Le système de contrôle complexe des esclavagistes des Caraibes

On imagine souvent l’esclavage comme un système simpliste et dichotomique. Mais quand on regarde les réalités de l’esclavage aux Caraïbes, on se rend compte d’un système aussi complexe que cruel.


On imagine souvent l'esclavage comme un système simpliste et dichotomique. Mais quand on regarde les réalités de l'esclavage aux Caraibes, on se rend compte d'un système aussi complexe que cruel.

Il n’est pas surprenant que le fouet soit synonyme d’ du Nouveau Monde : son bruit est une menace audible pour que les travailleurs asservis restent au travail, leur rappelant que leur vie et leur corps ne sont pas les leurs et qu’ils doivent conserver un comportement de subordination consciencieuse à leurs seigneurs.

Le fouet, symbole de toute une époque

Le fouet était un instrument de torture cruel et efficace, une partie de la technologie brutale qui maintenait la machine productive de l’Amérique des plantations à l’oeuvre. Il suffit de voir l’exemple sur les îles des . Au milieu du XVIIIe siècle, il s’agissait des parties les plus précieuses de l’ et la grande île de la Jamaïque, avec ses énormes plantations de canne à sucre et son régime esclavagiste brutal, était le joyau de la couronne impériale.

Comme ailleurs dans les Amériques, le droit des maîtres en Jamaïque de punir les esclaves était inscrit dans la loi et la violence qui maintenait l’esclavage allait bien au-delà de la flagellation. Les punitions peuvent inclure l’amputation, la défiguration, le rouge, etc. Les esclaves pourraient également être mis à mort, une peine le plus souvent imposée à la suite des rébellions. Et ils ont rarement été tués rapidement. Les exécutions tortureuses infligées à ceux qui ont dirigé les soulèvements ou qui ont été accusées de collaboration dans des complots rebelles fournissent certains des exemples les plus sordides de cruauté humaine jamais enregistrés.1

La douleur et la terreur ne sont pas suffisantes

Mais les abus physiques à eux seuls ne pourraient pas garder productives les plantations lucratives des Caraïbes britanniques. Il est impossible d’amener de larges groupes de personnes à effectuer un travail soutenu de manière efficace et cohérente pendant des années simplement avec la douleur et la terreur. Même les propriétaires d’esclaves les plus brutaux étaient donc obligés de développer un système de gestion sophistiqué qui exploitait les aspirations les plus humaines et les peurs des populations qu’ils dominaient.

La création de divisions entre les esclaves était essentielle. Les esclaves étaient plus nombreux que les Blancs dans les Caraïbes britanniques. En Jamaïque, le ratio était supérieur à 10 pour 1 et dans certaines grandes plantations, il était d’environ 100 pour 1. Les gestionnaires devaient donc diviser les esclaves pour les gouverner. Le commerce des esclaves en provenance d’Afrique leur a donné une opportunité. Comme le remarqua un responsable de plusieurs grandes plantations sucrières de la Jamaïque en 1804, la politique générale était de placer les “nègres” sur un domaine composé de plusieurs nations de manière à équilibrer les unes contre les autres, afin de s’assurer que les deux tiers rejoignent les blancs (en cas de soulèvement).

La théorie sous-jacente était que les peuples esclaves d’une nation africaine refuseraient de s’associer à des rébellions préparées par d’autres ou par des esclaves créoles (nés sur place), choisissant plutôt de servir leurs maîtres blancs dans l’espoir de recevoir des récompenses pour un service loyal.

Diviser pour mieux asservir

Privilégier certaines personnes asservies au-dessus des autres était un autre moyen efficace de semer la discorde.2 Les propriétaires d’esclaves encourageaient des hiérarchies sociales complexes dans les plantations qui ressemblaient à un système de classe. Au sommet des communautés d’esclaves de plantations dans les colonies sucrières des Caraïbes, il y avait des hommes qualifiés, formés à la demande des gestionnaires blancs pour devenir des opérateurs de chaudières, des forgerons, des charpentiers, des tonneliers, des maçons et des chauffeurs. En général, ces hommes étaient nettement mieux lotis que les esclaves de campagne (la plupart des femmes) et ils avaient tendance à vivre plus longtemps.

Les membres les plus importants de cette élite asservie étaient les chauffeurs, chargés de faire respecter la discipline et les routines de travail parmi les autres travailleurs asservis. Ces hommes étaient indispensables à la gestion efficace des plantations, un moyen de passer les ordres et, parfois, de négocier entre les surveillants blancs et les rangs massifs de travailleurs sur le terrain. Ils étaient également parmi les plus forts survivants du système.

Un genre d’élite parmi les esclaves

Les privilèges conférés à l’élite réduite en esclavage revêtent plusieurs formes: une meilleure nourriture, plus de nourriture, de meilleurs vêtements, plus de vêtements, un logement meilleur et plus grand et même la possibilité (dans de rares cas) que le maître utilise son testament les libérer.3 Par exemple, le conducteur principal d’un domaine sucrier jamaïcain figure dans les archives de 1813-1814 sous le nom d’Emanuel, mais aussi sous un autre nom : James Reid.

La raison en était qu’Emanuel avait été baptisé par un vicaire anglican, avec l’approbation du propriétaire de la plantation. Il faisait partie d’une minorité d’esclaves sur le domaine avec un prénom chrétien et un nom de famille, des personnes dont le baptême avait permis de les distinguer de la multitude. Les registres sont dominés par des listes de personnes identifiées uniquement par un seul nom d’esclave diminutif, qui leur est attribué par les gestionnaires de plantation: page après page de Nancys, Marys, Sallys, Junos, Eves et Vénus; de Tom et Joes, Hectors et Hamlets, Londons et Dublins.

L’église anglicane étant l’un des piliers de l’établissement blanc en Jamaïque, son baptême lui a conféré un prestige certain. Le propriétaire de Reid a certainement compris son pouvoir de réinvention. Il écrivit en 1783 que beaucoup des meilleurs “nègres” de presque tous les domaines étaient baptisés de cette manière, quand ils le méritaient et il pensait que cela les rendait de meilleurs esclaves (par lesquels il voulait dire plus dur, plus loyal ).4 Rien de tout cela ne signifiait que l’élite asservie était invitée à vivre comme les égales de leurs maîtres blancs.

L’importance de l’église anglicane

Loin de là. Mais les propriétaires d’esclaves savaient évidemment que des choses telles que de meilleurs vêtements, une nutrition supérieure, la consommation occasionnelle de vin de Porto ou même l’initiation à la communion anglicane rigoureusement hiérarchisée pourraient contribuer à réduire les chances de réussite d’une rebellion ouverte. Ceci, associé aux conséquences inévitablement terribles d’une rébellion ratée, a aidé à persuader un grand nombre de personnes asservies de tenter de survivre à cette épreuve en négociant au sein du système.

Les divers privilèges accordés à l’élite asservie ont contribué à créer une attitude conservatrice chez certains, désireux de protéger ce qu’ils avaient acquis. Ils ont également créé une culture d’aspiration au sein de la communauté des esclaves, une ombre sombre et tragique du rêve américain d’indépendance et de richesses qui motivaient les propriétaires d’esclaves.

Les esclaves qui vivaient assez longtemps et qui n’étaient pas physiquement ou psychologiquement brisés par le travail des plantations pourraient avoir pour objectif de rejoindre les rangs de l’élite qualifiée et privilégiée des plantations. Et il est prouvé que ceux qui ont gagné la faveur des cadres blancs et évité le travail sur le terrain ont chéri ces avantages. Un esclave à la Barbade a même tué son successeur, puis s’est suicidé lorsqu’un responsable blanc l’a privé de son poste de gardien.

Une idée simpliste de l’esclavage

De nombreuses histoires bouleversent les idées reçues sur l’esclavage et sur les esclaves. Dans l’imaginaire populaire et dans de nombreuses études historiques, les esclaves ont tendance à être perçus comme des victimes opprimées ou des rebelles romantiques: nous préférons souvent considérer les esclaves comme des manoeuvres innocentes, des souffrances inéluctables ou des courageux rebelles, prenant des mesures décisives contre leurs oppresseurs. C’est une simplification contradictoire. Les catégories de victimes ou de rebelles (ou même de collaborateurs) ne peuvent pas saisir correctement les expériences ou les choix d’esclaves, y compris ceux de conducteurs, de convertis anglicans asservis ou d’un gardien barbadien contrarié.5 6 7

Ces personnes nous montrent plutôt que l’esclavage était aussi complexe que cruel. La négociatoin de ses sombres réalités exige de la détermination et de l’habileté, voire de l’égoïsme; et il était presque impossible de durer sans faire de compromis d’un genre ou d’un autre. Toutes les personnes asservies – des Africains nouvellement victimes de la traite aux travailleurs expérimentés sur le terrain; des enfants contraints de travailler dès qu’ils ont pu utiliser une petite houe, à des conducteurs expérimentés tels que Reid, ont réagi à leur situation de façon ordinaire, bien que sous des pressions extraordinaires.8 Ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour rester en vie et, si possible, tirer parti des rares possibilités offertes par le système dans lequel ils étaient pris au piège.

Les esclaves ont fait ce qu’ils ont pu pour survivre

Et leurs histoires nous rappellent qu’ils étaient tous piégés. Quelle que soit la complexité et la division de la communauté esclavagiste, quel que soit le nombre de personnes que nous avons pu trouver qui ont su occuper des positions précaires de confort relatif, nous les trouvons en train de lutter pour vivre dans un système conçu pour promouvoir la désunion, l’anxiété et la peur. Même les conducteurs les plus précieux pourraient être rétrogradés sur un coup de tête. Certaines âmes courageuses ou désespérées ont choisi de fuir. Mais le système bien défini de division et de gestion a permis de dissuader tous les rebelles, sauf les plus déterminés.

Avant la fin du XVIIIe siècle, les stratégies de gestion sophistiquées et cruelles des propriétaires d’esclaves blancs étaient très efficaces: les défis manifestes à l’autorité blanche s’effondraient et les plantations de canne à sucre gérées par les esclaves prospéraient. Ce n’est qu’à la suite du déclenchement de la en 1791 et de l’influence croissante des campagnes humanitaires que le système interne du système esclavagiste britannique a commencé à céder, alors que les esclaves des Caraïbes ont saisi de nouvelles opportunités pour saper le monde, que les propriétaires d’esclaves avait crée.

Traduction d’un article sur Aeon par Christer Petley, professeur d’histoire à l’université de Southampton.

Aeon counter – do not remove

Sources

1.
Mastery, Tyranny, and Desire: Thomas Thistlewood and His Slaves in the Anglo-Jamaican World. gwonline.unc.edu. https://gwonline.unc.edu/node/1813. Published November 5, 2018. Accessed November 5, 2018.
2.
Roberts J. The ‘Better Sort’ and the ‘Poorer Sort’: Wealth Inequalities, Family Formation and the Economy of Energy on British Caribbean Sugar Plantations, 1750–1800. S. 2014;35(3):458-473. doi:10.1080/0144039x.2014.944032
3.
Petley C. ‘Legitimacy’ and social boundaries: free people of colour and the social order in Jamaican slave society1. S. 2005;30(4):481-498. doi:10.1080/03071020500304627
4.
Simon Taylor to Chaloner Arcedeckne, 10 October 1783 | Slavery and Revolution . blog.soton.ac.uk. http://blog.soton.ac.uk/slaveryandrevolution/1783/10/10/simon-taylor-to-chaloner-arcedeckne-lyssons-10-october-1783/. Published November 5, 2018. Accessed November 5, 2018.
5.
The Politics of the Archive and History’s Accountability to the Enslaved on JSTOR . jstor.org. 10.5406/historypresent.6.2.0117?seq=1#page_scan_tab_contents” target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>https://www.jstor.org/stable/10.5406/historypresent.6.2.0117?seq=1#page_scan_tab_contents. Published November 5, 2018. Accessed November 5, 2018.
6.
Social Death and Political Life in the Study of Slavery. scholar.harvard.edu. https://scholar.harvard.edu/vbrown/publications/social-death-and-political-life-study-slavery. Published November 5, 2018. Accessed November 5, 2018.
7.
Venus in Two Acts. muse.jhu.edu. https://muse.jhu.edu/article/241115/summary. Published November 5, 2018. Accessed November 5, 2018.
8.
The Plantation Hoe: The Rise and Fall of an Atlantic Commodity, 1650–1850 on JSTOR . jstor.org. 10.5309/willmaryquar.69.1.0071″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>https://www.jstor.org/stable/10.5309/willmaryquar.69.1.0071. Published November 5, 2018. Accessed November 5, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

  1. Joe dit :

    Finalement les modèles ont bien peu changés…

    Car si les esclaves devaient, autrefois, travailler et servir leurs maîtres pour ne pas être fouetté et torturé. Les esclaves modernes doivent travailler et servir leur employeur pour ne pas être privé de leur voiture à crédit, de leur maison à crédit, de son électronique à crédit ou pire finir sdf. Et ce ne sont pas nos cadres modernes (les esclaves privilégiés) qui vont lutter et risquer de perdre leurs privilèges pour les autres. Quand au brassage pour diviser, il est aussi vrai hier qu’aujourd’hui. Il est en effet plus facile d’en vouloir à son voisin (qui ne vient pas du même coin que nous), qu’à celui qui nous a mis dans cette galère…

    Bien sûr les niveaux de vies ne sont pas comparables, bien sûr que nous ne risquons pas de mourir si nous refusons d’exécuter un ordre d’un supérieur. Mais l’individu reste prisonnier de quelque chose (hier son maître et aujourd’hui le capital).
    En tout cas, excellent article et un grand merci pour le travail rédactionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *