Sherlock Holmes montre une empreinte commune de notre mémoire

Vous pensez que votre mémoire est unique, mais une expérience de visualisation avec la série Sherlock Holmes montre que les patterns de l’activité cérébrale sont exactement les mêmes chez tous les participants.


Vous pensez que votre mémoire est unique, mais une expérience de visualisation avec la série Sherlock Holmes montre que les patterns de l'activité cérébrale sont exactement les mêmes chez tous les participants.

Quand nous regardons une série comme , alors notre activité cérébrale est quasiment la même selon une nouvelle expérience assez impressionnante publiée dans la revue Nature .1 Et même si nous nous souvenons de ces souvenirs de manière aléatoire, alors le pattern ne change pas. Nous pensons que notre est unique, mais il y a de nombreux points communs sur la manière dont nous percevons le monde.

Et Sherlock Holmes et le Dr Watson ont joué un rôle important dans cette découverte. On a scanné le cerveau de 17 participants pendant qu’ils regardaient la série Sherlock Holmes produite par la BBC. Les chercheurs ont fractionné l’épisode en 50 scènes différentes et ils ont analysé l’activité cérébrale de chaque participant pendant qu’ils regardaient et s’en souvenaient par la suite.

L’activité cérébrale était quasi identique chez les 17 volontaires que ce soit sur l’enregistrement de la mémoire ou le de chaque scène. Et si on peut douter de l’effet avec seulement 17 personnes, il faut prendre en compte que les 50 scènes ont provoqué une activité cérébrale très similaire. Pendant le verbal de l’épisode, les volontaires modifiaient leur mémoire de manière identique. Et même si les participants ont utilisé des termes différents pour raconter leurs souvenirs, le pattern du changement de était le même.

Possibilité d’implanter de faux souvenirs ?

L’expérience suggère qu’il y a un pattern d’activité cérébrale précis qui se déclenche pour chaque scène et il est commun à toutes les personnes. Mais est-ce qu’on peut utiliser ce phénomène pour implanter de faux souvenirs comme on l’a pu faire avec des souris. Les chercheurs estiment que non, car l’activité cérébrale humaine est beaucoup plus complexe.

Cependant, une autre expérience a montré des résultats spectaculairement dérangeants. L’expérience consistait en une personne, qui avait vu la série, à la raconter à une personne qui ne l’avait jamais vu. Et après la narration, l’activité cérébrale de la seconde personne ressemblait exactement à celle qui avait vu la série. C’est comme s’il y avait un transfert direct de l’information sans aucune altération de la part du récepteur.

Donc oui, vous pourriez implanter facilement vos pensées chez une autre personne en lui disant ce que vous pensez. Mais une implication directe de cette découverte est liée à l’évolution de nos ancêtres. Ce réseau universel d’enregistrement a permis à nos ancêtres de partager leurs souvenirs et d’améliorer leur collaboration, mais surtout de ressentir de la sympathie envers les autres. Et le partage des informations est crucial pour la survie. Un exemple est que si un inconnu vous demande le chemin pour la prochaine gare, alors votre expérience va l’aider à imaginer un endroit qu’il n’a jamais vu. Et si vos souvenirs sont précis, alors il reconnaitra immédiatement la gare comme s’il l’avait déjà vu auparavant.

Sources

1.
Chen J, Leong YC, Honey CJ, Yong CH, Norman KA, Hasson U. Shared memories reveal shared structure in neural activity across individuals. Nature Neuroscience. December 2016. doi: 10.1038/nn.4450
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *