samedi , 21 octobre 2017

D’étranges créatures sous-marines découvertes en Australie

Des poissons sans visage, des araignées de mer géantes et des concombres de mer globuleux. De bien étranges créatures sous-marines vivent sur la cote est de l’Australie.


D’étranges créatures sous-marines découvertes en Australie
Un poisson des abysses particulièrement globuleux - Crédit : Rob Zugaro
Ces découvertes proviennent du Marine National Facility qui a lancé une mission d’exploration marine appelée Investigator. Ce sont des expéditions à de grandes profondeurs pour tenter de comprendre les créatures des abysses.

L’Investigator a fait une mission pendant 1 mois sur le côté oriental de la plaque continentale australienne. À cet endroit, l’océan “plonge” à plus de 4 000 mètres de profondeur. Ces créatures marines ont été collectées avec des filets de pêche au fond des abysses. Sur tous les invertébrés qui ont été découverts, près d’un tiers sont des espèces totalement inconnues de la science. La Marine National Facility possède un blog qui détaille leurs différentes missions et découvertes.

Un Corallimorpharia qui est proche du corail -

Un Corallimorpharia qui est proche du corail

Un étrange concombre de mer - Crédit : Asher Flatt

Un étrange concombre de mer – Crédit : Asher Flatt

Un crabe découvert à plus de 4 000 mètres de profondeur - Crédit : Rob Zugaro

Un crabe découvert à plus de 4 000 mètres de profondeur – Crédit : Rob Zugaro

Le Typhlonus nasus, un brosme qui a la particularité d'être sans visage - Bray, D.J. 2017, Typhlonus nasus in Fishes of Australia, accessed 17 Jun 2017, http://fishesofaustralia.net.au/home/species/5354

Le Typhlonus nasus, un brosme qui a la particularité d’être sans visage – Bray, D.J. 2017, Typhlonus nasus in Fishes of Australia, accessed 17 Jun 2017, http://fishesofaustralia.net.au/home/species/5354

Le The Humpback Blackdevil utilise la bioluminescence pour attirer ses proies - David Paul

Le Humpback Blackdevil utilise la bioluminescence pour attirer ses proies – David Paul

 

Le poisson-vipère utilise également la bioluminescence pour attirer ses proies - Jérôme Mallefet

Le poisson-vipère utilise également la bioluminescence pour attirer ses proies – Jérôme Mallefet

Le même poisson-vipère que le dessus, mais avec la bioluminescence à l'oeuvre - Crédit : J.Mellefet

Le même poisson-vipère que le dessus, mais avec la bioluminescence à l’oeuvre – Crédit : J.Mellefet

Une espèce de baudroie - Crédit : Asher Flatt

Une espèce de baudroie – Crédit : Asher Flatt

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG