lundi , 25 septembre 2017

Qui étaient les premiers habitants de Madagascar ?

La première colonisation de Madagascar dévoile progressivement ses mystères. L’origine austronésienne est de plus en plus confirmée.


Qui étaient les premiers habitants de Madagascar ?
Ces rizières à Madagascar témoignent de l'origine asiatique de ses premiers habitants.

Qui est venu en premier à Madagascar ? C’est sans doute l’un des plus grands mystères de la colonisation humaine. Madagascar se trouve à 400 kilomètres à l’est de l’Afrique. Mais la cuisine, les rituels et les croyances religieuses ressemblent à celle de Bornéo qui se situe à plus de 9 000 kilomètres vers l’est. La langue malgache est très proche de l’hawaïen plutôt que du Bantu et la moitié des gènes du peuple malgache remonte à l’Austronésie qui inclut l’Indonésie et les îles du Pacifique. Mais on n’avait pas encore de preuves archéologiques sur cette connexion distante.

Mais désormais, de nouvelles études montrent une colonisation austronésienne qui date de 700 à 1 200 de l’ère commune. Et la preuve est sous la forme d’un fil d’Ariane. Des récoltes et des graines propres à l’Austronésie se sont propagées à Madagascar et dans les îles voisines. Nous avons finalement un signal de cette expansion austronésienne selon Nicole Boivin, une archéologue de l’Institut Max Planck en Allemagne.

L’étude par Boivin et ses collègues, qui sera publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (Lien vers le papier complet via Sci-Hub), a découvert que ces voyageurs austronésiens ne se sont pas arrêté à Madagascar. Certains d’entre eux ont colonisé les îles des Comores. La découverte d’une connexion austronésienne vers les Comores est surprenante selon David Burney, un paléobiologiste du National Tropical Botanical Garden à Hawai. Mais les austronésiens se sont arrêtés à la cote africaine comme une sorte de frontière culinaire selon Alison Crowther, une archéologue de l’université du Queensland en Australie.

Son équipe a collecté plus de 2 400 échantillons botaniques provenant de 20 sites sur le continent africain, les îles de l’Océan Indien et Madagascar. Elle a obtenu 43 datations au carbone provenant des graines. Entre 700 et 1200 de l’ère commune, les chercheurs ont trouvé une frontière claire entre les sites dominés par les graines africaines telles que le Mil à chandelles, le niébé et le sorgho. En revanche, les graines asiatiques étaient fréquentes dans les Comores et Madagascar, mais rares sur les cotes africaines.

Cette liste, montrée par l’étude, montre que les 2 régions (l’Afrique et Madagascar) sont totalement différentes par rapport à leur mode de vie et cela suggère une colonisation austronésienne sans précédent sur Madagascar et les Comores. Il y a 1 000 ans, les navigateurs indiens et arabes faisaient du commerce entre l’est de l’Afrique et l’Inde (Lien vers le papier complet via Sci-Hub). Mais les récoltes indiquent que les colons de Madagascar et des Comores venaient de bien plus loin à l’est. Bien que le riz asiatique et le haricot mungo sont fréquents dans le sous-continent indien, d’autres graines indiennes telles que le hurali et l’Urd (2 variétés de légumes) ne sont pas présentes à Madagascar ou dans les Comores.

Le type de récolte était différente en Afrique par rapport à Madagascar et les Comores. Cela suggère des peuples totalement différents qui ont colonisé la Grande Ile et les Comores.

Le type de récolte était différente en Afrique par rapport à Madagascar et les Comores. Cela suggère des peuples totalement différents qui ont colonisé la Grande Ile et les Comores.

Les études génétiques confirment également que c’est la colonisation asiatique qui est à l’origine de la moitié des gènes qu’on trouve chez les Malgaches d’aujourd’hui. L’arrivée des Africains est encore un mystère. On suppose qu’ils ont fait des va-et-vient fréquents avant de s’établir définitivement selon Peter Forster, un archéologue de l’université de Cambridge.

En 2013, Robert Dewar, un archéologue de l’université de Yale a prétendu que les premiers habitants ont atteint Madagascar autour de 2000 avant l’ère commune, soit 1000 ans avant toutes les estimations précédentes. L’archéologue a utilisé la datation au carbone sur les matières organiques et les artefacts de pierre qui ont été découvertes dans le nord de la Grande Île. Mais même l’équipe de Dewar n’était pas prête à réécrire l’histoire de Madagascar. Pendant ce temps, Burney estime que les données environnementales telles que la culture sur brulis suggèrent que les premiers humains sont arrivés à Madagascar autour de 400 avant l’ère commune.

En se basant sur les études de la mégafaune unique qui existait à Madagascar incluant des oiseaux géants et de Grands lémuriens, le paléoécologiste Simon Haberle de l’Australian National University argue que l’arrivée est plus récente. Il rapporte à la réunion de la Society for American Archaeology (SAA) que la datation au carbone des champignons, provenant des excréments de la mégafaune sur 5 sites dans le sud-ouest de Madagascar, suggère que les grands animaux tels qu’une espèce de lémurien de 150 kg ont commencé à disparaitre aux alentours de 500 de l’ère commune. Cette disparition a été provoquée par les chasseurs humains qui étaient présents sur l’île. Les extinctions de la mégafaune se sont accélérées autour de 700 à 1000 avant l’ère commune coïncidant avec la vague massive des Austronésiens qui ont débarqué à Madagascar.

Mais l’identité de ces premiers habitants reste obscure. Aujourd’hui encore, Madagascar possède des groupes de chasseurs-cueilleurs connus comme les Mikea, qui ont une tradition orale qui prétend qu’ils sont les premiers habitants de Madagascar. Cependant, une étude génétique de 2013 a montré que ce groupe est plus proche des Malgaches qui sont un mélange de Bantu Africain et d’Austronésien. L’équipe de cette étude suggère que les Mikea étaient des fermiers et qu’ils sont devenus des chasseurs-cueilleurs plutôt que d’être les descendants d’une vague pré-austronésienne.

Le résultat est qu’on est quasiment certain qu’une grande partie du peuple malgache est d’origine austronésienne mélangée avec des souches africaines. Mais les vrais premiers habitants restent encore dans l’ombre. Il y a un groupe qui a précédé les Africains et les austronésiens. La nouvelle étude donne une petite pièce de l’immense puzzle culturel et génétique des peuples de Madagascar. Cela montre également que la Grande Île possède une colonisation très complexe. Plusieurs peuples l’ont colonisé à différentes époques pour en faire ce qu’il est aujourd’hui.

 

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

3 commentaires

  1. Bonjour,
    un professeur d’histoire malgache soutient que les premiers “africains” de Madagascar seraient venus des iles Andaman et Nicobar.
    Cordialement,

  2. Bonjour et merci pour ce article fort intéressant

    Il est certain que de nombreuses hypothèses ont été et sont avancées sur l’origine du premier peuplement de Madagascar

    Rien n’est simple dans ce brassage ethniques mais des articles tel que le vôtre sont d’un réel intérêt

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG