jeudi , 30 mars 2017
Accueil » Science » Les herbiers marins réduisent considérablement les bactéries pathogènes

Les herbiers marins réduisent considérablement les bactéries pathogènes

Mot-clés: , ,

Les herbiers marins aussi connus comme les prairies sous-marines réduisent considérablement les bactéries pathogènes ce qui très bénéfique pour la vie marine, mais également pour les humains. Cette recherche souligne l’importance de protéger ces jardins des océans sous peine d’aggraver la pollution et la destruction des océans.


Les herbiers marins réduisent considérablement les bactéries pathogènes
Différents types d'herbiers marins en face d'un village dans l'archipel de Spermonde en Indonésie - Crédit : Joleah Lamb
Les herbiers marins se situent principalement à côté des rivages et ce sont les écosystèmes côtiers les plus fréquents sur Terre. Et une recherche publiée dans la revue Science suggère que ces prairies sous-marines réduisent considérablement l’exposition des bactéries pathogènes pour les coraux, d’autres créatures marines et les humains.

L’herbier marin semble combattre les bactéries et c’est la première recherche pour mesurer si un écosystème côtier peut réduire les maladies associées aux organismes marins selon Joleah Lamb de l’université de Cornell. Drew Harvell, auteur senior de l’étude et professeur d’écologie et de biologie évolutionnaire à l’université de Cornell organisait un atelier de travail international et examinait la santé des coraux avec ses collègues à côté des petites îles de l’archipel de Spermonde en Indonésie. Mais après quelques jours, toute l’équipe a contracté la dysenterie et un scientifique a même souffert de la typhoïde. Selon Harvell, c’est une expérience qui montre que les menaces sur la santé des humains et des coraux sont très liées.

Lamb est retourné avec une autre équipe pour tester l’eau sur place. Sur ces petites iles, l’eau douce est très rare et le sol de surface est très mince et l’environnement marin est rempli de déchets, d’eaux usées et de pollutions. Sur ces îles, les habitants ne possèdent pas de systèmes de fosse septique. Le groupe a utilisé des tests de l’Entérocoque qui sont fournis par l’EPA (l’agence de protection de l’environnement américaine) sur la pollution de l’eau pour déterminer si les prairies sous-marines affectaient les niveaux de bactérie. Les échantillons d’eau ont montré qu’à côté des plages, les niveaux d’exposition étaient supérieurs par un facteur de 10. Mais dans les régions sous-marines où les herbiers marins étaient proches, les niveaux bactériens étaient inférieurs par un facteur de 3.

Le Dr Joleah Lamb et le Dr Syafyudin Yysuf qui étudient les coraux pour trouver des signes visuels de maladie dans les récifs indonésiens - Crédit : Courtney Couch

Le Dr Joleah Lamb et le Dr Syafyudin Yysuf qui étudient les coraux pour trouver des signes visuels de maladie dans les récifs indonésiens – Crédit : Courtney Couch

Le séquençage génétique a identifié les genres de bactérie selon Harvell. On a découvert les pathogènes dans l’eau et en apparence, l’eau semblait pure et cristalline, mais en fait, elle est totalement contaminée avec une pollution très nocive. Et certaines bactéries étaient très proches du rivage. Et étant donné que les herbiers marins et les récifs coralliens sont des habitats connectés, l’équipe a examiné près de 8 000 récifs propices aux coraux pour des maladies. Les chercheurs ont trouvé des niveaux inférieurs, par un facteur de 2, des maladies des coraux s’il y avait des prairies sous-marines à proximité par rapport aux coraux qui n’avaient pas ce voisinage.

Les chercheurs estiment que leurs découvertes sont cruciales pour protéger les écosystèmes des herbiers marins. On note une perte globale de 7 % des herbiers marins chaque année depuis 1990 selon Lamb. Espérons que cette recherche envoie un message clair sur l’importance de protéger ces jardins des océans pour que ce soit bénéfique à la vie marine et aux humains qui vivent à proximité. De nombreuses régions du monde promeuvent l’aquaculture pour nourrir leurs populations, mais les maladies des plantes et les animaux marins continuent d’augmenter. Selon un des chercheurs, on en a marre de mesurer des choses qui sont en train de mourir et il faut trouver des solutions. Et la protection des prairies sous-marines est une des solutions faciles à mettre en place s’il y avait de la volonté et moins de lâcheté de part et d’autre.

Source : Revue Science (http://science.sciencemag.org/cgi/doi/10.1126/science.aal1956)

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG