jeudi , 25 mai 2017

Le Beibeilong, un nouveau dinosaure proche de l’Oviraptorosaure

Les chercheurs rapportent la découverte de Beibeilong sinensis, une nouvelle espèce de dinosaure proche de l’Oviraptorosaure dans la province de Henan en Chine.


Le Beibeilong, un nouveau dinosaure proche de l’Oviraptorosaure
Crédit : Zhao Chuang
La nouvelle espèce, appelée Beibeilong, a vécu il y a environ 90 millions d’années au cours de la période du Crétacé. La découverte a été faite par une équipe conjointe de Chine, du Canada et de la Slovaquie en se basant sur plusieurs oeufs et un embryon qui ont été recueillis en Chine au début des années 1990, mais qui ont été exportés hors du pays.

De nombreux oeufs fossiles collectés au Henan étaient exportés hors de Chine vers d’autres pays. Ce fossile était à l’extérieur du pays depuis plus de 20 ans et son retour en Chine nous a finalement permis d’étudier correctement le spécimen et de découvrir une nouvelle espèce de dinosaure selon le professeur Lü Junchang, paléontologue de l’Institut de géologie de l’Académie chinoise des sciences géologiques. Le nouveau dinosaure s’appelle Beibeilong sinensis qui signifie le bébé du dragon.

La reconstruction des oeufs et de l'embryon du Beibeilong sinensis - Crédit : Zhao Chuang

La reconstruction des oeufs et de l’embryon du Beibeilong sinensis – Crédit : Zhao Chuang

Les oeufs ont une longueur de 45 centimètres et ils pesaient environ 5 kg ce qui en fait l’un des plus grands oeufs de dinosaures jamais découverts. Ils ont été trouvés dans une poche en forme d’anneau qui faisait partie d’un nid d’environ 2 à 3 mètres de diamètre et qui contenait probablement deux douzaines d’oeufs.

Pendant de nombreuses années, on ignorait le genre de dinosaure qui pouvait pondre ces énormes oeufs dans ces nids. Étant donné qu’on avait trouvé les fossiles de grands théropodes, comme des tyrannosaures, dans les roches du Henan, certains scientifiques pensaient que ces oeufs auraient pu appartenir à un Tyrannosaure selon la docteure Darla Zelenitsky, professeure à l’Université de Calgary. Mais grâce à ce fossile, nous savons maintenant que ces oeufs ont été pondus par le Beibeilong sinensis qu’on pourrait comparer à un oviraptorosaure en version XXL. Si vous voulez une comparaison, il pourrait ressembler à un Casoar à casque (un grand oiseau), mais qui pèserait 3 tonnes.

L’étude des os d’un embryon, qui est mort pendant l’éclosion de l’un des oeufs, révèle que c’est une nouvelle espèce d’oviraptorosaure. L’oviraptorosaure est un type de dinosaure à bec étroitement lié aux oiseaux. On ignore les caractéristiques des os de l’adulte Beibeilong sinensis, mais les chercheurs estiment qu’il pourrait avoir une longueur de 8 mètres avec un poids proche des 3 tonnes.

Un embryon du Beibeilong sinensis au milieu de ses coquilles d'oeuf (les coquilles sont en gris foncé) - Crédit : Darla Zelenitsky, University of Calgary

Un embryon du Beibeilong sinensis au milieu de ses coquilles d’oeuf (les coquilles sont en gris foncé) – Crédit : Darla Zelenitsky, University of Calgary

Étant donné que les fossiles de petits spécimens ont été fossilisés tout en couvant leurs oeufs, les chercheurs estiment que le Beibeilong sinensis fait partie des plus grands oviraptorosaure connus qui s’asseyaient sur leurs nids et qui prenaient soin de leurs petits.

Les fossiles ont été collectés à l’origine par des agriculteurs de la province de Henan en 1993, mais ils ont ensuite été exportés hors de Chine vers les États-Unis. Les oeufs et l’embryon sont devenus célèbres lorsqu’ils ont été présentés dans un article du National Geographic en 1996, mais il était impossible de les décrire dans un journal scientifique tant que les fossiles n’aient pas été rapatriés en Chine selon Philip Currie, professeur et chaire de recherche à l’Université de l’Alberta.

Source : Nature Communications (http://dx.doi.org/10.1038/NCOMMS14952)

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG