Le centre de la Terre est plus jeune que sa surface

Le centre de la Terre est plus jeune de 2 ans comparé à sa surface. Une anomalie ? Non, une preuve de la dilatation du temps qui est décrite par la relativité générale.


Le centre de la Terre est plus jeune de 2 ans par rapport à sa surface à cause de la dilatation des durées de la relativité générale.

Dans la théorie de la relativité générale, les objets massifs courbent la structure de l’espace-temps en créant une attraction gravitationnelle et en ralentissant le temps aux alentours. Et donc, une horloge placée au centre de la va tourner plus lentement qu’une autre horloge placée sur sa surface. De tels changements de temps sont déterminés par le potentiel gravitationnel, une mesure de la quantité de travail nécessaire pour déplacer un objet d’un point à un autre.

Et évidemment, la gravité au centre de la Terre est légèrement plus forte qu’à la surface et donc, une horloge au centre serait plus lente par conséquent. Et sur l’histoire des 4,5 milliards d’années de la Terre, le décalage des fractions de seconde entre le coeur et la surface terrestre fait que le centre de la Terre est plus jeune de 2 ans selon les calculs publiés par les chercheurs dans l’European Journal of Physics. Dès 1960, le physicien théoricien Richard Feynman avait suggéré que le centre de la Terre est plus jeune, mais il situait le décalage à seulement quelque jours.

Les nouveaux calculs ne prennent pas en compte les processus géologiques qui ont un plus grand impact sur l’âge de la Terre. Par exemple, le coeur de la planète s’est formé avant sa croute. Donc, il n’y a pas de conséquences en soi sauf que ce calcul montre l’influence de la gravité sur le temps et la preuve est juste sous nos pieds.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *