vendredi , 28 avril 2017

Découverte d’un taret géant, un ver géant (Shipworm)

Mot-clés: , , ,

Les chercheurs rapportent l’étude d’un taret géant (Teredinidae) qui est un mollusque qui est réputé pour s’attaquer aux bois des navires d’où leur nom de Shipworm.


Découverte d’un taret géant, un ver géant (Shipworm)
Crédit : Marvin Altamia
Chaque jour, la recherche fait de grandes découvertes dans la biodiversité et on croit être au bout de nos surprises, mais la nature possède plus d’un tour dans son sac. Une équipe internationale de recherche est la première à étudier une sorte de taret géant (Teredinidae) qui vit dans la boue. Les travaux seront été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Du mythe d’un monstre à la réalité

Les gens connaissent l’existence de ce taret géant depuis des siècles. On a une première documentation qui date du 18e siècle qui décrit un animal de 1,5 mètre. Leurs coquilles sont assez fréquentes selon Daniel Distel, professeur de recherche à la Northeastern University. Mais nous n’avions jamais pu étudier un spécimen vivant.

On ignorait l’habitat préféré de ce taret, mais l’équipe de recherche a bénéficié d’un peu de sérendipité quand un de leurs collaborateurs a partagé un documentaire qui passait dans une chaine de TV aux Philippines. La vidéo montrait des créatures bizarres plantées comme des carottes dans la boue d’un lagon peu profond. En suivant leur idée, les scientifiques ont monté une expédition pour étudier les spécimens vivants du Kuphus polythalamia.

Les chercheurs rapportent l'étude d'un taret géant qui est un mollusque qui est réputé pour s'attaquer aux bois des navires d'où leur nom de Shipworm.

Crédit : Marvin Altamia

Avec un taret géant dans les mains, l’équipe a nettoyé la boue qui recouvrait l’extérieur de ce ver géant et ils ont cassé la coquille pour révéler la créature qui vivait dedans. Les chercheurs ont été surpris par la taille de l’animal puisque les mollusques comme les tarets ont une dimension allant de 1 à 60 centimètres. Ce taret a un mode de vie différent de la plupart des autres espèces.

De la boue comme principale alimentation

Et la particularité de ce taret géant se base sur son habitat qui est un lagon avec du bois pourri. Le taret normal s’incruste dans le bois des arbres qui se déversent dans l’océan et ils mâchent et digèrent le bois à l’aide des bactéries. Contrairement à ses cousins, le Kuphus vit dans la boue, mais il utilise différemment les bactéries pour se nourrir.

Les chercheurs rapportent l'étude d'un taret géant qui est un mollusque qui est réputé pour s'attaquer aux bois des navires d'où leur nom de Shipworm.

Crédit : Marvin Altamia

Le Kuphus vit dans un endroit particulièrement malodorant. La boue riche en matière organique de son habitat émet du sulfure d’hydrogène qui a une odeur d’oeufs pourris. Cet environnement est toxique pour les humains, mais c’est un festin pour ce taret géant. De plus, ce taret ne mange pas beaucoup, car il compte sur les bactéries sur ses branchies pour lui préparer sa nourriture. Ces bactéries utilisent le sulfure d’hydrogène comme de l’énergie pour produire du carbone organique qui alimente le taret. Le processus est similaire aux plantes qui utilisent l’énergie du soleil pour transformer le dioxyde de carbone dans l’air en des composants simples de carbone pendant la photosynthèse. Et le résultat est que de nombreux organes digestifs de ce taret ont rétréci, car il ne les utilise pas.

Le mode de vie de ce taret géant soutient une hypothèse défendue par Distel il y a 2 décennies. Le fait d’acquérir des bactéries bénéfiques pourrait expliquer la transition sur comment les tarets sont passés d’organismes avec une alimentation normale à l’utilisation d’un gaz nocif dans la boue pour survivre. Il faudra déterminer d’autres différences entre ce taret géant et les espèces normales.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 3,67 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG