Une partie du formaldéhyde toxique est produit par nos cellules

Une recherche suggère que nos propres cellules produisent une partie du formaldéhyde toxique. Cela ouvre de nouvelles pistes pour les thérapies contre le cancer.


Une recherche suggère que nos propres cellules produisent une partie du formaldéhyde toxique. Cela ouvre de nouvelles pistes pour les thérapies contre le cancer.

De nouvelles recherches ont révélé qu’une partie de la dans notre corps ne provient pas de notre environnement, mais que c’est un sous-produit d’une réaction essentielle dans nos propres cellules. Cela pourrait fournir de nouvelles cibles pour le développement de thérapies contre le cancer selon des recherches menées par des scientifiques du Medical Research Council (MRC).

La recherche, publiée dans Nature, a révélé que le formaldéhyde est un sous-produit d’un processus essentiel appelé One Carbon Cycle. Ce cycle utilise une vitamine, la folate, pour créer de l’ADN et des acides aminés essentiels pour la multiplication et le fonctionnement des cellules. La folate fait partie de la .

Le Dr Ketan Patel, auteur principal du papier du MRC Laboratory of Molecular Biology, a déclaré: Nous savons que nous devons produire du formaldéhyde dans notre corps, mais nous ignorions sa provenance. Et nous avons découvert qu’une partie de ce formaldéhyde provient d’une source inattendue et une voie essentielle connue comme l’One Cycle. Ce dernier sert à créer les éléments constitutifs de la vie tels que l’ADN et certains acides aminés. Le One Carbone Cycle est un processus fondamental qui est présent dans toutes les formes de vie jusqu’aux bactéries.

Le formaldéhyde est une toxine, car il peut endommager l’ADN. Mais nos cellules possèdent 2 lignes de défense contre le danger du formaldéhyde. En premier lieu, une enzyme convertit le formaldéhyde en un produit chimique moins dangereux connu comme le . Ensuite, les dommages sur l’ADN provoqués par le formaldéhyde peuvent être réparés par des enzymes de réparation de l’ADN.

Ces résultats pourraient constituer une nouvelle cible pour le développement de médicaments contre le cancer, car certains types de cancer, notamment les cancers du sein ou , ne possèdent pas les enzymes de réparation de l’ADN pour se protéger contre la toxicité du formaldéhyde. Les chercheurs ont constaté que le traitement des cellules cultivées en laboratoire avec du folate conduit à la libération de formaldéhyde et les chercheurs spéculent que cela pourrait également endommager l’ADN des cellules cancéreuses BRCA qui ne peuvent pas réparer ce dommage. Les cellules environnantes saines ne seraient pas endommagées, car elles fonctionnent avec des mécanismes de réparation de l’ADN.

Selon le Dr Patel : L’One Carbone Cycle est déjà une cible essentielle pour les médicaments contre le cancer et cette étude ouvre de nouvelles possibilités pour exploiter cette voie pour la recherche sur le cancer.

Une double action

Les scientifiques ont été surpris de constater que le formaldéhyde toxique possède également une fonction positive dans les cellules, car cela conduit paradoxalement au One Carbone Cycle. Le formaldéhyde est décomposé en formiate qui est ensuite utilisé par l’One Carbone Cycle pour constituer les éléments constitutifs de la vie.

Le Dr Patel a déclaré: Étonnamment, même si le corps produit ce formaldéhyde toxique, il le convertit en quelque chose qui est utilisé pour alimenter l’One Carbone Cycle. Donc, quelque chose de toxique est converti en quelque chose d’utile pour le corps pour garantir la fonction des acides aminés et de l’ADN. Le folate et le formaldéhyde possèdent deux faces : un côté bénéfique parce qu’ils fournissent les briques chimiques pour que les cellules vivent et se développent et un côté potentiellement néfaste, car le formaldéhyde peut endommager l’ADN.

Cette découverte suggère que les cellules cancéreuses peuvent résister aux médicaments de chimiothérapie actuels tels que le méthotrexate. Ces derniers bloquent les folates dans l’One Carbone Cycle. Les chercheurs suggèrent qu’avec le blocage de la voie du folate, les cellules cancéreuses pourraient continuer à fonctionner en basculant pour utiliser la voie de formaldéhyde découverte dans cette étude pour construire l’ADN et les protéines dont les cellules cancéreuses ont besoin pour se multiplier.

Même si l’étude montre que l’augmentation de l’apport de folate entraîne une plus grande toxicité du formaldéhyde, elle a été réalisée dans des cultures de cellules en laboratoire ayant des quantités élevées de folate et modifiées génétiquement afin qu’elles ne puissent pas traiter le formaldéhyde. Les auteurs font valoir qu’aucune conclusion ne devrait être tirée quant à savoir s’il existe un effet global chez un animal vivant consommant du folate.

Source : Nature (http://dx.doi.org/10.1038/nature23481)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *