Le pandémonium des célébrités modernes a commencé aux théâtres du 19e siècle

Les stars modernes déclenchent la fascination et parfois un sourire de mépris. Mais cette culture des stars existait déjà il y a plus de 150 ans.


Les stars modernes déclenchent la fascination et parfois un sourire de mépris. Mais cette culture des stars existait déjà il y a plus de 150 ans.
Des fans de la rappeuse Cardi B - Crédit : Jessica Rinaldi/The Boston Globe/Getty Images

Pourquoi tant de gens se soucient-ils tellement des célébrités ? De la même manière que chaque génération croit avoir inventé le sexe, chacune pense avoir créé la . Demandez à une personne née au XXIe siècle ce qui définit la culture des célébrités. Ils choisiront probablement les médias numériques qui permettent à quiconque possédant un téléphone portable de Liker, de retweeter et de commenter une publication de Kim Kardashian en quelques secondes.

Qui crée les stars ?

Les critiques de la culture du milieu du siècle, Theodor Adorno et Daniel Boorstin, avaient une vision plus paranoïaque: ils pensaient que les médias imposaient des stars à un public stupide. Puis dans les années 1980 et 1990, les érudits Jackie Stacey et Henry Jenkins ont vu le public comme responsable, créant ou brisant des stars. En période de prospérité, les biographies de célébrités ont tendance à attribuer la célébrité au talent, à la chance et au travail acharné. En période de précarité, on parle davantage d’icônes qui s’autodétruisent.

Toutes ces vues attribuent le pouvoir à un seul et même élément de l’équation: les médias, le public ou les stars. Tous ont tort, parce qu’ils ont tous raison. Aucun groupe n’a le pouvoir de créer ou de briser une . Trois groupes tout aussi puissants se rencontrent et se font concurrence pour définir les célébrités: les producteurs de médias, les membres du public et les célébrités elles-mêmes. Aucun n’a de pouvoir décisif et aucun n’est impuissant.

Un effort constant de chacun

L’effort à trois pour créer, définir et défaire des célébrités est inlassable. Pour devenir célèbre, la rappeuse américain Cardi B devait faire plus que simplement enregistrer des chansons entraînantes. Elle devait les promouvoir efficacement auprès de ceux qui les aimaient. Elle devait être assez scandaleuse et suffisamment révélatrice pour rassembler une énorme clientèle sur Instagram. Elle a dû collaborer avec un groupe de célébrités, Maroon 5, et se quereller avec la rappeuse vedette déjà établie, Nicki Minaj. (Vous ne savez pas qui sont ces personnes ? Beaucoup de filles de 12 ans seront heureuses de vous éclairer.)

En janvier 2019, Cardi B a remporté une bataille en ligne avec Donald Trump quand elle a publié une vidéo sur Instagram qualifiant de folle la fermeture de son gouvernement. Le président fou de Twitter a annoncé sa défaite par une réponse inhabituelle: le silence. Un mois plus tard, les trolls Instagram ont attaqué Cardi B pour qu’elle n’ait pas son Grammy. Elle a quitté la plate-forme pour revenir deux jours plus tard. L’histoire continue.

L’avènement des stars dans les théâtres du 19e siècle

Les médias sociaux amplifient et accélèrent les interactions entre le public, les médias et les stars, mais YouTube et Twitter n’ont pas inventé la culture moderne des célébrités. Cela s’est passé il y a plus de 150 ans, grâce à la presse populaire, à la photographie commerciale, aux chemins de fer et à vapeur et aux systèmes postaux nationaux.

Prenons Edwin Booth (1833-93), l’un des acteurs américains les plus célèbres du 19ème siècle. Si on se souvient de lui aujourd’hui, en tant que frère de l’assassin du président Abraham Lincoln, Booth s’est surtout fait connaître à son époque pour avoir joué Hamlet, Richard III et Brutus dans Jules César.

Les stars modernes déclenchent la fascination et parfois un sourire de mépris. Mais cette culture des stars existait déjà il y a plus de 150 ans.

Edwin Booth – Crédit : NYPL Digital Collections.

Son jeu d’acteur lui rapporta assez d’argent pour acheter plusieurs théâtres et un manoir Gramercy Park à New York, qu’il transforma en un club entièrement masculin, les Players, où les acteurs pouvaient côtoyer des élites. Il vivait au dernier étage de l’immeuble, entouré de livres, de souvenirs théâtraux et des centaines de lettres qu’il avait reçues entre les années 1860 et 90 et avait choisi de les garder.

Les fans d’Edwin Booth

Le courrier des fans de Booth atteste des nombreux liens qui unissent le public du XIXe siècle, les médias et les stars. Grâce à des navires à vapeur, il s’est produit en Europe et a reçu des lettres d’Angleterre et d’Allemagne. Grâce aux chemins de fer, son public américain comprenait de grandes villes et de plus petites localités, d’Akron à Zanesville.

Certaines des lettres conservées par Booth étaient des notes écrites sollicitant des apparitions. D’autres ont mendié de l’argent, des emplois ou des cours de théâtre. Certains lui ont offert des remèdes médicaux ou ont essayé de le convertir. Des dizaines ont envoyé à l’acteur de longs poèmes combinant tous ces éléments.

Des critiques acerbes déjà présentes

De nombreuses lettres félicitaient Booth, mais bon nombre d’entre elles offraient des critiques impitoyables dignes de tous les trolls de Twitter. Un correspondant en 1866 a conseillé à Booth comment devenir un meilleur Richard III. Votre apparence n’était pas assez sévère et sombre, se plaint l’auteur. Tu pourrais… avoir une bosse plus large dans le dos et une démarche plus infirme à mesure que tu avances sur la scène. Les autres critiques étaient moins polies.

Shakespear No 2 a donné des conseils sévères dans un gribouillage de plus en plus grand : M. Booth, votre Hamlet est trop usé. Vos contorsions constantes rendent votre partie monotone. Certaines parties sont bien faites, mais dans d’autres où vous devez agir comme un homme rationnel, vous agissez plus comme un maniaque.

Un correspondant a classé les critiques de Booth. Un journaliste, qui avait passé en revue les apparitions de Booth à Charleston, a envoyé des coupures de presse à l’acteur. Une femme, qui demandait une édition des pièces de théâtre les plus jouées de Booth, utilisait un code de couleur pour distinguer les six différentes fois où elle l’avait vu en Hamlet.

Le statut des stars peut changer d’un instant à l’autre

La chanteuse d’opéra française Pauline Viardot a reçu et conservé un ensemble de lettres similaire, à l’instar du poète américain Henry Wadsworth Longfellow. Certes, les publics du XIXe siècle étaient moins visibles les uns des autres que les publics numériques. Mais les continuités entre les cultures de célébrités passées et présentes sont réelles et offrent un indice révélateur de ce qui intrigue vraiment les gens à propos de la culture de célébrités.

Nous tous, même ceux qui ignorent les célébrités, faisons partie d’une histoire dont nous pouvons influencer l’issue, mais jamais la prédire pleinement. Les célébrités ne sont ni des pions ni des dieux. Chaque fois que Cardi B publie une nouvelle chanson, pose pour une couverture de magazine ou est publiée sur les réseaux sociaux, elle peut gagner ou perdre son statut. Les membres du public ne sont ni des consommateurs passifs ni des créateurs tout-puissants.

Ils se disputent entre eux et la décision de chaque individu de s’engager ou d’ignorer des célébrités aide à faire ou à casser des stars. Les journalistes utilisent la couverture des célébrités pour attirer l’attention du public. Certains critiquent les célébrités; d’autres s’adressent à eux.

Le pandémonium qui en résulte est une culture de célébrités, un drame que beaucoup aident à créer mais que personne ne contrôle totalement. Si nous savions avec certitude comment l’histoire se terminait, nous pourrions perdre tout intérêt. Si nous n’avions aucun rôle à jouer dans le résultat, nous pourrions être moins intrigués. La morale de ce récit: la culture des célébrités n’est ni bonne ni mauvaise. Mais si vous n’aimez pas la culture des célébrités, ne blâmez pas Internet. Blâmez tout le monde.

Traduction d’un article sur Aeon par Sharon Marcus, professeure de la chaire Orlando Harriman de littérature comparée et de l’anglais à l’université de Columbia. Elle est l’auteure des livres tels que Between Women: Friendship, Desire, and Marriage in Victorian England et The Drama of Celebrity.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *