Un emballage d’argile avec des propriétés antibactériennes

Les chercheurs proposent un concept de film d’emballage composé de nanotubes d’argile avec une huile essentielle antibactérienne pour protéger les aliments.


Les tomates de contrôle (sur la gauche) ont pourri après 6 jours tandis celles enveloppées dans l'emballage d'argile (sur la droite) sont resté fraiches - Hayriye Ünal
Les tomates de contrôle (sur la gauche) ont pourri après 6 jours tandis celles enveloppées dans l'emballage d'argile (sur la droite) sont resté fraiches - Hayriye Ünal

Les fruits, les légumes et les viandes peuvent se périmer en un clin d’oeil. Les consommateurs ont tendance à se tourner vers des aliments transformés moins coûteux qui durent plus longtemps, mais qui sont moins nutritifs. Désormais, les scientifiques rapportent qu’ils ont développé un film d’ recouvert de nanotubes d’ avec une antibactérienne. Le film permet de faire d’une pierre deux coups en empêchant le mûrissement excessif et la croissance microbienne ce qui permettrait d’améliorer la durée de conservation des produits périssables.

Les chercheurs ont présenté leurs résultats lors de la 254e conférence de l’American Chemical Society (ACS). Les emballages alimentaires, susceptibles d’interagir avec les aliments, permettent de les sécuriser et d’empêcher les pertes économiques de la détérioration selon Hayriye Ünal. L’industrie recherche activement des films spécialisés qui peuvent préserver un large éventail d’aliments.

Depuis l’antiquité, on essaie de préserver les fruits, les légumes et les viandes. Des méthodes traditionnelles de salage ou de fermentation aux méthodes plus modernes de mise en conserve en passant par la congélation ou l’emballage dans les films plastiques. Selon le ministère américain de l’Agriculture, environ 30 à 40 % de la nourriture produite par les agriculteurs dans le pays se transforme en déchets. Parfois, les gens n’ont tout simplement pas le temps de manger tous les aliments frais qu’ils achètent, mais dans d’autres cas, les aliments se périssent dans l’épicerie parce que les consommateurs évitent de les acheter.

Au cours des 2 dernières décennies, les scientifiques ont développé plusieurs manières de préserver les aliments en mettant l’accent sur l’emballage. De nombreux problèmes, principalement la polyvalence des matériaux, ont freiné la recherche. Même si les entreprises peuvent déjà faire de nombreux films qui empêchent les fruits et légumes de se dessécher, l’intégration des propriétés supplémentaires dans le même film est un défi selon Ünal de l’Université Sabanci en Turquie.

La contamination bactérienne et la perméabilité à l’oxygène et à la vapeur d’eau sont des problèmes majeurs auxquels sont confrontés les scientifiques. Un autre défi est d’éviter l’accumulation d’éthylène autour des aliments. L’éthylène est un composé naturellement libéré par les fruits et légumes qui favorise le processus de maturation. Mais un excès d’éthylène piégé sous le film d’emballage peut provoquer le mûrissement et le pourrissement de la nourriture.

Pour répondre à la demande d’emballages multifonctionnels, l’équipe d’Ünal a commencé avec un film de polyéthylène. Pour éliminer l’éthylène et constituer une barrière contre les gaz, le groupe a incorporé des « nanotubes d’argile » qui sont de petits cylindres creux. Les nanotubes empêchent l’oxygène d’entrer dans le film et ils empêchent la fuite de la vapeur d’eau et d’autres gaz. De plus, ils empêchent l’éthylène de s’accumuler en l’absorbant. Les chercheurs ont chargé ces nanotubes avec une huile essentielle antibactérienne naturelle qu’on trouve dans le thym et l’origan appelée carvacrol et ils ont recouvert la surface intérieure du film d’emballage avec les nanotubes chargés pour tuer les microbes.

Les tomates de contrôle (sur la gauche) ont pourri après 6 jours tandis celles enveloppées dans l'emballage d'argile (sur la droite) sont resté fraiches - Hayriye Ünal

Les tomates de contrôle (sur la gauche) ont pourri après 6 jours tandis celles enveloppées dans l’emballage d’argile (sur la droite) sont resté fraiches – Hayriye Ünal

L’équipe a emballé des tomates, des bananes et du poulet dans le film pour tester son efficacité sur des quantités variables de temps par rapport aux aliments emballés dans du polyéthylène ordinaire. Après 10 jours, les tomates enveloppées avec le nouveau film ont été mieux conservées que les légumes témoins. En outre, le nouveau film a préservé l’aspect ferme et la couleur jaune vive des bananes six jours supplémentaires par rapport aux fruits témoins. Et le poulet enveloppé avec le film expérimental et réfrigéré pendant 24 heures a montré une nettement inférieure à celle du poulet en polyéthylène ordinaire. Mais la commercialisation de cette technologie nécessitera des travaux supplémentaires selon Ünal. Dans leur prochaine étape, l’équipe va tester le nouveau film pour s’assurer qu’il est sûr et non toxique.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *