Pourquoi les gens croient-ils de nouveau aux OVNIS ?

Dans les années 1990, on a eu une véritable fièvre concernant les OVNIS. Les témoignages étaient nombreux même s’ils étaient démontés les uns après les autres. Les années 2000 ont vu une baisse d’intérêt notable des OVNIS, mais la croyance revient de nouveau sur la scène. La croyance aux OVNIS n’est pas liée à un intérêt pour les phénomènes extra-terrestres, mais bien une croyance d’origine religieuse.


Pourquoi les gens croient-ils encore aux OVNIS ?
Image par Rafael Terra (http://esotericaartagency.com)

Dans les années 1990, on entendait des découvertes d’ et des kidnappings par des aliens quasiment chaque semaine. Des séries comme The X-Files ou Alien Autopsy étaient diffusées en heure de pointe dans les télévisions. Et même le MIT avait organisé une conférence sur le kidnapping des aliens. Mais dans la première décennie du 21e siècle, l’intérêt dans les a baissé à toute vitesse. On n’avait plus que quelques témoignages ici et là et des groupes amateurs de recherche tels que le British Flying Saucer Bureau ont été démantelés.

En 2006, l’historien Ben Macintyre a suggéré dans le Times qu’internet avait chassé les OVNIS. L’information en circulation libre avec un échange constant des idées a permis de démonter la plupart des OVNIS et pour Macintyre, les gens ne voyaient plus d’OVNI parce qu’ils ne croyaient plus en ces apparitions. Les données semblaient confirmer l’argument de Macintyre que face à la aux OVNIS, la raison gagnait du terrain. Un sondage Gallup de 1990 avait trouvé que 27 % des Américains croyaient que des extra-terrestres avaient visité la Terre dans le passé. Ce chiffre a augmenté à 33 % en 2011 avant de baisser à 24 % en 2005.

Mais les X-Files sont de retour. Hillary Clinton a même déclaré que le gouvernement publierait tout ce qu’il sait des aliens si elle est élue présidente. Pendant ce temps, un article du Boston Globe, par Linda Rodriguez, suggère que la croyance des OVNIS progresse de plus en plus. Elle pointe vers un sondage Ipsos de 2015 qui a rapporté que 45 % des Américains pensaient que des extra-terrestres ont visité la Terre. Pourquoi la société occidentale continue-t-elle d’être fascinée avec le ? Si la ne détruit pas automatiquement la croyance dans les OVNIS, alors pourquoi les modes des OVNIS et des kidnappings par des aliens reviennent-ils par des cycles réguliers ?

Par extension, il y a un aspect politique. Même si des agents du gouvernement, comme les Men In Black, peuvent être du folklore qui fascine, des gens et des institutions puissantes peuvent influencer le niveau de stigmate sur ces sujets.

Les sociologues de la religion ont aussi suggéré que le scepticisme est souvent contré par différentes tendances sociales et ils l’appellent comme le Ré-enchantement. Ils arguent que même si la science peut démonter temporairement la croyance dans des forces mystérieuses, ces croyances vont toujours revenir, car le besoin d’y croire est enraciné dans la psyché humaine.

Une nouvelle mythologie

Le triomphe de la raison date du discours du sociologue allemand Max Weber en 1918. Dans ce discours appelé la Science comme une vocation, il a argué que le monde moderne accepte l’idée que toutes les choses peuvent être réduites par des explications scientifiques. Le monde, selon Max Weber, est désenchanté.

Comme de nombreux événements inexplicables, les OVNIS ont été traités comme un sujet important de l’enquête scientifique. Le public se demandait ce qui se passait et les scientifiques ont donc étudié le problème et démystifié le sujet. L’ufologie moderne, l’étude des OVNIS, date d’un signalement fait par un pilote nommé Kenneth Arnold. Pendant qu’il volait autour du mont Rainier le 24 juin 1947, Arnold a décrit 9 objets en forme de disque que les médias ont surnommé comme des soucoupes volantes. Quelques semaines plus tard, le Roswell Daily Register a rapporté que les militaires avaient découvert une soucoupe volante qui s’était écrasée. À la fin de 1947, les Américains avaient rapporté 50 alertes d’OVNI.

La Une du journal Roswell Daily Record datant du 6 juillet 1947

La Une du journal Roswell Daily Record datant du 6 juillet 1947

Pendant les années 1950, les gens ont commencé à rapporter qu’ils avaient eu des contacts avec les habitants de ces vaisseaux aliens. Et fréquemment, ces rencontres étaient érotiques. Par exemple, l’un des premiers kidnappés était un mécanicien de Californie nommé Truman Bethurum. Bethurum a été emmené à bord d’un vaisseau qui venait de la planète Clarion et ce vaisseau était dirigé par une femme superbe appelée Aura Rhane. La femme de Bethurum a finalement divorcé avec Truman à cause de son obsession avec Rhanes. En 1957, Antonio Villas-Boas au Brésil a rapporté une rencontre similaire dans laquelle il a été emmené dans un vaisseau et qu’on l’a forcé à s’accoupler avec une femelle.

Les psychologues et les sociologues ont proposé plusieurs théories sur le phénomène. En 1957, le psychanalyste Carl Jung a suggéré que les OVNIS servaient de fonction mythologique qui a permis aux gens du 20e siècle de s’adapter au stress de la Guerre froide. Mais Jung n’excluait pas directement que les OVNIS puissent être réels. De plus, les normes sociales américaines changeaient rapidement au milieu du 20e siècle, notamment autour de la race, du genre et de la sexualité. Selon l’historien W. Scott Poole, les histoires de sexe avec les aliens ont été un moyen d’accepter et de parler de ces changements. Par exemple, quand la Cour Suprême a finalement déclaré que les lois, qui interdisaient le mariage interracial, sont inconstitutionnelles en 1967, le pays parlait depuis des années de Betty et Barney Hill, un couple interracial qui prétendait qu’ils ont été sondés par les aliens.

Les Contactee (des personnes qui prétendent avoir été contactées par des aliens) ont aussi commencé à appliquer des idées scientifiques comme une manière d’empaqueter des forces mystérieuses avec des religions traditionnelles. Daniel Wojcik, expert en folklore, a considéré que la croyance dans des aliens bienveillants était du techno-milléniarisme. Au lieu de Dieu, certains croyants aux OVNIS pensaient que ce serait la technologie des aliens qui sauverait le monde. La secte appelée La Porte du Paradis, dont les membres ont commis un suicide collectif en 1995, était l’un de ces groupes religieux qui attendaient l’arrivée des aliens.

Vous n’êtes pas supposé en parler

L’US Air force les a considéré sérieusement malgré le fait que la plupart des histoires d’OVNI provenant des Contactee étaient douteuses. Il a organisé une série d’études incluant le projet Blue Book qui s’est étalé de 1952 à 1969. En 1966, l’US Air Force a recruté une équipe de scientifiques de l’université du Colorado mené par le physicien Edward Condon pour analyser les rapports sur les OVNIS. Même si l’équipe a échoué à identifier 30 % des 91 signalements, le rapport de l’équipe de 1968 a estimé qu’il n’est plus utile d’étudier le phénomène. Condon a ajouté que les professeurs, qui permettaient à leurs étudiants de lire les livres d’OVNI, jetaient un grave discrédit sur leur profession et handicapait sérieusement la capacité de la pensée critique et scientifique des élèves. En se basant sur la décision de ce rapport, l’Air Force a terminé le projet Blue Book et le Congrès a arrêté tous les financements liés à la recherche sur les OVNIS.

L’académicien en religion Darryl Caterine explique dans son livre Haunted Ground : Avec les émeutes pour les droits civils, les fêtes d’amour des hippies et les manifestations contre la guerre dans tout le pays, Washington a donné son soutien officiel à l’univers rationnel. Même si les gens croyaient toujours aux OVNIS, le fait d’en parler était risqué. En 2010, les sociologues Christopher D. Bader, F. Carson Mencken et Joseph O. Bader ont découvert que 69 % des Américains croyaient au moins en une croyance paranormale (l’astrologie, les fantômes, les OVNIS, les anciennes civilisations telles que l’Atlantide, etc.).

Mais leurs résultats montraient aussi que la croyance diminuait proportionnellement aux statuts et connexions sociaux. Plus une personne se connecte avec les autres et moins elle croira au paranormal. Les célibataires témoignent plus d’OVNIS que les personnes mariées et ceux qui ont un faible revenu croient davantage au paranormal que les personnes aisées. Il semble que les personnes, qui ont quelque chose à perdre, n’ont aucune raison de croire au paranormal (en tout cas, elles n’en parlent pas en public).

En 1973, l’American Institute of Aeronautics and Astronautics a sondé ses membres concernant les OVNIS. Plusieurs scientifiques ont rapporté qu’ils avaient vu des objets non identifié et quelques-uns ont déclaré que les OVNIS étaient d’origine alien ou au moins qu’ils étaient réels. Cependant, le physicien Peter A. Sturrock a suggéré que les scientifiques ont répondu de manière aussi honnête uniquement par leur anonymat était garanti. John Mack est un psychiatre de Harvard qui a symbolisé le stigmate de la recherche sur les OVNIS. Mack a travaillé étroitement avec les prétendus kidnappés par les aliens qu’il a surnommés comme des Experiencers. Il est resté méfiant sur l’existence des aliens, mais il a défendu les Experiencers en arguant que les expériences qu’ils ont vécues devaient être prises sérieusement.

Ses supérieurs n’ont pas apprécié. En 1994, la Harvard Medical School a lancé une enquête sur sa recherche, une première historique contre un professeur titulaire. À la fin, Harvard a abandonné le dossier et il a affirmé que Mack était libre sur le plan académique. Mais le message était clair. Soyez ouvert d’esprit sur les aliens et votre carrière en pâtira.

La raison et le ré-enchantement

Donc, si Hillary Clinton se lance dans la présidence, alors pourquoi parle-t-elle des OVNIS ? Une partie de la réponse vient du fait que les Clintons sont très proches d’un réseau de personnes influentes qui ont fait du Lobbying pour que le gouvernement dise la vérité sur les OVNIS. Parmi ces personnes, on a le millionnaire Laurence Rockefeller (qui avait financé la recherche de John Mack) et John Podesta, le président de la campagne de Clinton et un partisan acharné pour que le gouvernement soit transparent sur cette affaire.

Mais il y a une tendance culturelle plus large qui est à l’oeuvre. Des sociologues tels que Christopher Partridge ont suggéré que le désenchantement mène vers le Ré-enchantement. La sécularisation a affaibli l’influence des églises traditionnelles, mais cela ne signifie pas que les personnes sont devenues des sceptiques désenchantés. Au lieu, de nombreuses personnes explorent des spiritualités alternatives que les églises considèrent comme de la superstition allant de la guérison holistique jusqu’aux prophéties des Mayas. Et l’avènement de l’autorité scientifique a paradoxalement ouvert la voie pour la mythologie ufologique.

On voit un changement similaire dans la sphère politique où le langage de la pensée critique est retourné contre les institutions scientifiques. En 1960, le Congrès s’est basé sur le rapport de Condon. Aujourd’hui, les politiciens conservateurs défient régulièrement le changement climatique, la théorie de l’évolution et l’efficacité des vaccins. Ces dissidents sont trop lâches pour dire que leurs arguments sont anti-scientifiques, car ils le font passer pour une sorte d’enquête très courageuse.

Donald Trump est peut-être le premier candidat à découvrir que les idées étranges sont une arme plutôt qu’un inconvénient. Dans le climat politique actuel, le langage de la raison est utilisé pour attaquer l’autorité de la science. On envisage la possibilité des OVNIS sans devoir subir les stigmates qui leur étaient associés à une époque.

Traduction d’un article de The Conversation par Joseph P. Laycock, professeur adjoint d’études religieuses à l’université du Texas.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *