Découverte d’un fossile imbriqué d’un serpent, d’un iguane et d’un insecte


  • FrançaisFrançais

  • Il y a 48 millions d’années, un animal proche de l’iguane a mangé un insecte. Mais un serpent a débarqué qui a mangé cet iguane. Et on le sait parce qu’on a découvert leurs fossiles imbriqués. Le serpent qui a avalé l’iguane qui a avalé l’insecte a été entièrement fossilisé.


    Il y a 48 millions d'années, un animal proche de l'iguane a mangé un insecte. Mais un serpent a débarqué qui a mangé cet iguane. Et on le sait parce qu'on a découvert leurs fossiles imbriqués. Le serpent qui a avalé l'iguane qui a avalé l'insecte a été entièrement fossilisé.

    On sait que ça s’est produit, car le serpent a également eu la malchance de tomber dans un piège mortel. Le serpent s’est retrouvé au Messel Pit, un lac volcanique avec de l’eau toxique et des nuages de dioxyde de carbone. On ignore si le lac a empoisonné ou asphyxié le serpent. Le serpent est mort au fond du lac, il a été piégé dans les sédiments qui l’ont parfaitement préservé.

    Et c’est une découverte impressionnante, car c’est la seconde du genre à proposer ce type de poupée russe de fossiles. C’est probablement le genre de fossiles qu’on rencontre une fois dans sa vie selon Krister Smith, paléontologue au Senckenberg Institute qui a mené l’étude qui a été publiée dans Palaeobiodiversity and Palaeoenvironments.

    Pour Smith et ses collègues, ce fossile est plus qu’une étrangeté. En fait, les scans CT, qui ont révélé ces fossiles, confirment une tendance alimentaire chez les Boidae, un groupe de serpents qui incluent les boas néotropicaux, les boas de Madagascar et les boas des sables asiatiques et africains. Agustín Scanferla, co-auteur de l’étude et expert en serpent au National Council of Scientific and Technical Research (CONICET) en Argentine, a déclaré que les préférences de ces serpents changent avec l’âge. Quand ils sont jeunes, ils mangent des petits lézards et des amphibiens. Mais à l’âge adulte, ils passent aux mammifères, aux oiseaux et à même à des reptiles comme les crocodiles.

    Ce spécimen montre un changement dans le régime alimentaire, ce Paléopython est un adolescent selon Scanferla et il appréciait les petits lézards comme les jeunes boas actuels, mais 48 millions d’années auparavant. Le fossile du serpent permet aussi de définir l’espèce. Contrairement à son nom, le Paléopython n’est pas proche des pythons modernes. Une fois qu’on l’aura étudié avec les relations évolutionnaires, on apprendra beaucoup de choses sur cette espèce.

    Il y a 48 millions d'années, un animal proche de l'iguane a mangé un insecte. Mais un serpent a débarqué qui a mangé cet iguane. Et on le sait parce qu'on a découvert leurs fossiles imbriqués. Le serpent qui a avalé l'iguane qui a avalé l'insecte a été entièrement fossilisé.

    En dépit de l’aspect très particulier, ce n’est pas le premier fossile qui est triplement imbriqué. En 2008, les chercheurs de l’université de Vienne ont décrit un fossile d’un requin qui avait avalé un amphibien qui avait un poisson dans son estomac. Ce premier fossile, suggère même que l’amphibien digérait encore le poisson lorsqu’il a été gobé par le requin.

    Les fossiles du contenu de l’estomac nous proposent une vision directe sur la chaine alimentaire de cette époque. Mais en général, il est plus facile de trouver des fossiles doublement imbriqués, car la forme triple est l’une des plus rares. Ce triple fossile est le premier du genre qu’on trouve sur le Messel Pit qui fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO et qui possède parmi les meilleurs fossiles préservés datant de l’époque éocène qui s’est produite de 56 à 34 millions d’années.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.