De l’ADN ancien, provenant de pépins de raisin romains et médiévaux, révèle les origines de la vinification

Un cépage encore utilisé dans la production de vin en France aujourd’hui peut être retracé 900 ans plus tôt à une seule plante ancestrale.


Un cépage encore utilisé dans la production de vin en France aujourd'hui peut être retracé 900 ans plus tôt à une seule plante ancestrale.
Un vignoble au pied du Pic Saint Loup dans le sud de la France - Crédit : S. Ivorra CNRS/ISEM

À l’aide d’une vaste base de données génétiques sur les vignes modernes, les chercheurs ont pu tester et comparer 28 semences archéologiques de sites français datant de l’âge du fer, de l’époque romaine et de la période médiévale. Utilisant des méthodes ADN anciennes similaires à celles utilisées pour retrouver des ancêtres humains, une équipe de chercheurs britanniques, danois, français, espagnols et allemands a établi des liens génétiques entre des graines de différents sites archéologiques ainsi que des liens avec des cépages modernes.

L’ancien héritage des cépages modernes

On soupçonne depuis longtemps que certains cépages cultivés aujourd’hui, notamment des cépages bien connus comme le Pinot Noir, ont une correspondance génétique exacte avec des plantes cultivées il y a 2 000 ans ou plus, mais jusqu’à présent, il n’existait aucun moyen de tester génétiquement une lignée génétique ininterrompue de cet âge.

Un cépage encore utilisé dans la production de vin en France aujourd'hui peut être retracé 900 ans plus tôt à une seule plante ancestrale.

Fouilles archéologiques d’une ferme romaine sur le site du Mont Ferrier à Tourbes, en France. Des pépins de étroitement apparentés au Pinot Noir et au Savagnin Blanc ont été mis au jour dans un puits datant du premier siècle de notre ère – Crédit : M. Compan, Inrap

Le Dr Nathan Wales, de l’Université de York, a déclaré: Dans notre échantillon de pépins de raisin, nous avons trouvé 18 signatures génétiques distinctes, dont un ensemble de semences génétiquement identiques provenant de deux sites romains séparés par plus de 600 km et datant de 2 000 ans. Ces liens génétiques, qui incluent une relation sœur avec des variétés cultivées dans les régions alpines d’aujourd’hui, démontrent les compétences acquises par les vignerons au cours de leur histoire dans la gestion de leurs vignobles à l’aide de techniques modernes telles que la reproduction asexuée par la coupe de plantes.

Des graines de raisin remontant à 900 ans

Une graine de raisin archéologique extraite d’un site médiéval d’Orléans, dans le centre de la France, était génétiquement identique au Savagnin Blanc. Cela signifie que la variété a poussé depuis au moins 900 ans sous forme de boutures d’une seule plante ancestrale. Ce (à ne pas confondre avec le sauvignon blanc) est réputé pour sa popularité depuis plusieurs siècles, mais il n’est pas aussi couramment consommé qu’un d’aujourd’hui en dehors de sa région.

On trouve encore le raisin qui pousse dans le Jura, en France, où il est utilisé pour produire des bouteilles coûteuses de vin jaune ainsi que dans certaines parties de l’Europe centrale où il porte souvent le nom de Traminer. Bien que ce cépage ne soit pas si bien connu aujourd’hui, 900 ans d’une plante génétiquement identique suggèrent que ce vin était spécial, assez spécial pour que les viticulteurs lui restent fidèles à travers des siècles de régimes politiques en mutation et de progrès agricoles.

Des raisins sélectionnés uniquement pour la production vinicole

Jazmín Ramos-Madrigal, chercheur postdoctoral à l’Université de Copenhague, a déclaré: Nous soupçonnons que la majorité de ces semences archéologiques proviennent de baies domestiquées potentiellement utilisées pour la vinification en raison de leurs liens génétiques étroits avec les vignes. Les baies des variétés utilisées pour le vin sont petites, à la peau épaisse, pleines de graines et emballées avec du sucre et d’autres composés tels que les acides, les phénols et les arômes, parfaits pour la fabrication du vin mais pas suffisamment bons pour être consommés directement de la vigne. Ces anciennes graines n’avaient pas de lien génétique fort avec les raisins de table modernes.

D’après les écrits de l’auteur et naturaliste romain Pline l’Ancien et d’autres, nous savons que les Romains avaient une connaissance avancée de la vinification et avaient désigné des noms spécifiques pour différents cépages, mais il était jusqu’à présent impossible de relier leurs noms latins à des noms de variétés modernes.

Des cépages négligés dans la production moderne

Nous avons maintenant la possibilité d’utiliser la génétique pour savoir exactement ce que les Romains cultivaient dans leurs vignes. Les chercheurs n’ont pas trouvé de correspondance génétique identique avec les semences modernes, mais ils ont trouvé des liens très étroits avec deux importantes familles de raisins utilisées pour produire un vin de grande qualité.

Il s’agit notamment de la famille Syrah-Mondeuse Blanche. La Syrah est l’un des raisins les plus plantés au monde aujourd’hui et de la Mondeuse Blanche, qui produit un vin AOC (Appelation d’origine contrôlée) de haute qualité en Savoie ainsi que de la famille Pinot-Savagnin, le pinot noir est considéré comme le « roi des raisins de cuve ».

Le Dr Wales a déclaré: Il est plutôt inhabituel de tracer une lignée génétique ininterrompue pendant des siècles dans le passé. Au lieu d’explorer de vastes schémas d’ascendance génétique, comme dans la plupart des projets ADN antiques, nous devions penser comme des spécialistes de la médecine légale et trouver une solution parfaite afin d’avoir une correspondance dans la base de données.

De vastes bases de données de données génétiques issues de cultures modernes et de méthodes paléogénomiques optimisées ont considérablement amélioré notre capacité à analyser l’historique de ce fruit et d’autres fruits importants. Pour l’industrie vitivinicole aujourd’hui, ces résultats pourraient jeter un nouvel éclairage sur la valeur de certains cépages. Même s’ils ne sont pas très utilisés dans les vins d’aujourd’hui, ils étaient autrefois très appréciés par les anciens amateurs de vin et valent peut-être ainsi la peine qu’on leur donne une seconde chance.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 4,67 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *