Votre patron, un maitre chanteur amical

Une variante de l’expérience sur le dilemme du prisonnier suggère que le supérieur hiérarchique utilise sa position pour faire de l’extorsion à ses subordonnés. Mais les résultats surprenants estiment également que les victimes acceptent l’extorsion pour éviter l’élimination.


Une variante de l'expérience sur le dilemme du prisonnier suggère que le supérieur hiérarchique utilise sa position pour faire de l'extorsion à ses subordonnés. Mais les résultats surprenants estiment également que les victimes acceptent l'extorsion pour éviter l'élimination.

Quand un supérieur hiérarchique n’est pas content du de ses employés, alors il utilise une forme d’extorsion qui est devenue le leitmotiv dans de nombreuses entreprises : Si vous ne pouvez pas faire le boulot, alors je trouverais quelqu’un d’autre. Mais cette extorsion fonctionne uniquement sur le court terme. Des chercheurs de l’université d’Harvard, de l’institut des sciences et technologies d’Autriche et de l’Institut Max Planck ont demandé à 160 étudiants de participer à une variante du dilemme du prisonnier. Dans cette expérience, 2 joueurs peuvent choisir de coopérer ou ne pas recevoir un bonus financier considérable. La condition est que seule la coopération amène le bonus financier.

Cela signifie que des joueurs, particulièrement sournois, peuvent exploiter le jeu. Étant donné que le jeu se passe sur plusieurs parties, ces joueurs peuvent faire semblant de coopérer dans le premier round en refusant d’aider dans les tours suivants. Le résultat est qu’ils seront payés grassement tandis que leurs partenaires rentreront les mains vides. Mais cette extorsion fonctionne uniquement sur le court terme, car au fil du temps, les autres joueurs vont arrêter de coopérer avec les maitres chanteurs et ces derniers seront les plus grands perdants dans l’expérience.

Dans la nouvelle variante, les chercheurs ont introduit de nouvelles règles. Le joueur peut remplacer son partenaire s’il n’est pas satisfait par son comportement. Le remplacement n’a jamais joué ou il a été suspendu pendant plusieurs parties. Ce remplaçant est un facteur crucial, car il symbolise la menace : Je trouverais quelqu’un d’autre si vous ne faites pas ce que je demande. La moitié des participants ont accepté le remplacement indiquant qu’ils préféraient avoir un pouvoir d’extorsion plus important. Le résultat est que les maitres chanteurs ont eu l’avantage, car ils pouvaient remplacer leur victime si c’est nécessaire.

Mais la surprise est venue des victimes. Ces dernières préféraient l’extorsion du maitre chanteur plutôt que d’être remplacé. Ils savaient pertinemment qu’ils rentreraient quasiment les mains vides, mais ils ont préféré le chantage plutôt que d’être remplacé. Les résultats montrent que les maitres chanteurs gagnaient le gros lot uniquement si leurs victimes acceptaient leurs rôles de victimes. Ces dernières estimaient que s’ils restaient dans la partie, alors ils pourraient grappiller quand même quelques miettes comparées à la situation de rester sur le banc des remplaçants.

Pour les chercheurs, les résultats montrent que l’extorsion des patrons fonctionne uniquement si la victime accepte son rôle. Mais le maitre chanteur doit montrer une apparence amicale pour appâter les victimes potentielles. De ce fait, les chercheurs estiment qu’il faut se méfier le plus des supérieurs qui paraissent amicaux au premier abord, car cela suggère qu’ils vont demander bien plus sous le prétexte de la coopération et que chacun doit se sacrifier pour l’entreprise.

Source : PLOS One

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *