vendredi , 21 juillet 2017

Preuve d’une naissance vivante chez un ancêtre des oiseaux et des reptiles

Une équipe a découvert un fossile qui montre la preuve d’une naissance vivante concernant le Dinocephalosaurus qui est une espèce proche des reptiles et des oiseaux qui pondent habituellement des oeufs.


Preuve d’une naissance vivante chez un ancêtre des oiseaux et des reptiles
Une illustration du Dinocephalosaurus avec la position relative de son embryon - Crédit : Dinghua Yang
Ce fossile datant de 250 millions d’années, découvert en Chine, montre un embryon dans le ventre de sa mère. La naissance vivante est fréquente chez les mammifères où la mère utilise le placenta pour nourrir l’embryon en développement. La naissance vivante est également fréquente chez les lézards et les serpents où les petits éclosent parfois dans le ventre de leur mère. Mais le troisième groupe, qui est composé des oiseaux et des crocodiles, pondait uniquement des oeufs. Ce fossile fait partie du groupe des Archosauromorpha qui est proche des crocodiles et des oiseaux. Les travaux  ont été publié dans Nature Communications.

La ponte des oeufs est l’état primitif et il est considéré comme la base des reptiles, mais également des amphibiens et des poissons. Ce nouveau fossile est un animal à long cou connu comme le Dinocephalosaurus, un archosauromorphe qui vivait dans les eaux peu profondes du sud de la Chine pendant le Trias Moyen.

Le Dinocephalosaurus était un mangeur de poisson et il balançait son cou de droite à gauche pour attraper ses proies. L’embryon est dans la cage thoracique de la mère et il fait face vers l’avant. Si c’était un animal avalé, alors il serait la tête en bas puisqu’en général, un prédateur va d’abord avaler la tête pour faciliter son passage dans la gorge. De plus, le petit reptile à l’intérieur de la mère est un spécimen de la même espèce.

Jun Liu, professeur à l’université d’Hefei et principal auteur de l’étude a déclaré que son équipe avait découvert ce spécimen plusieurs années auparavant, mais elle ignorait si c’était les restes d’un repas ou un embryon. Après une analyse plus approfondie, il s’avère que c’est bien une preuve d’une naissance vivante et elle repousse la biologie reproductive de près de 50 millions d’années. L’analyse évolutionnaire montre également que cette naissance vivante est également associée à la détermination du sexe au niveau génétique. Selon Chris Organ, un autre auteur de l’université du Montana, certains reptiles modernes tels que les crocodiles déterminent le sexe de leur portée par la température dans leur nid.

Nous avons déterminé que le Dinocephalosaurus, un ancêtre lointain des crocodiles, déterminait le sexe de ses petits avec la génétique. Et donc, ce spécimen de Chine ajoute du piquant sur la compréhension de l’évolution des systèmes reproductifs. La combinaison de la naissance vivante et la détermination génétique du sexe étaient nécessaires pour que des animaux comme le Dinocephalosaurus puissent devenir aquatiques.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG