samedi , 16 décembre 2017

Découverte d’une preuve d’un état “élevé” de la conscience

Les chercheurs suggèrent la découverte d’un état élevé de la conscience sur les personnes qui prennent des médicaments psychédéliques.


Découverte d’une preuve d’un état “élevé” de la conscience
Les neuroscientifiques ont observé une augmentation soutenue de la diversité des signaux nerveux, une mesure de la complexité de l’activité cérébrale, chez des personnes sous l’influence de médicaments psychédéliques par rapport à leur état de veille normale.1

Une mesure mathématique sur les niveaux de conscience

La diversité des signaux cérébraux fournit un indice mathématique du niveau de la conscience. Par exemple, les personnes éveillées montrent une activité neuronale plus diversifiée en utilisant cette échelle par rapport à ceux qui dorment.

Cependant, c’est la première étude à montrer une diversité des signaux cérébraux plus élevée par rapport à quelqu’un qui est simplement éveillé et conscient. De précédentes études ont eu tendance à se concentrer sur des états inférieurs de conscience tels que le sommeil, l’anesthésie ou l’état végétatif.

L’équipe estime que d’autres recherches sont nécessaires avec des modèles plus sophistiqués et variés pour confirmer les résultats, mais leurs découvertes sont intéressantes. Le professeur Anil Seth, co-directeur du Centre Sackler pour la science de la conscience à l’Université du Sussex, a déclaré : Ce constat montre que le cerveau dans un état psychédélique se comporte de manière très différente de la normale.

Au cours de l’état psychédélique, l’activité électrique du cerveau est moins prévisible et moins intégrée que l’état normal de conscience si on se base uniquement sur la diversité du signal global.
Étant donné que cette mesure a déjà montré sa fiabilité en tant que mesure du niveau conscient, on peut dire que l’état psychédélique apparaît comme un niveau de conscience supérieur à la normale, mais seulement par rapport à cette mesure mathématique spécifique.

Un état de conscience supérieur à la normale chez des personnes en état psychédélique

Pour l’étude, Michael Schartner, Adam Barrett et le Professeur Seth du Centre Sackler ont réanalysé les données qui avaient déjà été recueillies par l’Imperial College London et l’Université de Cardiff dans lesquelles des volontaires sains recevaient l’un des 3 médicaments connus pour induire un état psychédélique qui sont la psilocybine, la kétamine et le LSD.

À l’aide de la technologie d’imagerie cérébrale, ils ont mesuré de minuscules champs magnétiques produits dans le cerveau et ils ont constaté que dans les 3 médicaments, cette mesure du niveau de conscience était plus élevée. Les chercheurs insistent sur le fait que cela ne signifie pas que l’état psychédélique soit un état de conscience meilleur ou plus souhaitable.

Cela montre simplement que l’état du cerveau psychédélique est distinctif et il peut être lié à d’autres changements globaux au niveau de conscience (par exemple par rapport au sommeil ou à l’anesthésie) en se basant sur une mesure mathématique simple de la diversité des signaux. Le Dr Muthukumaraswamy, qui a participé aux 3 études initiales, a déclaré : Des changements semblables dans la diversité des signaux ont été trouvés pour les 3 médicaments malgré leur pharmacologie assez différente et c’est à la fois très étonnant et rassurant, car cela prouve que ces résultats sont robustes et qu’ils sont reproductibles.

Ces résultats permettront de débattre sur l’utilisation médicale soigneusement contrôlée de ces médicaments, par exemple, dans le traitement de la dépression sévère. Le Dr Robin Cahart-Harris de l’Imperial College London a déclaré : Les recherches rigoureuses sur les psychédéliques prennent une ampleur croissante, notamment en raison du potentiel thérapeutique que ces médicaments peuvent avoir lorsqu’ils sont utilisés de façon judicieuse et sous surveillance médicale.

Les résultats de l’étude nous aident à comprendre ce qui se passe dans le cerveau des gens lorsqu’ils subissent une expansion de leur conscience sous psychédélique. Les gens rapportent souvent qu’ils ont une expérience positive de ces médicaments. Et quand cela se produit dans un contexte thérapeutique, alors on peut obtenir des résultats positifs. Les résultats actuels peuvent nous aider à comprendre le fonctionnement de ces résultats positifs.

En plus d’aider à informer sur les applications médicales possibles, l’étude permet d’avoir une compréhension scientifique croissante de la façon dont les niveaux de conscience sont liés les uns aux autres. Le professeur Seth a déclaré: Nous avons trouvé des corrélations entre l’intensité de l’expérience psychédélique qui correspond aux témoignages des sujets et les changements dans la diversité des signaux. Cela suggère que notre mesure a des liens assez corrélés avec les changements globaux du cerveau induits par les médicaments, mais également à la dynamique du cerveau qui est responsable des aspects spécifiques de l’expérience consciente.

Désormais, l’équipe s’efforce de déterminer dans quelle mesure les changements spécifiques dans le flux d’information dans le cerveau sont sous-jacents aux aspects spécifiques de l’expérience psychédélique telle que les hallucinations.

Sources

1.
Schartner MM, Carhart-Harris RL, Barrett AB, Seth AK, Muthukumaraswamy SD. Increased spontaneous MEG signal diversity for psychoactive doses of ketamine, LSD and psilocybin. Sci Rep. 2017;7:46421. doi: 10.1038/srep46421
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Intéressant, mais restons prudents
La différence du niveau de conscience se base uniquement sur une mesure mathématique ce qui est loin d'être idéal pour comprendre les mécanismes du cerveau, notamment dans un état psychédélique. De plus, il est dommage que les chercheurs aient utilisé des données existantes plutôt que d'utiliser des sujets dédiés pour leurs expériences même si cela doit être compliqué au niveau de l'éthique.

On sait que le LSD et d'autres substances sont intéressantes pour le potentiel thérapeutique, mais la patience est de mise pour que ces résultats soient reproduits.

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG