INRA : Les scientifiques français critiquent la nomination du nouveau président


  • FrançaisFrançais

  • Les scientifiques français ne mâchent pas leurs mots sur la nomination du nouveau président de l’INRA (Institut national pour la recherche agronomique). Philippe Mauguin, le nouveau nominé, ne connait rien de la recherche et il a obtenu le poste pour une faveur politique.


    Les scientifiques français ne mâchent pas leurs mots sur la nomination du nouveau président de l'INRA (Institut national pour la recherche agronomique). Philippe Mauguin, le nouveau nominé, ne connait rien de la recherche et il a obtenu le poste pour une faveur politique.
    François Houllier, président actuel de l'INRA

    Nous, personnels INRA et personnels associés, protestons contre ce possible parachutage d’une personnalité politique extérieure au monde de la recherche à la tête de notre Institut. C’est le contenu d’une pétition qui a été lancé par un collectif appelé @INRAlerte. La pétition a déjà collecté plus de 2 300 signatures.

    Le 1er juillet 2016, Mauguin et François Houllier, l’actuel président de l’INRA ont été interrogé par un comité d’experts. François Houllier est un ancien chercheur et il a permis à l’INRA de s’améliorer et de faire progresser la recherche. La pétition demande que le gouvernement annule la demande de Mauguin parce que la science n’est pas une récompense politique.

    Mauguin, qui était un chef de cabinet au Ministère de l’Agriculture depuis 2012, a passé sa carrière à travailler sur la politique agricole d’un certain nombre d’agences publiques. De nombreux signataires de la pétition estiment qu’il n’est pas fait pour ce poste, car il ne possède pas de doctorat. En revanche, d’autres saluent la performance d’Houllier, en citant sa carrière de chercheur et de président de l’INRA pendant 30 ans. Houllier a fait un travail remarquable à la tête de l’INRA ce qui rend son remplacement incompréhensible selon Frédéric Dardel, titulaire de la chaire du conseiller scientifique de l’INRA. Dardel a annoncé qu’il démissionne pour protester contre la nomination de Mauguin.

    Selon @INRAlerte, la nomination est le résultat d’un accord politique entre Mauguin et Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture. Dans sa déclaration de 30 pages, le collectif détaille des machinations politiques qui ont retardé le processus de sélection, mais aussi une pression sur Houllier pour accepter d’autres postes. @INRAlerte estime également que le processus était truffé de conflit d’intérêts parce que le ministère de l’Agriculture supervise le processus de sélection avec le ministère de l’Éducation supérieure et de la Recherche.

    Le Foll a défendu la nomination au Parlement en estimant que de nombreux chefs de cabinet ont été nominés à la tête des institutions de recherche. Il a nié tous les conflits d’intérêts en arguant que le processus était transparent. Le Parlement doit encore approuver la nomination de Mauguin pour une présidence de 4 ans de l’INRA qui devrait commencer le 26 juillet. Si cela se produit, @INRAlerte a déclaré qu’il demanderait au Conseil d’Etat de bloquer la nomination. Selon le groupe, il est encore temps de s’opposer à cette nomination qui est dangereuse pour la recherche française, sa crédibilité et sa reconnaissance internationale.

    Ce n’est pas la première et surement pas la dernière affaire qui montre l’ingérence du gouvernement dans la recherche française. On a déjà eu une coupe budgétaire qui a été évitée de justesse et une démission en bloc du comité d’évaluation en mathématique et informatique de l’ANR. On a l’impression que la recherche française est devenue très politisée et qu’elle est utilisée comme un faire-valoir pour le gouvernement.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *