samedi , 19 août 2017

Un champignon invasif extermine les salamandres européennes

Le champion Batrachochytrium salamandrivorans connu comme le « dévoreur de salamandres » est en train d’exterminer les salamandres tachetées en Europe.


Un champignon invasif extermine les salamandres européennes
Crédit : Frank Pasmans
La situation est alarmante : le champignon asiatique invasif a récemment provoqué une mortalité massive des salamandres tachetées (Salamandra salamandra) aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne. Seules quelques-unes de ces salamandres ont survécu à l’invasion du Batrachochytrium salamandrivorans connue comme le dévoreur des salamandres. Le champignon agressif, qui est probablement arrivé en Europe par le commerce des amphibiens, affecte la peau des salamandres en provoquant la formation de nécrose cutanée et finalement la mort.

Le taux de mortalité est extrêmement élevé selon une étude menée par l’équipe de Benedikt Schmidt. Schmidt, leader du groupe de recherche au Département de biologie évolutive et sciences de l’environnement de l’Université de Zurich, a déclaré : Nos données montrent que seuls 13 % des salamandres infectées survivent sur une période de 10 jours.1 De plus selon ce chercheur : Les chiffres montrent également qu’un tiers des salamandres saines ont été infectées par la maladie fongique dans la même période. Selon An Martel, responsable de l’étude et professeur à l’Université de Gand en Belgique, il n’est donc pas surprenant qu’une population affligée diminue et disparaisse à hauteur de plus de 90 % en quelques semaines.

Ce champignon est le pire ennemi des salamandres tachetées

Le champignon agressif d’Asie n’a pas encore été découvert en Suisse. Nous devons faire tout ce qui est possible pour que la maladie ne continue pas à se propager selon Schmidt. Une fois que le champignon débarque, ses propriétés épidémiologiques en font l’un des pires pathogènes pour les salamandres. Les expériences d’infection démontrent que les salamandres ne sont pas en mesure de constituer une résistance à cet agent pathogène. En outre, le simple contact avec quelques spores de champignon suffit pour une infection qui se termine par la mort. Le champignon possède également des spores résistantes qui ne sont pas affectées par les conditions météorologiques et elles peuvent survivre pendant longtemps dans l’environnement.

D’autres espèces d’amphibies telles que le triton alpin réagissent de manière moins sensible au Batrachochytrium salamandrivorans. Mais des espèces plus robustes peuvent servir de réservoir explique Benedikt Schmidt. Le champignon va survivre même s’il a tué les salamandres tachetées depuis longtemps en se réfugiant dans les animaux qui sont plus résistants. Selon Schmidt, tous ces facteurs font qu’il est presque impossible de sauver les salamandres une fois qu’elles sont infectées. La réintroduction aurait également peu de succès, car les spores peuvent survivre dans la nature pour une longue période.

Des mesures pour arrêter les importations des salamandres

Si le champignon continue de se propager en Europe, alors il constituera un grand danger pour la diversité des salamandres européennes dont la plupart sont sur la liste rouge des espèces menacées dans de nombreux pays. Étant donné que la maladie fongique s’est limitée à une petite zone, une tentative est faite pour l’empêcher de se répandre. Ainsi, l’Union européenne a lancé un projet de recherche pour créer une base scientifique pour le contrôle de ce dévoreur des salamandres.

Les salamandres et les tritons exotiques sont souvent utilisés comme des animaux de compagnie et ils sont importés en grand nombre. Entre 2001 et 2009, plus de 2 millions de navires, qui sont les principaux propagateurs de la maladie fongique, ont été expédiés aux États-Unis. Pour cette raison, la Suisse et les États-Unis ont interdit de manière préventive l’importation de salamandres et de tritons. En cas de maladies invasives, c’est une mesure inévitable selon Schmidt même si les restrictions commerciales sont impopulaires.

Sources

1.
Stegen G, Pasmans F, Schmidt BR, et al. Drivers of salamander extirpation mediated by Batrachochytrium salamandrivorans. Nature. 2017;544(7650):353-356. doi: 10.1038/nature22059
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG