Comment certaines salamandres régénèrent-elles leurs membres ?

La capacité de régénérer un de ses membres semble sortir de la science-fiction, mais une nouvelle recherche montre comment des animaux comme la salamandre ou le poisson-zèbre peuvent le faire et le mécanisme pourrait être présent chez les humains.


Des salamandres comme l'axolotl peuvent regénérer leurs membres et la science vient d'expliquer le mécanisme génétique derrière ce processus.

Les scientifiques connaissent des animaux qui peuvent régénérer leurs membres. Dans cette , ces animaux peuvent recréer tout le membre allant des muscles jusqu’aux vaisseaux sanguins à partir des cellules souches. Mais on ignorait encore le processus sur le plan génétique. Pour le comprendre, les scientifiques ont amputé les appendices de 2 espèces de poisson, le et le Bichir, ainsi qu’une espèce de connue comme l’axolotl.

Ils ont découvert 10 microARN, qui sont des petites pièces d’ARN qui régulent l’expression du gène, qui étaient identiques dans les 3 espèces. De plus, ils fonctionnaient de la même manière en dépit de la différence structurelle entre l’axolotl et les poissons. Les résultats supportent l’idée que les 3 régénérateurs de membres ont partagé un ancêtre commun il y a 420 millions d’années et ils suggèrent aussi que le processus pour régénérer les membres est préservé au fil du temps et non développé de manière indépendante et séparée dans les espèces selon les conclusions des chercheurs dans PLOS ONE. Et pour les humains, il faudra déterminer si on peut programmer ces microARN pour qu’ils fonctionnent de la même manière que chez les salamandres et les poissons et si c’est le cas, alors on pourrait améliorer notre capacité à guérir de blessures graves. Mais il ne faut pas espérer des pouvoirs à la Wolverine puisque ce type de modification ne sera pas possible avant très longtemps.#onestdéçu.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *