Découverte de polluants dans les fosses marines les plus profondes

Des polluants ont été découverts dans certaines des fosses marines les plus profondes. On pensait que ces fosses étaient protégées de la pollution humaine, mais il semble que même ces fosses n’échappent pas au déversement des déchets dans l’océan.


Des polluants ont été découverts dans certaines des fosses marines les plus profondes.

Nous pensons que les fosses marines sont hors d’atteinte des humains selon Alan Jamieson, un chercheur spécialisé dans l’océan profond de l’université d’Aberdeen. Mais Jamieson et ses collègues ont trouvé des polluants fabriqués par l’homme à des niveaux très élevés dans des crustacés appelés amphipodes. Avant cette découverte, l’étude des polluants en eaux profondes se limitait à 2 000 mètres de profondeur ou moins. La dernière recherche a testé le niveau de substances chimiques de 7 000 mètres à 10 000 mètres de profondeur. L’analyse a été effectuée dans la fosse des Mariannes, la plus profonde des fosses marines et la fosse Kermadec à côté de la Nouvelle-Zélande. Les organismes ont été collectés pendant 2 expéditions internationales en 2014 faisant partie d’un programme de recherche financé par la National Science Foundation.

Des profondeurs qui sont polluées

Dans les 2 fosses, les amphipodes contenaient des polychlorobiphényles (PCBs) qu’on utilisait pour faire du plastique et des produits anti-salissures ainsi que des polybromodiphényléthers (PBDEs) qu’on utilise pour des retardateurs de flamme. Ces 2 polluants sont de fabrication humaine et ils appartiennent à des composants basés sur le carbone qu’on appelle des polluants organiques persistants (POP) qui sont difficiles à recycler. La production de PCB, qui est carcinogène, est interdite dans la plupart des pays depuis les années 1970. Et les PBDEs commencent à être supprimés progressivement. Les PBDEs provoquent des perturbations dans les systèmes hormonaux et interfèrent avec le développement neural.

Les concentrations de PCBs dans les amphipodes trouvés dans la étaient particulièrement élevées, 15 fois plus que celles qui ont été détectées dans la . Les doses sont plus élevées que dans les estuaires des rivières les plus pollués qui sont la Pearl River et la Liao River en Chine selon Jamieson. En revanche, la fosse de Kermadec contient des concentrations de PBDEs qui sont 5 fois plus élevées que dans la fosse des Mariannes et les niveaux sont plus élevés que sur les eaux côtières de la Nouvelle-Zélande.

Douglas Bartlett, un microbiologiste des eaux profondes au Scripps Institution of Oceanography à San Diego a déclaré que cette découverte est fascinante et elle prouve que ces fosses marines ne sont pas si éloignées de nous et que le monde est entièrement connecté.

Les fosses marines, les poubelles ultimes de la humaine

Le message qu’on peut transmettre de cette découverte est que lorsque vous jetez des déchets dans l’océan, alors ils vont couler définitivement. Quand des polluants tombent dans les fosses marines, alors ils y restent pour toujours. Et donc, ces polluants continuent de s’accumuler et éventuellement, les fosses marines deviendront plus polluées que les estuaires.

Les chercheurs suspectent que la pollution de la fosse des Mariannes est provoquée par la proximité des grands fabricants de plastique en Asie ainsi que la base militaire américaine sur l’île de Guam. Les eaux au dessus de la fosse font également partie du Gyre subtropical du Pacifique Nord, un système puissant de courants marins qui peuvent aspirer les matériaux à la surface jusque dans les profondeurs. Les fosses des Mariannes et de Kermadec font environ 11 kilomètres de profondeur, mais ce n’est pas assez pour le transport des polluants.

Les niveaux élevés de POP sont inquiétants selon les chercheurs. Les canyons profonds des océans sont des ressources naturelles inexploitées. Ils peuvent abriter des organismes pour plusieurs applications commerciales incluant la découverte des médicaments. Mais ces organismes sont désormais affectés par les polluants. Les scientifiques pensent aussi que les fosses marines sont d’importants puits de carbone en jouant un rôle essentiel dans la régulation du climat. Grâce à ces fosses, le carbone est poussé dans les profondeurs jusqu’à la partie interne de la Terre lorsqu’une plaque tectonique pousse une autre plaque. Si les activités microbiales sont affecté négativement par cette pollution, on se demande ce qu’elle peut faire au cycle de carbone en général.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *