Le mystère d’une pianiste exceptionnelle de 101 ans atteint de démence

À première vue, elle semblait une vieille femme fragile de 90 ans avec une mémoire sur le déclin. Mais ensuite, elle s’est assise sur un piano pour jouer.


Le mystère d'une pianiste, âgée de 101 ans et souffrant démence, qui possède un talent exceptionnel pour le piano.

Tout le monde dans la chambre était stupéfait selon Eleanor Selfridge-Field, qui étudie la musique et les symboles à l’université de Stanford. Elle semblait si fragile, mais quand elle est assise au piano, elle semblait retrouver une nouvelle jeunesse. On aurait dit un maitre du piano au sommet de son art.

Selfridge-Field a rencontré cette femme, appelé ME pour préserver son anonymat, dans une fête de Noel il y a 8 ans. ME est désormais âgé de 101 ans et elle souffre de démence vasculaire. Elle se souvient rarement de qui est elle et elle ne reconnait pas les personnes qu’elle a rencontrées ces dernières années. Mais elle peut jouer près de 400 chansons uniquement à l’oreille et c’est une astuce pour se souvenir des musiques qu’elle a écoutées dans le passé. Elle peut aussi apprendre de nouvelles musiques rien qu’en les écoutant et elle a même composé une oeuvre originale.

Le talent musical de ME, en dépit de son handicap cognitif, a incité Selfridge-Field a passé les 6 dernières années à l’observer. Et elle a présenté ses observations à la conférence internationale sur la perception et la cognition de la musique à San Francisco la semaine dernière.

En harmonie avec la musique

ME a souffert d’une attaque similaire à un AVC lorsqu’elle avait 80 ans et elle était diagnostiqué de démence vasculaire quelques années plus tard. Elle a des problèmes pour se souvenir de la plupart des événements et sa mémoire est sélective en se concentrant sur des périodes précises telles que son enfance de 3 à 8 ans. Elle reconnait des personnes lorsqu’elle avait de 75 à 80 ans et elle n’est jamais certaine de son environnement.

Mais ces problèmes ne la bloquent pas dans la pratique du piano. ME se produit régulièrement dans les maisons de retraite en Californie en jouant des musiques avec des genres variés tels que du ragtime, du pop, de la variété et du gospel. Son sens de la mémoire et la richesse de ses arrangements harmoniques sont vraiment impressionnants selon Selfridge-Field. Mais la question est qu’est-ce qui se passe dans sa tête ?

ME est né en 1914 au Tennessee et elle a appris le piano et le violon en étant enfant. Elle est ensuite passée à d’autres instruments tels que le trombone. Espérant intégrer un groupe ou devenir une professeure d’orchestre, elle possède 2 diplômes en éducation musicale et elle participé dans un orchestre composé de femmes en tant que violoniste. Mais il était difficile de trouver un travail de professeur de musique dans la période de la grande dépression dans le sud des États-Unis et ME a abandonné la musique lorsqu’elle a déménagé avec son mari et ses fils en Floride en 1946.

Aujourd’hui, ME a déclaré qu’elle ne sait pas lire la musique même si c’est improbable vu son cursus musical. Au lieu, elle prétend qu’elle trouve les notes de départ et ses doigts font le reste.

La thérapie par la musique

Il y a eu d’autres cas de personnes, qui étaient vieux et souffrants de problèmes cognitifs, qui affichaient des talents exceptionnels pour la musique. Dans son livre Musicophilia, Oliver Sacks rapporte le cas d’un homme, souffrant de plusieurs démences, qui se souvenait de plusieurs morceaux de baryton provenant des chansons qu’il jouait lorsqu’il était encore un membre d’un groupe de Capella. On avait aussi une femme de 80 ans, souffrant de l’Alzheimer, qui pouvait jouer des chansons de blues.

La thérapie par intonation mélodique (MIT), la répétition de phrase dans un rythmique ou une mélodie, est utile pour certaines personnes souffrant de troubles mémoriels. Quand il s’agit de musique en général, nous ignorons ce qui existe dans le cerveau selon Zachary Miller, un neurologue de l’université de Californie. Mais les preuves suggèrent que la musique est plus diffusée dans le cerveau que les réseaux du langage. Cela pourrait expliquer pourquoi les personnes, souffrant de démence, peuvent toujours faire de la musique.

Il est difficile d’évaluer la condition inhabituelle de ME sans plus d’information selon Miller. Des scans du cerveau pourraient éclairer les régions de son cerveau qui sont endommagé et pourquoi elle a gardé son talent musical. Mais son médecin estime que la procédure serait trop risquée. De son côté, Selfridge-Field cherche des exemples d’autres personnes âgées avec de grands talents musicaux. Elle a ainsi trouvé un quartet de coiffeurs avec une moyenne d’âge de 93 ans par membre. Selon Miller, ME est un superbe exemple de l’aspect indomptable de l’esprit humain qui garde toujours les cadeaux qu’il a reçus pendant les premières années de sa vie et qui lui sert toujours aujourd’hui pour adoucir le moment du grand voyage.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *