Découverte d’une molécule chirale dans l’espace interstellaire

La vie est généralement gauchère. Certaines molécules ont des versions en miroir qui se comportent différemment de la même manière qu’une main droite ne s’adapte pas dans un gant gauche. Cette propriété chimique, connue comme la chiralité, est présente dans toute la vie organique. Mais son origine demeure un mystère.


Les scientifiques découvrent une molécule chirale dans l'espace, une caractéristique de la vie

Désormais, une équipe menée par Brett McGuire du National Radio Astronomy Observatory et Brandon Carroll du California Institute of Technology ont découvert la première molécule chirale dans l’. Ils ont détecté de l’oxyde de propylène dans un énorme nuage de gaz situé à 390 années-lumières. Ces résultats excitent Stephen Macko, un géochimiste de l’université de Virginie qui a travaillé sur les molécules chirales dans les météorites.

Nous devons avoir la chiralité pour la vie selon Macko. Même si l’oxyde de propylène n’est pas nécessaire pour la vie, si vous pouviez avoir des molécules chirales de cette , alors cela signifie qu’il y a des molécules qu’on peut associer avec la vie.

Mais McGuire et Carroll ne sont pas seulement excités parce que les résultats pourraient expliquer où la vie peut émerger, mais ils pourraient également expliquer l’apparition de la vie. Le mystère fascinant de la vie est que nous ignorons les raisons de la chiralité pour certaines molécules par rapport à d’autres.

Les acides aminés sont toujours gauchers tandis que les sucres, composants l’, sont toujours droitiers. L’équipe ignore quelle est la main qui domine l’oxyde de propylène interstellaire, mais de futures observations pourraient expliquer les raisons pour lesquelles la nature choisit son côté.

Carroll suspecte que la nature produit des molécules droitières et gauchères en nombre égal. Ensuite, certains processus, impliqués dans la formation des étoiles, détruisent un côté privilégiant l’autre pour former la vie. On ignore les critères de ce choix selon Carroll et cela pourrait être complètement aléatoire. Mais en observant la formation de ces molécules dans les nuages interstellaires, les chercheurs pourraient bientôt avoir la réponse.

Source : Revue Science (Papier complet via Sci-Hub)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *