samedi , 18 novembre 2017

EVATAR, le cycle menstruel dans une boite de pétri

La Northwestern Medicine a développé un appareil de reproduction de la femme connu comme EVATAR qui tient dans la paume de votre main. Cela offre de bonnes perspectives sur le futur de la recherche et du traitement sur les maladies liées aux organes reproducteurs des femmes.


EVATAR, le cycle menstruel dans une boite de pétri
EVATAR qui reproduit tout l'appareil reproducteur de la femme dans une boite qui fait la taille d'une main - Crédit : Northwestern Medicine
La nouvelle technologie en 3D, appelé EVATAR, est composée de tissu humain et elle permettra aux scientifiques de mener des tests sur de nouveaux médicaments sur le système reproductif de la femme. EVATAR permettra aussi de comprendre les maladies liées à l’appareil reproducteur tel que l’endométriose, les fibromes, le cancer et la stérilité. L’objectif final est d’utiliser les cellules souches d’un patient individuel pour créer un modèle personnalisé de leur système de reproduction.

EVATAR, qui ressemble à un petit cube, contient des modèles 3D des ovaires, des Trompes de Fallope, de l’utérus, du col de l’utérus, du vagin et du foie avec un fluide spécial qui passe à travers ces organes pour remplir le rôle du sang. Les modèles d’organe sont capables de se communiquer entre eux via les substances qui sont sécrétées incluant les hormones afin de ressembler aux processus qui se passent dans l’organisme. Les travaux seront publiés dans Nature Communications. Ce projet fait partie des efforts du NIH pour recréer tout le corps humain sur une puce.

Selon Teresa Woodruff, principale analyse de l’étude et chercheuse en reproduction à l’école de médecine de la Northwestern University, si j’avais vos cellules souches, je pourrais créer un coeur, un foie, un poumon et un ovaire et je pourrais tester 10 médicaments avec 10 doses différentes par jour. C’est le modèle ultime pour avoir un corps personnalisé afin de tester les médicaments sans aucun risque pour le patient.

La Northwestern Medicine a développé un appareil de reproduction de la femme connu comme EVATAR qui tient dans la paume de votre main. Cela offre de bonnes perspectives sur le futur de la recherche et du traitement sur les maladies liées aux organes reproducteurs des femmes.

Crédit : Northwestern Medicine

La particularité de la technologie EVATAR est que les organes se communiquent les uns avec les autres plutôt que d’avoir des cellules statiques dans une boite de pétries. EVATAR imite les processus qui se produisent dans le corps et la chercheuse prédit que dans 10 ans, cette technologie connue comme la microfluidique, sera prédominante pour la recherche biologique.

L’appareil microfluidique fait la taille d’une petite boite et il possède une série de câbles et de pompes pour que le sang simulé circule à travers les cellules. La plupart des maladies liées à l’appareil reproducteur de la femme ont une cause hormonale et on ne sait pas les traiter à part avec la chirurgie. Si EVATAR tient ses promesses, alors cela pourra être très intéressant pour l’étude du cancer parce qu’actuellement, on étudie des cellules isolées plutôt que le système dans son ensemble.

EVATAR possède aussi un potentiel pour le test des médicaments. Par exemple, on peut tester très rapidement des médicaments sans passer par des essais cliniques longs et potentiellement dangereux pour les patients. Si le médicament ne fonctionne pas dans les premières phases de test, alors on peut le changer assez rapidement. Cela permet de réduire les couts en offrant une meilleure sécurité.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Intéressant, mais restons prudents
L'annonce des chercheurs est tonitruante, mais il faudra déterminer l'efficacité de cet appareil sur le long terme. Ce n'est pas la première fois qu'on tente de simuler un ensemble d'organes, mais disons que les précédents résultats ont été peu concluants, car il est très difficile de reproduire la complexité du corps humain.

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG