant, car cela a créé un niveau d’intérêt pour les gorilles selon Vedder. Fossey appréciait sa vie dans une zone en hauteur avec seulement quelques personnes. Mais ce n’était pas le cas pour toutes les personnes qui travaillaient là-bas. Pendant la nuit, la forêt craquait et grondait de partout et cela pouvait ressembler à une place terrifiante selon Redmond. Fossey était dure avec ses amis selon Steward. Elle demandait une loyauté complète et on ne savait pas si elle allait vous détester ou vous aider, car cela dépendait du jour. Elle pouvait être charmante et drôle, mais elle pouvait également vous tomber dessus.

La première cabine de Diane Fossey dans les montagnes

La première cabine de Diane Fossey dans les montagnes – Credit: Ian Redmond

Steward est arrivé en 1973 et Fossey ne passait pas beaucoup de temps avec les gorilles. Elle souffrait d’emphysème qui réduisait son souffle. Mais en dépit de la maladie, elle avait le contrôle total du camp selon Steward. Elle avait acheté des masques et elle prétendait qu’elle faisait de la magie noire. Fossey passait de plus en plus de temps avec les braconniers et les fermiers dont le bétail empiétait sur l’habitat des gorilles. Après l’arrivée de Steward, Fossey avait tué plusieurs têtes de bétail avec une arme à feu.

La part sombre de Fossey

Quand je suis arrivé, j’ai compris qu’elle changeait et qu’elle était déjà en colère selon Steward. Elle était en mode guerrière. Son amour pour les gorilles et sa haine pour les braconniers avaient coloré son comportement et pour certaines personnes, c’était un comportement normal dans le centre de recherche. Le combat de Fossey avec les braconniers a pris beaucoup d’ampleur et cela a réduit leurs autres efforts. On a des rapports qui disent que Fossey capturait et interrogeait les braconniers. Elle portait des masques en prétendant qu’elle utilisait la magie noire pour que les locaux aient peur. Certains locaux l’appelaient comme la sorcière des Virungas.

Il était fréquent pour Diane Fossey de capturer des braconniers comme ce jeune garçon qui avait tué une antilope

Il était fréquent pour Diane Fossey de capturer des braconniers comme ce jeune garçon qui avait tué une antilope – Credit: Ian Redmond

Il y avait aussi des anecdotes sur le fait qu’elle s’arrangeait pour que certains braconniers soient torturés. Fossey raconte l’une de ces tortures dans une lettre à un ami : Nous l’avons déshabillé, rasé sa tête et nous l’avons fait transpiré avec des branches d’ortie et des feuilles.

Diane Fossey menait souvent des patrouilles anti-braconniers

Diane Fossey menait souvent des patrouilles anti-braconniers – Credit: Ian Redmond

Elle a également pu kidnapper des enfants de braconniers pour demander une rançon. Fossey menait une bataille qu’elle était en train de perdre. Les gorilles diminuaient sans cesse. Et ses tactiques militantes lui ont valu de nombreux ennemis.

La mort de Digit

Parmi les gorilles qui s’étaient accoutumés à Fossey, elle avait un préféré qui s’appelait Digit parce qu’il avait un doigt tordu. Elle l’a connu alors qu’il grandissait et elle avait une relation spéciale avec lui.

Diane Fossey avait des amis, mais également beaucoup d'ennemis

Diane Fossey avait des amis, mais également beaucoup d’ennemis – Credit: Ian Redmond

Comme elle, Digit était un peu un étranger. La nuit de la Saint-Sylvestre de 1977, Digit a été tué par des braconniers alors que le gorille tentait de protéger sa famille. Il avait seulement 12 ans. Le corps était mutilé, la tête et les mains ont été coupées et l’ensemble ressemblait à un énorme sac ensanglanté. C’est Redmond qui a trouvé Digit. Il a été décapité et ses mains ont été coupées. On a rapportait que ces mains ont été vendues comme des bibelots pour 20 dollars. Redmond a rapporté le corps au corps où il a été enterré.

Ian Redmond ramène le corps de Digit au camp, le gorille préféré de Diane Fossey

Ian Redmond ramène le corps de Digit au camp, le gorille préféré de Diane Fossey – Photo prise par Diane Fossey

C’était le coup ultime pour une femme dans sa mission personnelle contre les braconniers. Pour moi, cette mort était l’un des événements les plus tristes pendant toutes les années où j’ai passé avec les gorilles écrivait Fossey dans un article de 1981 du National Geographic. Après la mort de Digit, elle passait plus de temps dans sa cabine et elle communiquait rarement avec ses collègues et amis. Son tabagisme et alcoolisme a augmenté considérablement pendant cette période. Et elle a plongé dans une spirale de dépression. La mort de Digit a permis d’alerter l’opinion publique et donc de l’argent par la même occasion.

La confrontation de Fossey avec les autres conservationnistes

Sigourney Weaver dans le rôle de Diane Fossey dans le film "Gorilles dans la brume"

Sigourney Weaver dans le rôle de Diane Fossey dans le film “Gorilles dans la brume”

6 mois plus tard, il y a eu une autre attaque contre la famille de Digit. 2 autres gorilles ont été tués et un gorille enfant, Kweli, a été blessé et il est mort par la suite. L’un de 2 qui avait été tué était Oncle Bert, le dominant à dos argenté de groupe. Les familles de gorille dépendent beaucoup de leurs leaders et sa mort était dévastatrice pour la famille de Digit. Kweli est mort de blessures par balle et d’une dépression sévère. Il a été enterré entre sa mère et son père qui reposent à côté de Digit. Les 3 adultes ont donné leur vie pour que l’enfant survive, mais cela n’a pas suffit écrivait Fossey. Elle a rejeté ces tueries sur le gouvernement local. Diane pensait que les autorités voulaient une histoire dramatique pour que le monde réagisse selon Redmond.

La publicité autour de la mort de Digit a inspiré d’autres à considérer le braconnage comme de l’argent facile selon Fossey. Elle soupçonnait également que les autorités tuaient les gorilles pour avoir de la sympathie et de l’argent des groupes de protection. Certes, la mort de Digit a permis d’obtenir beaucoup d’argent, mais il est allé dans d’autres formes de protection plutôt que de s’attaquer directement au braconnage comme le voulait Fossey. Elle ne pouvait pas accepter que les braconniers, qui font partie du problème, pouvait également faire partie de la solution. Pendant une longue période, Fossey est entré en conflit avec les autres conservationnistes.

Un autre gorille mort du braconnage

Un autre gorille mort du braconnage – Credit: Ian Redmond

Car elle, elle était au milieu de la forêt. Et la situation ne changeait pas. Les gorilles étaient toujours massacrés, les filets étaient toujours placés et elle voyait l’argent qui était dépensé dans l’éducation et les films selon Redmond.

Emprisonner les braconniers ou créer une économie avec la collaboration des locaux

Les autres conservationnistes jouaient sur le long terme. Ils voulaient alerter l’opinion sur les gorilles et encourager les gouvernements locaux pour préserver leur habitat plutôt que de l’utiliser pour élever du bétail. Fossey pensait que c’était une mauvaise approche. Elle voulait une action directe et mettre les braconniers en prison. Elle se moquait des efforts de transformer des braconniers en fermiers. Et son hostilité et son manque de confiance envers les Rwandais ont augmenté.

Cin-dy, la chienne de Diane Fossey en 1977

Cin-dy, la chienne de Diane Fossey en 1977 – Credit: Ian Redmond

Vedder, qui est arrivé 2 mois après la mort de Digit, a déclaré que Fossey ne croyait pas du tout les Rwandais. Elle les faisait taire dès qu’ils tentaient de parler et elle était extrêmement agressive envers eux selon Vedder. Fossey ne semblait pas réaliser, que pour sauver les gorilles, elle devait obtenir toute l’aide possible incluant celle des autorités qu’elle détestait. Elle refusait de travailler avec les nouvelles méthodes de conversation et que tout effort, qui ne combattait pas directement le braconnage, était inutile. Elle considérait que les autres efforts étaient juste un Comic Book de la conservation.

Fossey a donc gardé ses distances du Mountain Gorilla Project qui a été commencé en 1979 et qui a réuni plusieurs organisations pour sauver les gorilles restants du Rwanda. La clé était de travailler avec les locaux pour changer leurs attitudes envers les gorilles.

La mort de Diane Fossey

Le 26 décembre 1985, Diane Fossey a été massacrée à coup de machette dans sa cabine. Jusqu’à ce jour, son meurtre n’est pas résolu. Redmond, qui est arrivé le premier dans la cabine, a déclaré que l’enquête a été bâclée. Il n’y avait aucune scène de crime. Les gens allaient et venaient et ils détruisaient toutes les empreintes et les preuves. Une chose était claire. La cabine de Diane Fossey était saccagée comme si quelqu’un cherchait quelque chose, mais les objets de valeur étaient toujours là. L’explication évidente est qu’elle a été tuée par les braconniers contre lesquels elle s’est battue pendant des années. Mais ceux qui ont travaillé avec elle estiment que c’est impossible.

La tombe de Diane Fossey dans les montagnes du Rwanda. Elle a été enterrée à coté de Digit

Les braconniers étaient des chasseurs locaux qui vivaient de cette manière depuis des décennies. Ils utilisaient l’argent du braconnage pour nourrir leur famille. Et ils savaient parfaitement que ce qu’ils faisaient était illégal et donc, ils faisaient toujours profil bas selon Vedder. Ils voulaient éviter la confrontation par-dessus tout. Je pense fermement que ce n’était pas les braconniers même si je n’ai aucune preuve. Les braconniers étaient des gens ruraux avec de faibles moyens et ils ne connaissaient pas suffisamment le camp pour être une menace pour Fossey. D’autres pensent que c’était des voleurs d’or locaux qui l’ont tué. Le Karisoke Research Center se trouve à côté de la frontière avec la République démocratique du Congo et le Rwanda et c’était zones de guerre pendant des années. C’était la route idéale pour des voleurs.

Diane Fossey savait que sa vie était en danger et elle dormait avec un pistolet sous son lit. En fait, de nombreux étaient surpris qu’elle n’ait pas été tuée auparavant. Elle avait beaucoup d’ennemis, son comportement était extrême et des choses violentes se produisent dans cette partie du monde. C’était la fin logique d’une vie pleine de confrontation selon Steward. Si Fossey avait écrit un scénario de film sur sa vie, alors la scène finale aurait été exactement comme les circonstances de sa mort. Mourir comme une guerrière dans sa cabine. Je pense qu’elle aurait approuvé ce type de fin.

L’héritage de Diane Fossey

La tombe de Diane Fossey, derrière celle de Digit, son gorille préféré

La tombe de Diane Fossey, derrière celle de Digit, son gorille préféré – Credit: Ian Redmond

Les nouvelles de sa mort ont mis un peu de temps à se propager. Parmi ses anciens collèges, seule Vedder était dans le pays à cette époque. J’ai mis du chardon et du céleri (la nourriture des gorilles) sur sa tombe. Avant sa mort, Fossey avait déclaré qu’il n’y aurait plus de gorilles de montagne dans les 15 prochaines années. Fossey avait tort. Un recensement mené 1 an après sa mort a révélé que non seulement, les gorilles ne diminuaient pas, mais qu’ils augmentaient. Fossey est morte avant qu’elle puisse apprendre que son travail a permis la repopulation des gorilles de montagne. Sa recherche a jeté les bases de tout ce qu’on apprit sur les gorilles depuis cette époque. Cela a permis de créer une économie de conservation pour promouvoir l’écotourisme dans le Rwanda.

Les années 1990 ont vu les horreurs du génocide rwandais, mais même dans cette période sombre, le nombre de gorilles est resté stable. Je pense que ça fait également partie de l’héritage de Diane Fossey. Je pense qu’elle continue de protéger la forêt. Si le centre de recherche n’avait pas été là, je pense que le Mountain Gorilla Project n’aurait jamais vu le jour selon Steward. Même aujourd’hui, les gorilles des montagnes sont l’une des rares espèces de singe qui ne soit pas menacé d’extinction directe. Ils restent menacés, mais la tendance est à la hausse. Une cérémonie de baptême en novembre 2015 a célébré la naissance de 24 bébés de gorilles des montagnes.

Au début de 2016, un nouveau recensement va révéler le nombre de gorilles par rapport à 2010 et 2012. Les derniers recensements montrent qu’on a environ 880 gorilles dans le Rwanda. Antoine “Tony” Mudakikwa, un vétérinaire local, le premier rwandais à traiter les gorilles, espère que ce nombre a augmenté. En dépit de toutes les erreurs de Diane Fossey, elle mérite de recevoir tous les crédits qui ont permis de sauver les gorilles des montagnes. En dépit de son hostilité contre le gouvernement local, les braconniers et même ses amis, c’est Diane Fossey qui est la première à avoir mis les gorilles des montagnes du Rwanda sur une carte. Si les gens n’avaient pas connu Diane Fossey à partir de ses articles de National Geographic, alors on n’aurait jamais connu l’histoire de Fossey avec la mort de Digit et de tout ce qui a suivi.

Diane Fossey a été enterrée dans les montagnes Virunga où elle a passé 18 années de sa vie. Elle a été enterrée à côté de Digit, son gorille préféré.

 

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, average: 2,60 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG