Quand le Chat Céleste rencontre le Homard Cosmique

Une image exceptionnelle fournie par l’OmegaCAM du Very Large Telescope de l’Agence Spatiale Européenne nous propose la rencontre entre la Nébuleuse de la Patte de Chat (NGC 6334) et la Nébuleuse du Homard (NGC 6357).


Une image exceptionnelle fournie par l'OmegaCAM du Very Large Telescope de l'Agence Spatiale Européenne nous propose la rencontre entre la Nébuleuse de la Patte de Chat (NGC 6334) et la Nébuleuse du Homard (NGC 6357).
Cette image spectaculaire montre la NGC 6334 connue comme la Nébuleuse de la Patte de Chat (coté supérieur droit) et la NGC 6357 connue comme la Nébuleuse du Homard (coté inférieur gauche) - Crédit : ESO

La ( de la Patte de Chat) est située à 5 500 années-lumières de la Terre tandis que la () se trouve à 8 000 années-lumières. Les deux se trouvent dans la Constellation du Scorpion à côté de la pointe de sa queue.

Le scientifique britannique John Herschel est le premier à avoir observé ces 2 objets en juin 1837 pendant une expédition de 3 jours au Cape of Good Hope en Afrique du Sud. À cette époque, Herschel utilisait uniquement l’observation visuelle et il a pu seulement documenter les traces les plus lumineuses de la Patte de Chat. Il a fallu des décennies pour voir les formes réelles de cette nébuleuse et pour leur donner leurs appellations populaires.

Les trois traces visibles dans les télescopes modernes, ainsi que les régions ressemblant à des griffes dans la nébuleuse du Homard qui est proche, sont en réalité des zones de gaz composés principalement d’hydrogène. Ce gaz d’hydrogène est ionisé par la lumière des nouvelles étoiles. Avec des masses équivalentes à 10 fois à celle du Soleil, ces étoiles chaudes émettent une lumière intense en ultra-violet. Cette lumière rencontre les atomes d’hydrogène et les ionise. Le résultat est que de grands nuages de gaz brillent avec cette lumière provenant de l’hydrogène et on connait ce phénomène comme des nébuleuses en émission.

Grâce à la puissance de la caméra OmegaCAM de 256 mégapixels, cette nouvelle image révèle des Tendrils de lumière qui obscurcit la poussière qui se trouve entre les deux nébuleuses. La taille de cette image possède une dimension de 49 511 x 39 136 pixels et c’est l’une des plus grandes qui a été publiée par l’Agence Spatiale Européenne.

Malgré la sensibilité des instruments, la poussière dans ces nébuleuses est tellement dense que la plupart des structures nous sont invisibles. La est l’une des pépinières stellaires les plus actives en alimentant des milliers de jeunes étoiles chaudes dont la lumière visible ne peut pas nous atteindre. Mais en observant avec la lumière en infrarouge, on peut voir à travers la poussière et voir la formation des étoiles.

L’observation d’une nébuleuse va donner une apparence différente selon le spectre de lumière qu’on va utiliser. Quand on regarde en lumière infrarouge, alors une partie de la NGC 6357 ressemble à une colombe et l’autre partie fait penser à un crâne. C’est pourquoi la Nébuleuse du Homard est également connue comme la .

Source : Agence Spatiale Européenne

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *