Les parents ne doivent pas espionner leurs enfants

Les applications de surveillance des enfants pullulent sur la toile. Mais quelle est la ligne entre la protection et l’obsession de contrôle ?


Les raisons pour lesquelles les parents ne doivent pas espionner leurs enfants

Depuis 2 ans, Mandie Synder, une comptable dans la ville de Washington, espionne sa fille. Avec un outil appelé mSpy, Snyder est capable de surveiller les SMS, les photos, les vidéos, les applications téléchargées et l’histoire de navigation de sa fille de 13 ans. Elle n’a aucun problème avec cet espionnage, car elle a pu intervenir lorsque sa fille a envoyé un SMS à son petit ami pour planifier un rendez-vous sexuel. Je sais que ma fille n’est pas aussi naïve que moi à son âge, mais en tant que , cette ère technologique me terrifie.

Une ère d’espionnage des enfants

Avec des technologies de surveillance telles que mSpy, Teen Safe, Family Tracker et d’autres, les parents peuvent surveiller les appels, les SMS, les discussions et les publications des réseaux sociaux. Ils peuvent suivre leurs enfants à la trace. Une application appelée Mama Bear avertit même les parents quand leur est dans une voiture qui roule trop vite. Mais la frontière est mince entre la protection et l’obsession. Ces outils d’espionnage sont un dilemme pour les parents. L’adolescence est une étape critique pour la vie de leurs enfants. Les enfants ont besoin de vie privée et d’espace individuel pour développer leur propre identité. Les parents ne tolèrent pas que leurs enfants s’éloignent d’eux. Mais le fait d’espionner sur les coins les plus sombres de la vie des enfants est rarement une bonne idée. En fait, cela va provoquer plus de mal que de bien dans la majorité des cas.

Sur le long terme, l’objectif d’un parent est de créer un adulte autonome et en bonne santé. Et ce processus d’une autonomie saine commence dès que vos enfants commencent à s’éloigner de vous selon Nancy Darling, une psychologue développementale à l’Oberlin College. Le plus difficile pour les parents est d’équilibrer la protection avec la vie privée. La vie privée est une pièce maitresse de l’autonomie. La capacité de bénéficier de la vie privée est un droit fondamental qui transcende les cultures selon Skyler Hawk, un psychologue social qui étudie le développement de l’adolescence à l’université de Hong Kong. Pendant l’adolescence, le cerveau, le corps et la vie sociale des enfants changent rapidement. Ils ont besoin d’espace pour développer leur identité et leur autonomie selon Hawk.

La vie privée, un droit fondamental pour tous les âges

La vie privée n’est pas simplement importante pour les adolescents selon Sandra Petronio, professeure de communication et directrice du Communication Privacy Management Center à l’université Purdue. C’est leur devoir. Le principal rôle d’un adolescent est de faire preuve d’individualité et de s’éloigner de ses parents. Et la meilleure manière est de satisfaire leur demande d’espace privé. Il y a de nombreuses preuves qui montrent que l’espionnage des enfants par les parents nuit considérablement à la relation parent/enfant selon Petronio. Quand les parents espionnent, ils montrent leur manque de confiance. Ce besoin de contrôle détruit toute la relation.

De plus, l’espionnage secret ne le restera pas très longtemps. Les enfants sont plus technologiquement avancés que les parents. Ils vont découvrir tôt ou tard les applications de tracking et ils vont les désactiver en quelques minutes. Si vous mettez une application de localisation géographique sur son enfant, qu’est-ce que vous allez faire s’il laisse son téléphone dans son casier scolaire ou s’il crée un second compte Instagram ?

Les nombreux risques de l’espionnage parental

Et ce n’est pas une surprise que lorsque les enfants ne font plus confiance à leurs parents, alors ils deviennent plus secrets. Des chercheurs aux Pays-Bas ont demandé à des enfants si leurs parents respectaient leur vie privée. Un an plus tard, les enfants étaient devenus tellement secrets que les parents ne savaient plus rien malgré les applications d’espionnage contrairement aux parents qui ne pratiquaient pas d’espionnage. Si les parents empruntent la voie de l’espionnage secret, alors ça va leur revenir en pleine figure selon Hawk.

L'application mSpy permet d'espionner systématiquement ses enfants. Un exemple d'une publication sur Snapchat capturée par l'application

L’application mSpy permet d’espionner systématiquement ses enfants. Un exemple d’une publication sur Snapchat capturée par l’application

Et la relation enfant-parent n’est pas la seule chose qui sera détruite par l’espionnage. Quand les enfants sentent qu’on viole leur vie privée, alors ils souffrent de plus de problèmes mentaux. Des problèmes tels que l’anxiété, la dépression ou le repli sur soi. Il y a de nombreuses recherches qui indiquent que les enfants, qui grandissent avec les parents intrusifs, sont plus susceptibles d’avoir des maladies mentales, car cela nuit à la capacité de l’enfant à fonctionner de manière autonome selon Laurence Steinberg, professeur de à Temple University et auteur du livre Age of Opportunity: Lessons From the New Science of Adolescence.

Quand les parents ne permettent pas à leurs enfants de prendre leurs propres décisions, les enfants n’auront aucune chance d’apprendre des erreurs de ces décisions. Les parents ont l’obligation de guider et de protéger leur enfant et l’adolescence est un moyen de tester ces limites selon Judith Smetana, professeure de psychologie à l’université de Rochester. Prenez l’exemple de l’utilisation d’alcool. Les enfants, qui boivent de l’alcool pendant l’adolescence, ne deviennent pas de grands buveurs et ils ont même une meilleure santé. Car c’est juste une expérience de l’adolescence.

La frontière complexe entre la sécurité et la vie privée des enfants

Mais même quand les parents comprennent le besoin de la vie privée, il leur est difficile de dessiner une frontière précise. Et la limite dépend de là chaque famille, de son origine ethnique, de sa religion, du statut socio-économique, etc. selon Dalton Conley, sociologue à l’université de Princeton. Conley a déclaré qu’il était choqué d’apprendre qu’un collègue espionnait ses enfants avec une caméra de nounou lorsqu’elle allait à des conférences. Et dans le même temps, Conley n’avait aucun problème à surveiller la moindre transaction de la carte de crédit de ses enfants pour voir ce qu’ils achetaient. Les technologies de surveillance parentale évoluent très rapidement et il est difficile de dire quelles sont les normes acceptables.

Darling essaie également de tracer une frontière entre l’indépendance et la vie privée. Elle a demandé à son plus jeune fils d’activer la fonction Find My iPhone pour découvrir sa localisation si c’était nécessaire. Et quand son fils ainé n’est pas rentré de la nuit, elle a regardé l’historique de ses appels pour appeler sa petite amie. Le fil ainé est devenu furieux, mais il était 3 heures du matin et il n’était pas toujours rentré selon Darling.

Pour Darling, les enfants n’acceptent pas quand leurs parents espionnent leurs aspects personnels tels que l’écoute d’une conversation ou la lecture de leur SMS. Mais la plupart des enfants réalisent que les parents ont une autorité légitime pour la sécurité. Les parents doivent savoir où se trouvent leurs enfants et les enfants sont prêts à coopérer dans ce domaine. Mais est-ce que vos enfants sont vraiment en danger ? Et bien, pas tant que ça. Selon les chiffres du FBI, les crimes violents ont baissé de 48 % de 1993 à 2011. La mortalité des enfants est au plus bas niveau et les rapports d’enfants disparus sont également très bas. Mais les parents imposent la surveillance sous la pression culturelle. Aux États-Unis, on a des parents qui ont été arrêtés parce que leurs enfants sont allés seuls à l’école ou qu’ils jouaient dans un parc dans leur supervision.

Le rôle des médias dans la création de la peur pour les enfants

La plupart des experts attribuent cette pression culturelle aux médias de masse. Ces médias terrifient régulièrement avec des titres racoleurs. Des enfants disparus ou tués. Les médias créent la peur et cette peur se transforme en un espionnage pour les enfants et les jeunes adultes selon Petronio. Cette peur et cette pression a le potentiel de nuire considérablement aux enfants et les empêcher de devenir des adules indépendants. Certes, il y a des enfants qui vivent dans un voisinage dangereux. Et ces enfants acceptent mieux l’idée d’une surveillance parentale. Une étude, par des chercheurs de l’université de Virginie, a trouvé que les enfants, dans des banlieues de classe moyenne, avaient les pires relations avec leurs parents intrusifs. Mais dans la même situation, des enfants dans les milieux pauvres, acceptait mieux l’idée de parents plus autoritaires. Car cette autorité est légitime par rapport à l’insécurité ambiante.

Les médias, des champions pour créer la peur dans la société

Les médias, des champions pour créer la peur dans la société

Mais dans de nombreuses communautés, l’espionnage des parents n’a rien à voir avec la sécurité de leurs enfants, car c’est lié avec leur propre anxiété. Le point important est que vous comblez votre besoin de savoir parce que vous avez une tolérance faible pour l’ambiguïté et vous ne permettrez jamais à vos enfants d’apprendre à prendre de meilleures décisions selon Petronio. La recherche d’Hawk montre que les parents, qui espionnent leurs enfants, ont moins confiance dans leur capacité parentale et plus d’anxiété sur les relations avec leurs enfants.

La communication avec les enfants

Comment déterminer la frontière entre la sécurité et la vie privée ? Le conseil est vieux comme le monde et c’est la communication avec les enfants. La meilleure manière d’en apprendre sur la vie de vos enfants est de leur demander ce qui se passe selon Hawk. Mais certains estiment que ces applications d’espionnage permettent d’améliorer cette communication. Si on connait les sujets des enfants lorsqu’ils en parlent à leurs amis, alors cela permet de briser rapidement la glace. Snyder a déclaré que l’application mSpy lui a permis d’avoir un tremplin pour parler de sexe, de drogue, de suicide avec ses enfants.

Mais les parents, qui utilisent ces applications à bon escient, sont rares. La plupart se contentent de ces applications pour assouvir leur besoin de contrôle en négligeant complètement la communication. Les parents vivent des temps difficiles et ils doivent se poser de bonnes questions. Il est très facile de violer la vie privée de leurs enfants, mais qu’est-ce qui se passe s’ils franchissent la ligne ? Si vos enfants n’ont plus confiance en vous, alors sachez qu’il sera plus difficile de la rétablir que d’installer une application d’espionnage en quelques clics.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, average: 4,25 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *