Une langue artificielle pour distinguer les Whiskys

Les chercheurs proposent un réseau de capteurs dans une sorte de langue artificielle pour détecter un whisky par rapport à un autre.



Les gouts et les parfums des whiskys sont variables, mais ils sont tellement similaires dans la composition chimique que la plupart des analyses ne peuvent pas distinguer deux whiskys similaires. Dans la revue Chem, les chercheurs proposent un réseau de capteurs artificiels ou langue artificielle qui permet de détecter si deux échantillons de whisky presque identiques ont des correspondances. Les réseaux des capteurs peuvent également identifier certaines des principales qualités des whiskys telles que l’état du malt, l’âge et le pays d’origine.

Un distillateur expert de whisky peut distinguer ces spiritueux, mais au niveau chimique, les marques de whisky contiennent plusieurs des mêmes molécules. Leur complexité augmente également la difficulté de les distinguer en détail avec des informations telles que les maltes et les saveurs telles que les agrumes. Comment peut-on faire des analyses pour déterminer le lien entre 2 substances qui ont les mêmes molécules ? Et pour cela, les whiskies sont absolument fantastiques selon le co-auteur principal Uwe Bunz, un chimiste organique de l’Université Heidelberg.

Chaque ensemble de capteurs se compose d’une série de solutions contenant un colorant unique. Quand les chercheurs ajoutent une goutte de whisky dans les solutions, alors celle-ci provoque un léger changement dans la luminosité de la lueur de chaque produit chimique. Quand Bunz et ses collègues ont utilisé une machine connue comme un lecteur de plaques pour mesurer les changements subtils de fluorescence, alors ils ont pu trouver une signature pour chaque whisky.

Un réseau de capteurs (langue artificielle) qui peut différencier l'âge, le mélange, le pays d'origine et les éléments de saveur dans des Whiskys - Crédit : Jinsong Han et al./Chem 2017

Un réseau de capteurs (langue artificielle) qui peut différencier l’âge, le mélange, le pays d’origine et les éléments de saveur dans des Whiskys – Crédit : Jinsong Han et al./Chem 2017

Si vous avez 3, 4 ou 5 éléments sur la langue, alors vous obtenez 3, 4 ou 5 changements d’intensité différents et ces changements forment un motif qui est unique selon les chercheurs. La réponse de chaque polymère au whisky ne serait pas très utile, mais si vous les combinez, alors ils forment un modèle vraiment unique.

Le réseau des capteurs ne ressemble pas à une langue traditionnelle, mais il fonctionne selon certains de ses principes selon Bunz. Notre langue se compose de 6 ou 7 récepteurs différents pour la sensation du doux, du salé, de l’amer, de l’aigre, de l’umami et du chaud et ces récepteurs sont capables d’identifier les aliments par des réactions différentielles. La combinaison des récepteurs différentiels vous donne une impression de goût globale de ce que vous mangez.

Contrairement aux techniques chimiques traditionnelles telles que la spectrométrie de masse, qui décomposent un mélange dans ses produits chimiques fondamentaux, ces « langues artificielles » réagissent au mélange global. Si quelqu’un mettait une petite quantité de poison dans votre breuvage, alors votre langue ne pourrait pas la reconnaitre selon Bunz. Les chercheurs ignorent précisément les composants du whisky qui réagissent avec les différents polymères, mais ils ont remarqué des modèles qui semblent être en corrélation avec l’âge du whisky, l’état du malt (simple ou double) et le pays d’origine.

Des teintes de polymères fluorescentes qui sont utilisé dans la langue artificielle pour détecter les whiskys - Crédit : Uwe Bunz

Des teintes de polymères fluorescentes qui sont utilisé dans la langue artificielle pour détecter les whiskys – Crédit : Uwe Bunz

Ces « langues synthétiques » peuvent mettre en évidence les similitudes entre les whiskys, mais ils ne peuvent identifier un whisky inconnu à partir de zéro selon les chercheurs. Vous commencez par un échantillon qui est un vrai McCoy. Ensuite, vous regardez un autre échantillon et vous pouvez déterminer si c’est le même échantillon ou non. En d’autres termes, ces langues artificielles seraient idéales pour détecter les contrefaçons des whiskies de luxe.

Et ce qui fonctionne pour le whisky pourrait bien marcher pour d’autres boissons et même pour les matériaux biologiques qui sont également des mélanges complexes. Ce que vous pouvez faire pour les whiskys, vous pourriez également l’appliquer à d’autres biens de consommation selon Bunz. Vous pourriez le faire vous-même dans une cuisine si vous aviez un lecteur de plaques et les bons polymères. En principe, tout le monde pourrait le faire.

Source : Chem (http://dx.doi.org/10.1016/j.chempr.2017.04.008)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *