Guerre mondiale zéro et la civilisation mystérieuse des peuples de la mer


  • FrançaisFrançais

  • Tout le monde connait la guerre de Troie. Mais un archéologue propose une théorie assez controversée sur le fait que cette Guerre de Troie est bien plus importante qu’on le pensait. Selon cette théorie, cette bataille est l’acte final de ce que cet archéologue considère comme la Guerre mondiale Zéro. Cette guerre mondiale zéro a provoqué l’effondrement du monde de l’âge de bronze dans l’est de la méditerranée il y a 3 200 ans. Autant dire que les autres archéologues regardent cette théorie avec beaucoup de scepticisme.


    La Guerre de Troie serait-elle un évènement d'une Guerre mondiale zéro initiée par la civilisation perdue des Louvites ?

    La guerre de Troie n’est qu’un événement d’une guerre à l’échelle mondiale. Et le catalyseur de cette guerre serait une civilisation mystérieuse totalement négligée par les archéologues. On vous propose de faire la connaissance des Luwiens (louvites, louviens ou luites en français). Au second millénaire avant l’ère commune, cette civilisation a conquis l’est de la méditerranée. Le royaume égyptien a coexisté avec les Hittites de l’Anatolie centrale et les Mycéniens de la principale île de Grèce. En l’espace d’une seule génération, toutes ces civilisations se sont effondrées de manière très brutale. Un changement climatique ? Un séisme ? Des soulèvements populaires ? Les archéologues en débattent encore.

    La civilisation Louvite à l’origine d’une guerre internationale ?

    Eberhard Zangger, directeur d’une ONG appelé Luwian Studies, basé à Zurich en Suisse a déclaré qu’on ne comprend pas cette époque, car on ne possède pas une pièce importante du puzzle. Une autre civilisation puissante dans l’ouest de l’Anatolie a joué un rôle central dans l’effondrement. Ses analyses de la littérature existante montrent que l’ouest de l’Anatolie était extraordinairement riche en minerais signifiant que c’était une région importante de l’Antiquité.

    En étudiant les images par satellite, Zangger a également découvert que cette zone était très peuplée pendant la fin de l’âge de Bronze. Et pour le moment, on a découvert seulement quelques-unes des 340 cités qui ont été identifiées. Certaines de ces cités sont tellement grandes que vous pouvez les voir de l’espace selon Zangger. Nous avons encore une tonne de découvertes devant nous. Ces textes hittites nous apprennent également que ces royaumes Louvites étaient suffisamment puissants pour former des coalitions afin d’attaquer l’empire hittite. Zangger pense qu’il y a 3 200, les Louvites ont lancé une grande offensive en détruisant totalement l’empire Hittite.

    La Guerre de Troie serait-elle un évènement d'une Guerre mondiale zéro initiée par la civilisation perdue des Louvites ?

    Après la disparition des Hittites, des textes égyptiens décrivent une attaque massive par ce qu’on connait comme les peuples de la mer. Zangger estime que ces peuples de la mer étaient les Louvites. Ces derniers ont continué leur conquête pour se frotter à l’Égypte. Et leur offensive a permis de fragiliser les Égyptiens. Les Mycéniens, qui ont sans doute anticipé une attaque similaire sur leur territoire, ont formé leur propre coalition selon Zangger. Ils ont traversé la région de l’Égée et ils ont attaqué les Louvites. Les Grecs ont détruit la civilisation des Louvites et c’est dans cette guerre qu’ils ont attaqué la ville de Troie qui a été immortalisé par l’Illiade d’Homère. Sur le chemin du retour pour la Grèce et en l’absence d’une autre menace, Zangger estime que les Mycéniens se sont déchirés entre eux en provoquant une guerre civile. Leur civilisation a été la dernière à s’effondrer dans cette région. Zangger estime que seule une série d’événements de ce type peut expliquer la destruction de toutes ces cités. Et il a publié ces idées dans un nouveau livre et un site web en anglais.

    Une histoire grandiloquente, mais peu de preuves à l’horizon

    Mais quel est l’avis des autres archéologues sur cette épopée sanglante et la civilisation perdue des Louvites ? Cela fait longtemps qu’on a cessé de promouvoir une identité culturelle monolithique selon Christoph Bachhuber de l’université d’Oxford. Pour avoir une preuve de la théorie de Zangger, il faut qu’on trouve des preuves archéologiques de la civilisation Louvite dans l’ouest de l’Anatolie. Ces preuves doivent concerner l’architecture et les textes. Et la preuve des textes montre une image confuse de l’époque qui a suivi l’âge de bronze qui peut à la fois supporter et infirmer la théorie de Zangger selon Ilya Yakubovich, un historienne linguiste à la Philipp University of Marburg en Allemagne.

    La Guerre mondiale zéro de Zangger est également mal acceptée. Il propose l’idée d’une guerre ancienne internationale selon Michael Galaty de l’université du Mississippi. La plupart des archéologues vont protester contre cette terminologie. Pour Bachhuber, c’est une grande histoire grandiloquente, mais les archéologues sont sceptiques face à la véracité des récits tels que ceux d’Homère. Mais Zangger persiste en disant qu’il y a d’autres récits de la guerre de Troie qui sont similaires à ceux d’Homère. L’un d’entre eux, écrit dans le premier siècle après l’ère commune, se réfère à des monuments égyptiens qui ont été détruits par ce conflit.

    En dépit des critiques sur sa théorie, la plupart des archéologues s’accordent que les idées de Zangger, malgré le fait qu’elles soient provocantes, permettront de susciter l’intérêt sur la recherche archéologique concernant la fin de l’âge de Bronze. L’ouest de l’Anatolie est totalement négligé par les recherches archéologiques et les découvertes profiteront à toute la communauté scientifique indépendamment du fait que la théorie de Zangger soit vraie ou non.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    No Responses

    1. From the beginning I want to make it crystal clear that I’m Greek and as PhilHellenic or « Pro-Greek » as any Turk is Pro-Turkish, any German is « Pro-German » or any Swiss is « Pro-Swiss ». Dr. Eberhard Zangger himself is « Pro – Dr. Eberhard Zangger and his theory’s supporters » or at least « Pro-Luwian » (biased), if not even … « Pro-Turkish ». However, as a modern Greek, who’s deeply in love with his nations’ heritage, I have every right and it’s my duty to keep my eyes widely opened, be aware of any possible malicious attack against it, regardless if just an indirect one, and defend it, despite any « academic » pretensions of those who would contribute to it. I’m aware that many readers of my comment will label me allegedly « unjustifiable defensive », « against scientific research or progress », « sight-limited » or « ignorant », but I’ll still continue to write about what I intended to, which is that I have a feeling that all this « ancient Luwian civilization » mirage, which would allegedly be « another long-forgotten Anatolian one rising from shadows », « newly emerging (in the field of history research) » etc, as it was recently presented by the media covering the « Luwian studies » independent, private, non-profit foundation based in Switzerland claims, is suspect of being endorsed and insidiously endorsing itself some Pro-Turkish propaganda. In support of what will be labelled by many as a harsh claim (I just made), I’ll present my (4 main) arguments, by referring to those presented in this video https://www.youtube.com/watch?v=1DNyA90f_aw while making the remark that they must be taken into consideration together, because each one, just by itself, cannot be sufficiently conclusive:

      1. Videos on this YT channel, aside of having an English audio (presentations made in the English language), they’re also re-uploaded with subtitles in the Turkish language, and there’s a description of the channel’s thematic or goals in the Turkish language, in its « About » section …
      2. Constant references to alleged emphatic « Pro-Greek » bias of the western / European scientists / historians during their research and in their writings, after the conquest of Costantinople / Istanbul by Turks and especially during and after the 19th century AD revolutions of the south-eastern Europe / Balkanic peoples against the Ottoman (Turkish) empire’s yoke they endured for half millennium, may indicate a « Pro-Turkish » approach / bias and not necessary a wish for a return to what’s implied to have allegedly been the old / authentic one; after all, those praised (in the video) Luwians (« ancient Turks »?) lived on the territory of what’s nowadays western Turkey …
      3. The « Luwian civilization » is firstly portrayed as allegedly NEVER experiencing a « demise », unlike the Mycenaean (Greek), Minoan or Hittite ones, although later it’s mentioned that it DID experience one, 500 years later than the other three enumerated civilisations. While the claim was clearly made as a reference to the ancient times, the issue was more likely emphasized to imply a certain superiority of the « Luwian civilization » over the others, if not even a sort of notable descent of the modern Turkish culture / people from the ancient Luwian one(s) … Now, remember that, even though there was a dark age of ancient Greece, Greek culture and Greek people still exist today. Do the Luwian ones, too? …
      4. The « great achievements or importance » of the « Luwian civilization » are indirectly implied by an exaggerated and emotional-like presentation, that’s by the use of some affirmations / arguments which cannot directly support those attributes: « the Luwian civilization wasn’t systematically studied yet », « there are more Luwian archaeological sites already discovered, than there are some Mycenaean (Greek) ones », « the Luwian realm expanded more than the Mycenaean one did », « the Luwian hieroglyphic script was discovered earlier than the Mycenaean one was and it was continuously in use for an almost four times longer historical period than the second (the Greeks have lost their knowledge of writing completely) » [… Am I writing now? …], « the Luwians produced and traded metals, horses, timber (hard to produce, hard to trade, needed a superior knowledge to do it), while (compared to that) the Mycenaeans produced (just) pottery » … Now, Greeks might’ve « lost » and, later, « adopted » or « changed » their writing system (discussable claim), but they NEVER lost or changed their LANGUAGE, since it was first archaeologically attested. And this is an important proof of real superiority, since one of the « Luwian studies » foundation’s arguments in support of the existence of a « Luwian civilization » is that those petty states in western Anatolia were all « Luwian » because of the common Luwian language their people spoke.

      Finally, I’ll put some rhetorical questions: Does the « Luwian studies » foundation imply, against the overwhelming evidence, that the seed of the later (western) European civilization, including our modern one, wouldn’t have originated in the ancient Greek civilization, regardless if Mycenaean or the later classical era, but somehow in the Luwian one, which would’ve been superior? Or, does the « Luwian studies » foundation even claim that the ancient Greek culture itself would’ve been « fabricated » and would’ve actually been just an adoption by the Greeks of the Luwian one? It seems that « Yes » is the answer, though not heard, but indirectly understood, since, besides of all the claims in this video about the « Luwian civilization », Martin Bernal’s « Black Athena » book (graphically short-circuited), is presented as one of the « Anatolistic » plausible « scientific alternative » (or bias …).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *