Une rose qui stocke de l’énergie


  • FrançaisFrançais

  • Après avoir créé une plante électronique, un groupe de chercheurs démontre qu’une rose peut stocker de l’énergie équivalente à un supercondensateur.


    Après avoir créé une plante électronique, un groupe de chercheurs démontre qu'une rose peut stocker de l'énergie équivalente à un supercondensateur.
    Crédit : Thor Balkhed du Laboratory of organic electronics, Linköping University

    En novembre 2015, un groupe de recherche avait présenté des résultats montrant des roses qui pouvaient absorber une solution de polymère. De l’hydrogel conducteur s’était formé dans la tige de la rose sous forme de câbles. Avec une électrode sur chaque extrémité et une porte logique au milieu, les chercheurs avaient réussi à créer un transistor. Ces résultats avaient suscité beaucoup d’intérêt parmi la communauté.

    Un membre de ce groupe, le professeur adjoint Roger Gabrielsson, a développé un qui est conçu pour cette application. Le matériau se polymérise à l’intérieur de la rose sans aucune intervention externe. Le fluide, qui s’écoule à l’intérieur de la rose, contribue à créer de longs fils conducteurs dans toute la plante.

    Nous avons été capables de charger la rose des centaines de fois sans aucune perte sur la performance de l’appareil. Les niveaux de stockage d’énergie sont équivalents à des supercondensateurs. Les plantes, sans aucune optimisation du système, peuvent alimenter notre pompe à ion et d’autres types de capteurs selon Eleni Stavrinidou, professeur adjoint au Laboratory of Organic Electronics. Les résultats sont publiés dans PNAS.

    La recherche est encore très expérimentale et le futur de cette technologie est une question ouverte selon Stavrinidou. On pourrait utiliser ces plantes pour créer des systèmes d’énergies autonomes avec la possibilité de collecter l’énergie des plantes pour alimenter des interrupteurs et d’autres capteurs. Cela ouvre également la voie pour créer des piles à combustible à l’intérieur des plantes.

    Il y a quelques années, nous avions démontré qu’il était possible de créer des plantes électroniques, mais nous montrons désormais que notre recherche a des applications pratiques. Non seulement, nous pouvons stocker de l’énergie, mais nous pouvons l’utiliser avec une bonne performance selon Magnus Berggren, responsable du Laboratory of Organic Electronics à l’université de Linköping.

    Source : PNAS (http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1616456114)

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Jacqueline Charpentier

    Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *