L’ivresse du génocide ou comment les nazis célébraient la mort des juifs

Les fêtes, les beuveries et les célébrations systématiques sont souvent associées aux pires génocides de l’histoire que ce soit pendant la Seconde Guerre mondiale ou au Rwanda.


Des juifs obligés de creuser leurs propres tombes à Storov en Ukraine en 1941 - Crédit : Archives de l'Etat allemand.
Des juifs obligés de creuser leurs propres tombes à Storov en Ukraine en 1941 - Crédit : Archives de l'Etat allemand.

Un matin de l’année 1942, Johann Grüner s’approcha de la Maison Allemande dans la ville polonaise de Nowy Targ pour le déjeuner. En tant que bureaucrate nazi de niveau intermédiaire en Pologne occupée, il jouissait des privilèges du pouvoir et des possibilités d’avancement professionnel qui accompagnaient son travail à l’Est. La Maison Allemande, un mélange de centre culturel, de restaurant et de pub, était l’un des privilèges dont jouissaient les occupants. En entrant dans le bâtiment, il pouvait entendre une célébration bruyante à l’intérieur. À la porte d’entrée, un responsable de la Gestapo, clairement en état d’ébriété avancée, un sous-verre de bière avec le numéro 1000 écrit en rouge épinglé à son chemisier passa devant lui. S’adressant à Grüner, le policier se vantait ivre : Mec, je célèbre aujourd’hui ma 1 000e exécution !

Des beuveries systématiques après les massacres

À première vue, l’incident à la Maison allemande pourrait sembler être une aberration grotesque impliquant un seul tueur nazi dépravé. Mais de telles célébrations étaient répandues dans les territoires occupés de l’Est alors que les membres du tristement célèbre Schutzstaffel (SS) et la police allemande se livraient régulièrement à des rituels de célébration après des massacres de masse. En fait, parmi les auteurs du génocide, la consommation excessive d’alcool était courante dans les sites de tuerie, dans les pubs et sur les bases de toute la Pologne et de l’Union soviétique. Dans un autre exemple horrible, un groupe de policiers chargés de la crémation de quelque 800 cadavres juifs a profité de l’occasion pour boire un baril tout entier. Dans ce cas, l’un des hommes, nommé Müller, avait l’honneur d’incendier ses juifs alors que lui et ses collègues étaient assis autour du feu en train de boire de la bière. Dans un cas similaire, une femme juive s’est souvenue des conséquences d’une opération meurtrière à Przemyśl en Pologne : J’ai senti l’odeur des corps en feu et j’ai vu un groupe d’hommes de la Gestapo qui étaient assis près du feu en chantant et buvant. Ces célébrations de la victoire étaient des ordres du jour et elles suivaient chaque action meurtrière ou plutôt de la libération des Juifs selon leurs mots.

Le rôle de l’alcool dans le génocide nazi des juifs européens mérite une plus grande attention.1 Même si de nombreuses études en sciences sociales ont démontré le lien entre la consommation d’alcool et les actes d’homicide et de violence sexuelle, le lien entre les meurtres de masse et l’alcool est sous-étudié. Parmi les nazis, l’alcool a joué plusieurs rôles. Il a encouragé et récompensé le meurtre, favorisé la désinhibition pour faciliter le meurtre et agi comme un mécanisme d’adaptation. Dans le domaine des études sur l’Holocauste, les explications de la motivation des responsables englobent une variété de facteurs instrumentaux et affectifs allant des hommes ordinaires guidés par la pression des pairs, l’obéissance à l’autorité et aux ambitions personnelles jusqu’aux bourreaux volontaires imbus d’antisémitisme et de haine raciale. Mais la consommation d’alcool a facilité les actes de meurtre et d’atrocité que ce soit par des hommes ordinaires ou par de vrais adeptes.

Des massacres au vu et au su de tout le monde

Au début des années 2000, le père Patrick Desbois a utilisé la recherche balistique pour trouver des cartouches d’armes à feu usagées afin de cartographier l’endroit où les SS et les escadrons de la police avaient massacré des communautés juives entières en Ukraine. Contrairement à la croyance populaire, il a constaté que beaucoup de ces sites de massacre se trouvaient au milieu des villes en pleine vue et tout le monde voyait ce qui se passait.2 Non seulement ces massacres ont eu lieu dans les espaces publics, mais les témoins ukrainiens non-juifs se souviennent souvent de la consommation d’alcool par les tueurs.

En tant qu’enfant, Hanna Senikova a observé une exécution massive par les SS et les policiers dans sa ville natale de Romanivka. Après l’arrivée des Allemands, sa tante avait été obligée de cuisiner pour les auteurs qui avaient commandé un banquet avant le massacre. Interviewé par Desbois dans son livre The Holocaust by Bullets (2008), Senikova se souvient :

Ils voulaient manger uniquement de grosses pièces de viande. Ensuite, certains d’entre eux ont tiré sur les Juifs pendant que d’autres mangeaient et buvaient. À leur tour, ceux, qui avaient mangé, allaient à nouveau tirer sur les Juifs alors que ceux qui les avaient abattus auparavant venaient manger. Ils buvaient et chantaient. Ils étaient saouls. Ils tiraient en même temps. On pouvait voir de petits bras et des jambes qui sortaient du bord de la fosse.

Dans un exemple similaire, Wilhelm Westerheide, un commissaire régional nazi en Ukraine, a participé à un massacre d’environ 15 000 Juifs en 2 semaines. Pendant la fusillade, Westerheide et ses complices la fêtaient avec une table de banquet avec quelques femmes allemandes en buvant et mangeant au milieu de l’effusion de sang tandis que la musique jouait en arrière-plan pendant une fête surréaliste décrite par Wendy Lower dans Hitler’s Furies (2013). Dans ce cas, l’usage de l’alcool par les agresseurs a fourni un moyen d’établir la camaraderie et de réduire les inhibitions pendant qu’ils accomplissaient leur tâche horrible.

L’alcool pour renforcer la camaraderie

Alors que les escadrons de la mort célébraient les morts de leurs victimes sur le terrain, les bars et les restaurants locaux servaient également de lieux pour célébrer les massacres où la forte consommation d’alcool s’accompagnait souvent de chants mettant l’accent sur la dureté, la camaraderie et la violence. Dans un bar de la ville polonaise de Wejherowo, un témoin a entendu un groupe de SS qui revenaient d’une fusillade : Leurs putains de cerveaux ont giclé partout. De même, Marianna Kazmierczak, une Polonaise de 17 ans à l’époque, travaillant dans un restaurant de Zakrzewo, a témoigné que les SS s’y réunissaient régulièrement pour boire de la bière et du schnaps et pour célébrer après des massacres à l’automne 1939. Dans un témoignage cité dans War, Pacification, and Mass Murder, 1939 (2014) de Jürgen Matthäus, Jochen Böhler et Klaus-Michael Mallmann, elle a remarqué :

Finalement, ils étaient à moitié saouls et l’humeur était très joyeuse comme s’ils étaient ivres. Ils chantaient et dansaient. De tels excès de boisson étaient répétés après chaque tir de masse parfois plusieurs fois par semaine. Les épisodes de beuverie ont continué jusque tard dans la nuit. En fin de compte, chanter et boire était des actes rituels de célébration et ils servaient de mécanismes pour promouvoir le lien et l’identification des hommes avec le groupe et sa charte génocidaire. Dans de tels cas, l’alcool était en partie une récompense pour le meurtre, un lubrifiant pour les liens masculins et un moyen d’adaptation.

La même ivresse pendant le génocide au Rwanda

Après leur transfert à Varsovie en janvier 1942, les membres du Police Battalion 61 ont établi un bar à l’extérieur du ghetto juif. Le bar Krochmalna offrait non seulement la possibilité de se livrer à des orgies de beuverie, mais aussi d’être un lieu de célébration et de compétition masculine en matière de meurtre pour les policiers en congé. Des policiers individuels ont fait des concours sur le nombre de Juifs tués et se sont vantés de leurs scores. Ces policiers n’étaient pas seuls, car les hommes des autres unités gardaient également la trace de leurs morts. Un ancien policier du Police Battalion 9 a témoigné après la guerre : Je sais aussi que plusieurs hommes ont compté le nombre de personnes qu’ils avaient abattues. Dans le cas du bataillon de police 61, la porte d’entrée du bar servait de tableau de bord de l’unité avec 500 encoches groupées par 5 pour désigner le nombre de juifs assassinés par ses clients. Lors d’une enquête d’après-guerre sur les activités de l’unité à Varsovie, un procureur de l’Etat a commenté que les célébrations de la victoire faisaient partie du rituel de l’unité après les exécutions de masse.

Le lien entre l’alcool, l’atrocité et le rituel de célébration n’était pas unique au Front de l’Est. Pendant le génocide rwandais, le journaliste français Jean Hatzfeld a interviewé des auteurs hutus et il a noté dans son livre Machete Season (2003) l’importance des cabarets locaux (bars) comme des lieux de rassemblement et des lieux de planification, d’organisation et de célébration de la violence contre les Hutus modérés et les Tutsies. Un responsable hutu remarque :

Les tueurs circulaient ensemble. Vous pouviez voir qu’ils partageaient la même chose avec leur travail sur le terrain et le fait de boire au cabaret. Pendant le génocide, je sais que les gangs ont découpé des gens en pièces du premier au dernier jour.3

Une autre femme a décrit la distribution des possessions pillées des victimes et des célébrations nocturnes : Les hommes chantaient, tout le monde buvait, les femmes changeaient de robe 3 fois par soir. C’était plus bruyant que pendant les mariages, il y avait des excès de beuverie tous les jours. Au moins pour ces hommes et certaines femmes, le champ meurtrier et le bar étaient devenus des lieux de socialisation et de célébration de groupe à la suite de massacres.

Même si l’ivresse n’était pas une condition préalable au génocide, il est clair que les rituels d’alcool étaient un élément important dans la célébration du massacre génocidaire dans l’Est nazi qu’il s’agisse d’une table remplie de saucisse fumée ou de vodka qu’on consommait au bord d’un fossé ou dans des fêtes de bière post-exécution. Le SS qui célébrait son 1 000e meurtre n’était pas seulement enivré par sa fête, mais en réalité il était ivre par l’acte même du meurtre.

Traduction d’un article sur Aeon par Edward Westermann, professeur d’histoire à la Texas A & M University.

Aeon counter – do not remove

Sources

1.
Westermann EB. Stone-Cold Killers or Drunk with Murder? Alcohol and Atrocity during the Holocaust. H. 2016;30(1):1-19. doi:10.1093/hgs/dcw003
2.
The Holocaust by Bullets | Father Patrick Desbois | Macmillan. US Macmillan. https://us.macmillan.com/theholocaustbybullets/fatherpatrickdesbois/9780230617575/. Published February 20, 2018. Accessed February 20, 2018.
3.
Tanner S. Towards a pattern in mass violence participation? An analysis of Rwandan perpetrators’ accounts from the 1994 genocide. G. 2011;12(4):266-289. doi:10.1080/17440572.2011.616054

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 4,67 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *