France : Démission en bloc et rififi dans la recherche en mathématique

Les 20 membres du Comité d’Évaluation Scientifique en mathématiques et en informatique ont démissionné en bloc pour protester contre les nouvelles politiques de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) ainsi que la baisse drastique du taux de succès dans les projets liés aux mathématiques qui sont financés par l’ANR.


Les 20 membres du Comité d'Évaluation Scientifique en mathématiques et en informatique ont démissionné en bloc pour protester contre les nouvelles politiques de l'ANR (Agence Nationale de la Recherche) ainsi que la baisse drastique du taux de succès dans les projets liés aux mathématiques qui sont financés par l'ANR.

Le Comité d’Evaluation Scientifique en mathématiques et en informatique de l’ démissionne en bloc pour protester contre la confiscation des choix scientifiques par une gestion entièrement administrative. C’est le résumé de l’annonce officielle du Comité d’Evaluation Scientifique en mathématiques et en informatique avec une démission qui est effective depuis le 6 juin 2016. Ce comité est composé de 20 membres et il est chargé d’évaluer les propositions en et en informatique pour l’Agence Nationale de la Recherche. Le groupe a refusé de donner son verdict pour les propositions de projets mathématiques comptant pour 2016. Et à moins que les parties en présence trouvent une solution, cette démission signifie que l’agence ne financera aucun projet de mathématique fondamentale pour cette année.

Avant 2015 et avec le Programme Blanc qui était un programme de l’ pour récompenser davantage les disciplines théoriques, le Comité avait plus liberté pour sélectionner les propositions avec un taux de succès de 30 %. Après que le gouvernement ait fusionné la plupart des programmes en un seul appel générique pour les propositions, le taux de succès a été standardisé à travers toutes les disciplines incluant les mathématiques. Dans un contexte de réduction budgétaire, le taux de succès a baissé pour atteindre à peine les 10 % pendant les 2 dernières années.

Le comité, qui est supporté par une grande partie de la communauté des mathématiques, estime que ce faible taux de succès décourage de plus en plus les mathématiciens pour proposer leur projet et cela pénalise tout le domaine des mathématiques en général. L’ANR a répliqué en estimant que les mathématiques ont un léger désavantage par rapport aux sciences appliquées et qu’il tente de corriger ce déséquilibre.

Le comité démissionne en masse pour protester contre la confiscation des choix scientifiques par un processus entièrement administratif selon l’annonce. Christophe Besse, un mathématicien à l’université Paul Sabatier à Toulouse, qui préside le comité, estime que les mathématiques et l’informatique théorique sont différentes des sciences appliquées et que le comité doit avoir plus de liberté sur le choix des propositions.

Auparavant dans le Programme Blanc, le comité pouvait baisser le financement individuel des projets afin de sélectionner un plus grand nombre de propositions pour le même budget et donc, cela permettait d’avoir un taux de succès plus important selon Bess. La communauté des mathématiques proposait des petits projets et nous pouvions faire progresser la science fondamentale par petites étapes. Mais pour 2016, le comité a reçu 100 projets présélectionnés, soit une baisse de 20 % par rapport à l’année dernière. Et en supposant un taux de succès de 10 %, alors cela signifie que seuls 10 projets seront financés comparés aux 40 en 2010. Et c’est une situation ridicule selon Bess.

Le 6 juin, les participants au premier congrès de la Société Mathématique de France (SMF) à Tours ont publié une déclaration qui supporte la démission du comité. Quelques jours plus tard, la SMF, la Société française des statistiques, la Société des mathématiques industrielles et appliquées, la Société Informatique de France ont écrit une lettre dans laquelle ils déplorent un cercle vicieux qui menace la vitalité de nos communautés. Les 4 sociétés veulent que l’ANR soit plus transparent sur le processus du taux de succès et il demande d’impliquer pleinement le comité dans ses décisions.

Michael Matlosz, président de l’ANR a rencontré le comité et selon Nicolas Ehrbar, directeur de l’information et de la communication de l’ANR, la réunion a conclu que l’ANR est plus ou moins d’accord avec la situation subie par le comité, mais qu’elle avait les mains liées. Le comité tente maintenant d’aller jusqu’au Ministère de la Recherche. Il faudra trouver une solution avant le mois de juillet 2016 pour que l’agence puisse financer les projets à temps.

Ehrbar estime que la situation va s’arranger, car s’il n’y a plus aucun financement, alors ce sera pire pour le domaine des mathématiques. L’injection de 65 millions d’euros dans le budget de l’ANR permettrait de relâcher les tensions. Le nouveau système pour remplacer le Programme Blanc a pénalisé les mathématiciens, mais il est hors de question de revenir à l’ancien système selon Ehrbar.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *