Instagram : Des publicités mensongères sur la chirurgie plastique

Sur Instagram, vous avez des coiffeurs, des barbiers, des centres de SPA et des médecins généralistes qui promeuvent des services de chirurgie cosmétique en les faisant passer pour la chirurgie plastique alors que les normes ne sont pas les mêmes.


Sur Instagram, vous avez des coiffeurs, des barbiers, des centres de SPA et des médecins généralistes qui promeuvent des services de chirurgie cosmétique en les faisant passer pour la chirurgie plastique alors que les normes ne sont pas les mêmes.

Les sont devenus la principale destination pour les consommateurs, notamment les jeunes qui recherchent des informations sur la . Mais une nouvelle étude de la Northwestern Medicine montre que la majorité des fournisseurs de services de sur Instagram ne sont pas des chirurgiens plasticiens certifiés et les patients qui répondent aux publicités sur ce réseau peuvent se mettre en danger.

Les publicités affectent particulièrement les jeunes qui souhaitent de plus en plus améliorer leur apparence pour , Snapchat et d’autres médias sociaux, mais dans de nombreux cas, ils ne comprennent pas les personnes qui sont qualifiées pour effectuer les procédures selon les chercheurs.

C’est une découverte effrayante selon Robert Dorfman, premier auteur de l’étude et un étudiant de troisième année de médecine à l’École de médecine Feinberg de l’Université Northwestern. Les fournisseurs, allant des médecins qui ne sont pas titulaires d’une licence en chirurgie plastique jusqu’aux dentistes, barbiers et salons de coiffure, font des procédures pour lesquelles ils n’ont pas de formation formelle ou approfondie. C’est extrêmement dangereux pour le patient. Le papier sera publié dans The Aesthetic Surgery Journal.

Les médecins tels que les gynécologues et les docteurs en médecine d’urgence proposent des services de procédures de chirurgie esthétique pour lesquels ils ne sont pas certifiés selon l’étude. Un chirurgien esthétique n’est pas nécessairement équivalent à un chirurgien plasticien certifié et les patients doivent en être conscients selon Dorfman.

Plus inquiétant encore, les salons de coiffure, les dentistes, les barbiers et les SPA sans procédures promeuvent la chirurgie plastique sur Instagram. Les gens sont en danger à cause du marketing trompeur sur les réseaux sociaux selon le Dr Clark Schierle, auteur principal de l’étude et chirurgien plastique à la Northwestern Medicine. On a de nombreux rapports récents sur les blessures et les décès de patients provoqués par des prestataires inexpérimentés qui offrent des services en dehors de leur domaine d’expertise.

Une étude précédente du Dr John Kim, chirurgien plasticien de la Northwestern Medicine, a rapporté une augmentation de près de 300 % du nombre de complications pour les panniculectomies (suppression de la peau flasque et de la graisse de l’abdomen) effectuée par des chirurgiens non plastiques comparés avec des chirurgiens plastiques certifiés.

Des risques de complication graves pour la chirurgie plastique

Schierle a opéré de nombreux patients pour corriger des travaux bâclés de chirurgie qui ont été effectués par des chirurgiens plastiques non certifiés. Un patient a eu des complications d’une plastie de ventre par un chirurgien généraliste qui avait effectué une .

Sur Instagram, vous avez des coiffeurs, des barbiers, des centres de SPA et des médecins généralistes qui promeuvent des services de chirurgie cosmétique en les faisant passer pour la chirurgie plastique alors que les normes ne sont pas les mêmes.

Même si une abdominoplastie ressemble à un retrait direct de la peau et de la graisse, il existe plusieurs variantes de la technique qui nous permettent d’optimiser les résultats pour les patients individuels qu’on ne peut apprendre que dans le cadre d’une formation complète en chirurgie plastique selon Schierle.

Ce chirurgien a également soigné plusieurs patients qui ont voyagé à l’étranger pour une chirurgie plastique moins coûteuse et ils ont dû subir une chirurgie de correction pour des infections, de mauvaises sutures et une mauvaise cicatrisation. Il est plus difficile de comprendre les accréditations et les licences appropriées des fournisseurs à l’étranger et vous obtenez souvent ce que vous payez selon Schierle.

La nouvelle étude a examiné les types de fournisseurs de marketing sur les procédures pour un contour idéal du corps incluant l’augmentation mammaire, la chirurgie faciale, l’augmentation des fesses et la . L’étude a également identifié le contenu de la chirurgie plastique et les hashtags utilisés. Toutes ces procédures avaient un mélange de personnes qui les promouvaient qui n’étaient pas des chirurgiens plastiques autorisés selon Dorfman.

Quelqu’un de mal informé pourrait penser : Pourquoi devrais-je payer des frais plus élevés pour un médecin certifié pour faire des injections ou des remplissages selon Dorfman. Ces procédures semblent tellement simples que tout le monde pourrait les faire. Mais ce n’est pas le cas. Le fonctionnement des vaisseaux sanguins dans le corps est très complexe. Si vous injectez accidentellement quelque chose dans une veine et que cette chose se retrouve dans vos poumons, alors cela peut vous tuer et on a de nombreux rapports qui le prouvent.

Jusqu’à présent, il n’y avait pas d’études qui évaluaient quantitativement le contenu de la chirurgie plastique sur Instagram, et il n’y avait pas non plus de rapports publiés indiquant qui est responsable de ces publications.

Le fonctionnement de l’étude

L’étude a examiné 21 hashtags liés à la chirurgie plastique sur Instagram. L’analyse de contenu a été utilisée pour évaluer qualitativement chacune des 9 principales publications associées à chaque (189 publications). La meilleure publication est celle qui apparaît en premier dans le flux en fonction de l’algorithme d’Instagram. Les postes en double et ceux qui ne sont pas pertinents pour la chirurgie plastique ont été exclus. Au total, 1 789 270 publications ont utilisé les 21 hashtags de l’étude.

Sur les 189 publications les plus populaires pour ces 21 hashtags, 163 publications répondaient aux critères d’inclusion. Les chirurgiens plasticiens, qui pouvaient être certifiés, ne représentaient que 17,8 % des publications les plus populaires tandis que les médecins non éligibles représentaient 26,4 %. Ces médecins non éligibles représentaient des oto-rhino-laryngologistes, des dermatologues, des chirurgiens généralistes, des gynécologues, des médecins de famille et un médecin d’urgence. Tous les médecins spécialisés dans la chirurgie non plastique ont été promus comme des chirurgiens esthétiques. 9 publications les plus populaires (5,5 %) n’étaient pas des médecins et cela incluait des dentistes, des SPAs sans médecin et des barbiers.

Sur Instagram, vous avez des coiffeurs, des barbiers, des centres de SPA et des médecins généralistes qui promeuvent des services de chirurgie cosmétique en les faisant passer pour la chirurgie plastique alors que les normes ne sont pas les mêmes.

La majorité de ces publications étaient auto-promotionnelles (67,1 %) par opposition à l’éducation (32,9 %). Les chirurgiens plasticiens certifiés étaient beaucoup plus susceptibles de publier du contenu éducatif sur Instagram par rapport aux chirurgiens non plastiques (62,1 % contre 38,1 %).

Étant donné que les patients dépendent de plus en plus des médias sociaux pour choisir leur fournisseur, il est essentiel de comprendre l’écosystème des plates-formes en ligne disponibles pour les patients selon Schierle. Il est important que les chirurgiens plasticiens certifiés utilisent les médias sociaux comme Instagram pour éduquer les patients sur les risques de la chirurgie esthétique. Le défi pour les chirurgiens plasticiens de faire connaître leur contenu éducatif sur Instagram. Cela pourrait signifier au fait de renoncer à un hashtag de « chirurgie esthétique » pour celui de «  ».

Si vous utilisez le terme « Refaire les seins » (Boob job), alors vous aurez sans doute plus de patients sur Instagram que si vous utilisez le terme « augmentation de poitrine » selon Schierle. Mais pour moi, en tant que clinicien responsable, le terme Boob Job est associé à des pensées qui n’ont rien à avoir avec la chirurgie et les soins.

Il nous appartient de trouver un équilibre entre une terminologie élégante et des termes trop académiques pour que les consommateurs puissent trouver l’information en ligne selon Schierle. Nous ne voulons pas baisser nos normes éthiques. Nous devons trouver un équilibre où nous comprenons et nous nous engageons à utiliser un langage naturel si nous voulons avoir un impact positif sur l’éducation et la sécurité des patients.

La différence entre un chirurgien plastique certifié et un chirurgien

Un chirurgien plasticien certifié par un conseil est un médecin ayant plus de 6 années de formation et d’expérience chirurgicale avec au moins 3 ans spécifiquement en chirurgie plastique. À la suite de l’école de médecine, un chirurgien plasticien certifié sert d’abord comme interne en chirurgie pendant au moins 3 ans où il ou elle suit une formation dans tous les aspects de la chirurgie, puis 3 ans de formation concentrée en chirurgie plastique. Le processus peut durer de 6 à 8 ans et de nombreux médecins continuent leur formation dans leurs bourses incluant la chirurgie microvasculaire, craniofaciale, pédiatrique et esthétique.

Sur Instagram, vous avez des coiffeurs, des barbiers, des centres de SPA et des médecins généralistes qui promeuvent des services de chirurgie cosmétique en les faisant passer pour la chirurgie plastique alors que les normes ne sont pas les mêmes.

Un praticien qui se considère comme chirurgien cosmétique pourrait appartenir à une spécialité médicale. Il ou elle pourrait être un chirurgien généraliste, un gynécologue, un dermatologue, un médecin de famille ou un interne qui a décidé d’effectuer des procédures cosmétiques. La formation peut se faire n’importe où allant des cours du soir jusqu’à une formation de 12 mois en chirurgie cosmétique. Dans ces formations, le praticien va apprendre les techniques pour pratiquer la liposuccion, faire des injections ou effectuer des implants mammaires.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *