Les écureuils roux en Angleterre transportent la lèpre

Les chercheurs ont découvert la lèpre chez les écureuils roux en Angleterre et c’est la même espèce de virus que chez les humains. Mais il n’y a aucune crainte sur une transmission humaine, mais cela pourrait poser des problèmes sur la protection de ces animaux.


Les chercheurs ont découvert la lèpre chez les écureuils roux en Angleterre et c'est la même espèce de virus que chez les humains. Mais il n'y a aucune crainte sur une transmission humaine, mais cela pourrait poser des problèmes sur la protection de ces animaux.

Des chercheurs ont détecté la chez certains écureuils roux en Angleterre et c’est la même bactérie que celles des humains selon les conclusions d’une étude publiée dans la revue Science.1 L’une des souches, qui affecte les écureuils sur la Brownsea Island sur la cote Sud de l’Angleterre, partage des similarités avec les souches qui étaient responsable des épidémies de lèpre dans l’Europe médiévale.

Les chercheurs ont testé 25 échantillons provenant d’écureuils roux sur l’île et ils ont découvert que tous les écureuils étaient infectés avec la bactérie Mycobacterium leprae, mais aucun n’avait développé la maladie. La bactérie possède des points communs avec une souche découverte sur le squelette d’une victime morte de la lèpre qui a été enterré à Winchester il y a 170 ans. La couche est également identique à une autre souche endémique chez les tatous dans les états du sud des USA. Les scientifiques estiment que la lèpre affecte les écureuils roux sur la Brownsea Island depuis des siècles, mais qu’il n’y a aucun risque pour une transmission humaine.

Les écureuils roux dans d’autres parties de l’Angleterre, de l’Écosse et de l’Ireland sont aussi affectés par la lèpre. L’étude a découvert que ces animaux ont été infectés avec une autre bactérie appelée Mycobacterium lepromatosis. L’analyse ADN a révélé que cette souche est similaire aux cas de lèpre chez les humains qu’on a trouvés au Mexique et au Caraibes. L’équipe internationale, menée par l’université d’Edinburgh, a collecté des échantillons de la bactérie provenant des écureuils post-mortem de ces différents endroits. Les écureuils, qui étaient infectés avec la bactérie, ne montraient aucun symptôme de la lèpre. Pas de perte de cheveux dans les oreilles ou de démangeaisons.

Le nombre d’écureuils roux a baissé drastiquement au Royaume-Uni avec seulement 140 000 individus restants. Les principales menaces sont la perte de l’habitat et le virus Squirrelpox transporté par les écureuils gris. Les espèces ont été réintroduites en Irlande à partir de transfert d’animaux dans les années 1880. L’équipe suggère que les écureuils, qui étaient transportés, étaient déjà infectés par la lèpre à cette époque. On ignore encore si cette lèpre est une menace sérieuse pour l’avenir des écureuils rouges.

La lèpre chez les humains a virtuellement disparu au Royaume-Uni, mais la maladie continue d’affecter des personnes dans les pays en développement. Les scientifiques estiment que ces animaux peuvent être des réservoirs pour la bactérie dans ces pays et cela pourrait être une cible pour éradiquer la maladie.

La professeure Anna Meredith de la Royal (Dick) School of Veterinary Studies de l’université d’Edinburgh a déclaré que la découverte de la lèpre chez les écureuils est inquiétante pour la protection de ces animaux, mais on ne doit pas s’inquiéter pour les personnes au Royaume-Uni. On a besoin de comprendre la transmission de la bactérie chez les écureuils pour mieux gérer la maladie.

Sources

1.
Avanzi C, del-Pozo J, Benjak A, et al. Red squirrels in the British Isles are infected with leprosy bacilli. Science. 2016;354(6313). http://science.sciencemag.org/content/354/6313/744.abstract.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *