Comment laissez-vous un avertissement qui dure aussi longtemps que les déchets nucléaires ?


Crédit : Emily Graham pour Mosaic
Crédit : Emily Graham pour Mosaic

En janvier 1997, l’équipage d’un bateau de pêche en mer Baltique a découvert dans leurs filets quelque chose d’inhabituel: une motte graisseuse d’un brun jaunâtre, ressemblant à de l’argile. Ils l’ont sorti, l’ont mis sur le pont et ont repris le traitement de leurs prises. Le lendemain, l’équipage est tombé malade, souffrant de graves brûlures de la peau. Quatre ont été hospitalisés. La masse graisseuse était une substance appelée ypérite, mieux connue sous le nom de moutarde au soufre ou gaz moutarde, solidifiée par la température au fond de la mer.

Les restes des munitions chimiques

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les autorités américaines, britanniques, françaises et soviétiques ont été confrontées à un grave problème: comment se débarrasser de quelque 300 000 tonnes de munitions chimiques récupérées de l’Allemagne occupée. Souvent, ils optaient pour la méthode qui semblait la plus sûre, la moins chère et la plus simple: jeter les déchets en mer.

Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Selon les estimations, au moins 40 000 tonnes de munitions chimiques ont été éliminées dans la mer Baltique, pas toutes dans des zones de décharge désignées. Certains de ces emplacements sont indiqués sur les cartes d’expédition, mais il existe des registres complets de ce qui a été immergé et de ce qui n’existe pas. Cela augmente la probabilité que les équipages de chalutiers, et d’autres, entrent en contact avec ces déchets dangereux.

Le problème ne va pas disparaître, en particulier avec l’utilisation accrue du fond de la mer à des fins économiques, y compris les pipelines, les câbles sous-marins et les parcs éoliens offshore.

L’histoire de ces pêcheurs malchanceux illustre deux points. Premièrement, il est difficile de prédire comment les générations futures se comporteront, ce qu’elles valoriseront et où elles voudront aller. Deuxièmement, la création, la tenue à jour et la transmission de registres indiquant où les déchets sont déversés seront essentielles pour aider les générations futures à se protéger des décisions que nous prenons aujourd’hui. Des décisions concernant notamment l’élimination de certaines des matières les plus dangereuses d’aujourd’hui: les déchets hautement radioactifs provenant de centrales nucléaires.

Le laboratoire de l’

Il faut sept minutes à l’ascenseur métallique rouge pour parcourir près de 500 mètres. En descendant dans du calcaire crémeux pour atteindre une couche d’argile vieille de 160 millions d’années. Ici, au fond des champs assoupis et des bois paisibles à la frontière des départements de la Meuse et de la Haute-Marne, dans le nord-est de la France, l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) a construit son laboratoire de recherche souterrain.

Les tunnels du laboratoire sont très éclairés mais généralement déserts, l’air sec et poussiéreux et remplis du bourdonnement d’une unité de ventilation. Les boîtes métalliques bleues et grises hébergent une série d’expériences en cours, mesurant, par exemple, les taux de corrosion de l’acier, la durabilité du béton en contact avec l’argile. À l’aide de ces informations, l’Andra souhaite construire ici un immense réseau de tunnels.

Illustration du puits d’ascenseur menant au laboratoire souterrain, dans le centre des visiteurs de l’Andra -  Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Illustration du puits d’ascenseur menant au laboratoire souterrain, dans le centre des visiteurs de l’Andra – Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Il envisage d’appeler ce lieu et de le remplir de dangereux déchets radioactifs. Il est conçu pour pouvoir contenir 80 000 mètres cubes de déchets.

Le dépot de Cigéo

Nous sommes exposés aux radiations tous les jours. Public Health England estime que chaque année au Royaume-Uni, une personne peut recevoir une dose moyenne de 2,7 millisieverts (mSv) de sources de rayonnement naturelles et artificielles. Un vol transatlantique, par exemple, vous expose à 0,08 mSv; une radiographie dentaire à 0,005 mSv; 100 grammes de noix du Brésil à 0,01 mSv.

Dans le laboratoire d'essais souterrain de l'Andra - Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Dans le laboratoire d’essais souterrain de l’Andra – Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Les déchets hautement radioactifs sont différents. Il s’agit principalement du combustible irradié de réacteurs nucléaires ou des résidus résultant du retraitement de ce combustible. Ces déchets sont si puissants qu’ils doivent être isolés des humains jusqu’à ce que leurs niveaux de radiation, qui diminuent avec le temps, ne soient plus dangereux.

Des déchets nucléaires pour le prochain million d’année

Le calendrier envisagé par l’Andra va jusqu’à un million d’années. (Pour mettre cela dans un contexte, il y a à peine 4 500 ans que Stonehenge a été construit. Il y a environ 40 000 ans, l’Homme moderne est arrivé dans le nord de l’Europe. Il y a un million d’années, le continent était en pleine période glaciaire. Les mammouths erraient, le paysage était gelé.)

Certains scientifiques appellent ces déchets à vie longue comme le talon d’Achille de l’énergie nucléaire et c’est un problème pour nous tous, quelle que soit notre position sur le nucléaire. Même si toutes les centrales nucléaires du monde cessaient d’exploiter demain, nous aurions toujours plus de 240 000 tonnes de matières radioactives dangereuses.

Dans le laboratoire d'essais souterrain de l'Andra - Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Dans le laboratoire d’essais souterrain de l’Andra – Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Actuellement, les déchets nucléaires sont stockés en surface ou près de la surface, mais dans l’industrie, cela n’est pas considéré comme une solution acceptable à long terme. Ce type d’installation de stockage nécessite une surveillance active. En plus de sa rénovation régulière, il doit être protégé de toutes sortes de dangers, y compris des tremblements de terre, des incendies, des inondations et des attaques délibérées de terroristes ou de puissances ennemies.

Les dépots en profondeur

Cela crée non seulement un fardeau financier injuste sur nos descendants, qui peuvent même ne plus avoir recours à l’énergie nucléaire, mais suppose également qu’à l’avenir, il y aura toujours des gens qui auront la connaissance et la volonté de surveiller les déchets. Sur un million d’années, cela ne peut être garanti.

Ainsi, après avoir examiné diverses options, les gouvernements et l’industrie nucléaire en sont venus à penser que les dépôts en profondeur en géologie constituaient la meilleure approche à long terme. La construction de l’un d’entre eux est une tâche énorme qui pose de nombreux problèmes de sécurité complexes.

La Finlande a déjà commencé la construction d’un dépôt géologique (appelé Onkalo) et la Suède a commencé le processus de licence de son site. L’Andra envisage de demander son permis de construire d’ici deux ans.

Des dépots inaccessibles une fois terminés

Si Cigéo est mis en service, il accueillera à la fois les déchets de haute activité et ce qu’on appelle les déchets de moyenne activité à vie longue, tels que les composants de réacteurs. Une fois que le dépôt aura atteint sa capacité maximale, dans peut-être 150 ans, les tunnels d’accès seront remblayés et scellés. Si tout se déroule comme prévu, personne ne pourra plus jamais accéder au dépôt.

Tenez-vous devant une source de rayonnement non protégée et vous ne verrez ni ne sentirez rien. Cependant, une partie de ce rayonnement passera dans votre corps. Les déchets nucléaires sont dangereux car ils émettent des rayonnements ionisants sous forme de particules alpha et bêta et de rayons gamma. Alors que les particules alpha sont trop faibles pour pénétrer dans la peau, les particules bêta peuvent causer des brûlures. S’ils sont ingérés, les deux peuvent endommager les tissus et les organes internes.

Cependant, ce sont les rayons gamma qui ont la plus grande portée de pénétration, et donc le potentiel de causer les dommages les plus répandus à l’ADN de vos cellules. Ces dommages peuvent entraîner un risque accru de cancer plus tard dans la vie et sont en grande partie responsables de l’ensemble des symptômes connus sous le nom de maladie des radiations.

Les impacts des radiations nucléaires sur le corps humain

Certains experts estiment qu’une dose de plus de 1 sievert est suffisante pour causer le mal des rayons. Les symptômes incluent nausée, vomissement, ampoules et ulcères; ceux-ci peuvent commencer quelques minutes après l’exposition ou être retardés de plusieurs jours. La récupération est possible, mais plus la dose de rayonnement est élevée, moins elle est probable. En règle générale, la mort provient d’infections et de saignements internes provoqués par la destruction de la moelle osseuse.

Pour les déchets enfouis profondément sous terre, la principale menace pour la santé publique provient de la contamination de l’eau. Si les matières radioactives provenant des déchets devaient se mélanger à de l’eau courante, elles pourraient se déplacer assez rapidement dans le substrat rocheux, dans le sol et dans les grandes étendues d’eau telles que les lacs et les rivières, pour finalement pénétrer dans la chaîne alimentaire via les plantes, les poissons et autres animaux.

Pour éviter cela, un dépôt souterrain tel que Cigéo veillera à protéger les déchets qu’il stocke. Dans ses murs, des conteneurs en métal ou en béton bloquent les radiations, et les déchets liquides peuvent être mélangés à une pâte de verre en fusion qui durcira autour pour empêcher les fuites.

L’avantage de l’argile

Au-delà de ces barrières, les planificateurs choisissent leurs sites avec soin, afin d’exploiter les propriétés du rocher environnant. Selon Mathieu Saint-Louis, attaché de presse de Cigéo, l’argile est stable et présente une très faible perméabilité, ce qui empêche toute matière radioactive d’atteindre la surface.

Après environ 100 000 ans, quelques substances très mobiles ayant une longue demi-vie, telles que l’iode 129, pourraient réussir à migrer vers le haut en quantités extrêmement petites, mais à ce moment-là, dit Saint-Louis, l’impact potentiel sur l’homme et la l’environnement est bien inférieur à celui de la radioactivité naturellement présente dans l’environnement .

Les dépôts en couches géologiques profondes sont conçus comme des systèmes passifs, ce qui signifie qu’une fois que Cigéo est fermé, aucun entretien ou surveillance supplémentaire n’est nécessaire. Le risque d’intrusion humaine, involontaire ou délibérée, est beaucoup plus difficile à planifier.

Comment créer un panneau d’avertissement sur des milliers d’années ?

En 1980, le département de l’Énergie des États-Unis a créé le groupe de travail sur les interférences humaines, chargé d’étudier le problème de l’intrusion humaine dans les dépôts de déchets. Quel était le meilleur moyen d’empêcher des personnes dans des milliers d’années d’entrer dans un stockage et d’entrer en contact direct avec les déchets ou de l’endommager, entraînant ainsi une contamination de l’environnement ?

Emily Graham pour Mosaic

Emily Graham pour Mosaic

Au cours des 15 années suivantes, de nombreux experts ont participé à ce projet et aux projets ultérieurs, notamment des scientifiques des matériaux, des anthropologues, des architectes, des archéologues, des philosophes et des sémioticiens. Ces spécialistes étudient les signes, les symboles, leur utilisation ou leur interprétation.

Des plantes avec des messages dans leur ADN ou le chat à rayons

L’auteur de science-fiction Stanislaw Lem a suggéré de cultiver des plantes avec des messages d’alerte concernant le dépôt, codés dans leur ADN. La biologiste Françoise Bastide et le sémioticien Paolo Fabbri ont mis au point ce qu’ils ont appelé la solution pour chats à rayons, des chats génétiquement modifiés pour briller en présence de radiations.

Indépendamment des défis technologiques et des problèmes éthiques posés par ces solutions, les deux solutions présentent un inconvénient majeur: pour réussir, elles reposent sur des facteurs externes incontrôlables. Comment les connaissances nécessaires pour interpréter ces choses pourraient-elles être garanties ?

La prêtrise atomique

Le sémioticien Thomas Sebeok a recommandé la création d’une sorte de prêtrise atomique. Les membres de la prêtrise conserveraient les informations sur les dépôts de déchets et les communiqueraient aux nouveaux membres, assurant ainsi le transfert des connaissances à travers les générations.

Dans un sens, cela n’est pas très différent de notre système actuel de science atomique, dans lequel un scientifique expérimenté transmet ses connaissances à un candidat au doctorat. Néanmoins, mettre une telle connaissance, et donc le pouvoir, entre les mains d’un petit groupe d’élite est une stratégie à haut risque facilement exposée aux abus.

Un meilleur moyen de prévenir nos descendants de ces déchets est peut-être de leur parler directement, sous la forme d’un message.

Jean-Noël Dumont, responsable du programme Mémoire de l’Andra, me montre un carton. À l’intérieur, fixés dans des boîtiers en plastique, se trouvent deux disques transparents, chacun d’environ 20 centimètres de diamètre. Ce sont les disques en saphir, dit-il. Imaginé par le prédécesseur de Dumont, Patrick Charton, chaque disque est fait de saphir industriel transparent à l’intérieur duquel sont gravées des informations au platine.

Des disques de saphir

Coûtant environ 25 000 euros par disque, le saphir (choisi pour sa durabilité et sa résistance aux intempéries et aux rayures) pourrait durer près de 2 millions d’années, bien qu’un disque ait déjà une fissure, résultat d’un visiteur maladroit sur l’une des portes ouvertes de l’Andra journées.

Cependant, à très long terme, ces projets présentent également un inconvénient majeur: comment savoir que quiconque vivra dans un million d’années comprendra l’une des langues parlées aujourd’hui ?

Pensez aux différences entre l’anglais moderne et le vieil anglais. Qui de nous peut comprendre unor cymð of hætan & of wætan ? Cela signifie Le tonnerre vient de la chaleur et de l’humidité, prononcé dans l’anglais datant de mille ans.

Les langues ont aussi l’habitude de disparaître. Dans la vallée de l’Indus, dans l’actuel Pakistan et dans le nord-ouest de l’Inde, par exemple, il y a environ 4 000 ans, les gens écrivaient dans un script qui reste totalement indéchiffrable pour les chercheurs modernes. Dans un million d’années, il est peu probable qu’une langue parlée aujourd’hui existe encore.

Des images inquiétantes inspirées du Cri de Munch

Au début des années 90, le théoricien de l’architecture Michael Brill cherchait un moyen de contourner la question du langage. Il a imaginé des paysages dissuasifs, non naturels, inquiétants et répulsifs, construits en terrassements géants et menaçants en forme d’éclairs déchiquetés ou d’autres formes qui suggèrent un danger pour le corps… des formes blessantes, comme des épines et des pointes .

Quiconque s’aventurerait plus loin dans le complexe découvrirait alors une série de pierres dressées contenant des informations d’avertissement sur les déchets radioactifs rédigés en sept langues différentes, mais même si celles-ci se révélaient illisibles, le paysage lui-même devrait servir d’avertissement. Pour aider à transmettre un sentiment de danger, il y aurait des sculptures de visages humains exprimant l’horreur et la terreur. L’une des idées était de les baser sur Le Cri d’Edvard Munch.

L’inconvénient est qu’un tel paysage, une merveille étrange et inquiétante, attirerait probablement plutôt que de repousser les visiteurs. Nous sommes des aventuriers. Nous sommes attirés par la conquête de milieux hostiles , déclare Florian Blanquer, un sémioticien recruté par l’Andra. Pensez à l’Antarctique, le mont Everest.

Vous pouvez aussi penser aux archéologues européens du XXe siècle, qui n’étaient pas particulièrement réticents lorsqu’il s’agissait d’ouvrir les tombeaux des rois égyptiens, malgré les avertissements et les malédictions inscrits sur leurs murs.

Selon Dumont, un programme de mémoire est nécessaire pour trois raisons principales. Premièrement, éviter le risque d’intrusion humaine en informant les générations futures de l’existence et du contenu de Cigéo.

Les déchets comme une nouvelle source de carburant

Deuxièmement, donner aux générations futures autant d’informations que possible pour leur permettre de prendre leurs propres décisions concernant les déchets. Ils pourraient, par exemple, vouloir récupérer les déchets parce que de nouveaux usages ou solutions ont été créés. Gerry Thomas, titulaire de la chaire de pathologie moléculaire à l’Imperial College London, estime qu’une grande partie des déchets destinés aux entrepôts constitueront peut-être un jour une nouvelle source importante de carburant sans carbone.

Troisièmement, le patrimoine culturel: un dépôt géologique correctement documenté fournirait une mine d’informations à un futur archéologue. Je ne connais pas d’autres endroits ou systèmes dans lesquels vous avez à la fois des objets du passé et de très grandes descriptions concrètes de la manière dont ces produits ont été fabriqués, d’où ils viennent, comment nous les avons considérés, etc., déclare Dumont. .

La mémoire est transmise oralement de génération en génération. Pour étudier cela, Dumont a demandé aux chercheurs de prendre en compte des exemples historiques de transmission orale, en utilisant comme étude de cas le canal du Midi du XVIIe siècle situé entre la Méditerranée et l’océan Atlantique. Ici, depuis 300 ans, les mêmes familles ont travaillé à l’entretien du canal, en transmettant le savoir-faire de père en fils.

Communiquer largement sur Cigéo

Dumont évoque également la nécessité de faire en sorte que le plus grand nombre de personnes possible entende parler de Cigéo. Dans le cadre de cette stratégie, l’Andra a organisé une série de concours annuels demandant aux artistes de suggérer des moyens de marquer le site. Par exemple, Les Nouveaux Voisins, lauréats du prix 2016, ont imaginé la construction de 80 piliers en béton de 30 mètres de haut, chacun avec un chêne planté au sommet. Au fil des ans, les piliers s’enfonçaient lentement et les chênes les remplaçaient, laissant des traces tangibles au-dessus et au-dessous du dépôt.

Benoît Jaquet, secrétaire général du CLIS, au siège de l’organisation dans le centre-ville de Bure - Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Benoît Jaquet, secrétaire général du CLIS, au siège de l’organisation dans le centre-ville de Bure – Crédit : Emily Graham pour Mosaic

En quittant le centre des visiteurs de l’Andra, je traverse un paysage parsemé de couleurs vives, du roux du bois au vert clair et calcaire d’un champ de blé, en direction de Bure, un petit village d’environ 90 habitants. La population vieillit.

Les jeunes ne peuvent pas rester ici s’ils veulent étudier et trouver un emploi, me confie Benoît Jaquet. Un village qui soutenait autrefois une dizaine d’agriculteurs n’en abrite plus que deux ou trois. Bien qu’il ne soit pas résident de Bure, Jaquet est le secrétaire général du CLIS, une organisation composée d’élus locaux, de représentants de syndicats et d’organisations professionnelles et d’associations environnementales.

Son objectif est de fournir à la communauté locale des informations sur Cigéo, d’organiser des réunions publiques et de surveiller le travail de l’Andra, par exemple en chargeant des experts indépendants d’examiner le travail de l’Agence.

Si le dépôt est construit, dit Jaquet, la loi française exige que le CLIS soit transformé en une commission locale qui durera aussi longtemps que le dépôt. C’est donc aussi un moyen de passer le flambeau, dit-il. S’il y a une commission locale, il y a une mémoire, pas la mémoire de l’Andra, mais une mémoire externe.

La transmission de la mémoire de génération en génération

Parallèlement, l’Andra a mis en place trois groupes de mémoire régionaux, composés chacun d’une vingtaine de locaux intéressés. Ils se réunissent tous les six mois et font leurs propres suggestions pour transmettre la mémoire du dépôt. Jusqu’ici, les idées incluent la collecte et la conservation des témoignages oraux et l’organisation d’une cérémonie de commémoration annuelle sur le site, organisée par et pour la population locale. Un nucléaire battant les bornes, un solstice d’été radioactif, un pôle d’atome.

Cette dernière idée fait écho aux travaux de Claudio Pescatore et de Claire Mays, anciens employés de l’Agence de l’énergie nucléaire, organisme basé à Paris qui soutient la coopération intergouvernementale sur les questions nucléaires. Ils ont écrit dans un article de recherche: Ne cachez pas ces installations; ne les séparez pas, mais faites-en UNE partie de la communauté… quelque chose qui appartient au tissu social local.

Célébrer le dépot comme un monument ?

Ils ont ensuite suggéré qu’un monument célébrant le dépôt puissent être créés et ont soutenu que s’il avait un caractère distinctif et la qualité esthétique, ne serait-ce pas une raison pour que les communautés possèdent fièrement le site et le maintiennent ?

Le dépositaire, je demande à Jaquet, pourrait-il un jour devenir une destination touristique ? Au contraire, certains membres du CLIS affirment que chaque personne vivant ici quittera le district à cause du risque, à cause de l’image du dépôt en tant que poubelle. Bien sûr, certains pensent aussi que le dépôt créera des emplois et que cela deviendra une nouvelle Silicon Valley. Peut-être que la réalité se situera quelque part entre les deux, mais une attraction touristique ? Je ne suis pas sûr de ça.

En face du CLIS et de la mairie, se trouve une grande maison en pierre délabrée ornée d’une banderole. Cela se traduit par: Zone libre de Bure: maison de résistance contre les déchets nucléaires. Depuis 2004, un groupe rotatif de manifestants anti-nucléaires et anti-dépôts se sont succédés sur le site. En continuant de faire campagne contre Cigéo, et vraisemblablement en transmettant leurs convictions aux générations futures, les manifestants maintiendraient nécessairement la mémoire du dépositaire vivante et à la vue du public, la maison en pierre délabrée devenant son propre monument pour Cigéo.

Les pro et les anti-dépots

En fait, les groupes pro-dépôts ont besoin des groupes anti-dépôts pour rester en vie afin de fournir une bonne mémoire, déclare Florian Blanquer. Heureusement, nous sommes en France. En France, il y a toujours des opposants à quelque chose !

Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Ne vous fiez qu’à la transmission du savoir entre générations et vous ne pourrez jamais garantir une ligne de succession ininterrompue. Ne vous fiez qu’à la communication directe et vous risquez de laisser derrière vous un message que même si elle survit physiquement, personne ne sera finalement capable de comprendre. Andra a donc demandé à Blanquer de rechercher comment transmettre un message sans langage écrit.

De nombreux signes visuels sont, comme les langues, spécifiques à la culture. De plus, nous savons que les significations des signes ne sont pas toujours stables dans le temps.

Le signe universel de la figure humaine

Pourtant, Blanquer pensait qu’il y avait un signe universel: une image d’une figure humaine. Et chaque être humain… appréhende son corps à travers l’espace de la même manière. Il y a un haut et un bas, un gauche et un droit, un avant et un arrière , écrit-il dans un document de conférence. Les pictogrammes (symboles picturaux pour un mot ou une phrase) basés sur une figure anthropomorphique en mouvement sont susceptibles d’être universellement reconnus, a-t-il décidé.

Il avait maintenant une idée, mais ce n’était pas suffisant. Vous pourriez dessiner une bande dessinée montrant une personne s’approchant d’un déchet radioactif, le touchant et le laissant tomber. Mais comment pouvez-vous garantir que les panneaux seront lus dans le bon ordre ? Ou que toucher les déchets sera interprété comme une action négative ? Et comment un pictogramme reposant sur la représentation visuelle d’objets tangibles peut-il transmettre un message sur la radioactivité, quelque chose qui ne peut être ni vu ni touché ?

En réponse à ces problèmes, Blanquer a conçu ce qu’il appelle un dispositif praxéologique. Indépendamment de tout langage verbal, il enseigne à la personne qui le rencontre un nouveau système de communication spécialement créé à cet effet.

Apprendre le message au fur et à mesure

Blanquer envisage une série de passages souterrains, peut-être dans les tunnels d’accès du dépôt. Sur le mur du premier passage se trouve un pictogramme rectangulaire montrant une personne le long du passage et une ligne de traces de pas indiquant la direction du mouvement.

Au fond du couloir se trouvent un trou, une échelle et trois autres pictogrammes. Un pictogramme circulaire représente une personne qui s’accroche à l’échelle; un pictogramme triangulaire montre une personne qui ne tient pas et qui tombe par conséquent. Et ça continue.

De cette façon, vous commencez à établir des motifs: vous apprenez d’abord que la figure dessinée sur les murs a trait aux actions d’une personne ici et ensuite que vous devez copier les actions dans les cercles et éviter les actions dans les triangles. Ce qui est vraiment intéressant, c’est l’idée que les gens apprennent par eux-mêmes, déclare Dumont. L’apprentissage est important à long terme lorsque vous ne pouvez pas compter uniquement sur la transmission de génération en génération.

Cacher complètement le dépot de Cigéo ?

Il y a eu une autre proposition radicale sur la manière de gérer la menace d’intrusion humaine, cacher complètement le dépôt aux générations futures.

Certains font valoir que, les dépôts étant des systèmes passifs, enfouis très probablement dans des zones sans ressources naturelles profondes, la question de la préservation de la mémoire est sans objet.

À l’heure actuelle, personne ne peut concevoir pourquoi quiconque dans le futur voudra creuser 490 mètres pour atteindre la formation d’argile prévue pour Cigéo. Cela réduit les risques d’intrusion par inadvertance. Et après environ 100 000 ans, presque toutes les traces de surface et tous les marqueurs complexes en surface auront disparu.

Il ne restera que quelques légères empreintes, peut-être une légère protubérance ou deux. Des choses qui, à l’œil non averti, peuvent sembler n’être que la forme naturelle de la terre. Finalement, ce sera comme si personne n’était jamais là, comme s’il n’y avait rien à retenir pour personne.

L’oubli total est quasi impossible

Mais Blanquer avertit que l’oubli n’est pas si facile: On ne peut pas se dire: je vais oublier. C’est comme essayer de ne pas penser aux éléphants roses. Si vous voulez l’oublier, vous devez d’abord vous débarrasser de toute information à ce sujet. Cela signifierait supprimer le Web et détruire beaucoup d’ordinateurs, beaucoup de journaux, beaucoup de livres.

Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Crédit : Emily Graham pour Mosaic

Selon lui, le cinéaste danois Michael Madsen a déclaré à propos du dépôt finlandais, qu’il n’était plus possible que Cigéo devienne un endroit qu’il ne faut jamais oublier d’oublier.

L’été dernier, je suis parti avec des amis pour faire une partie de Ridgeway, une ancienne route de longue distance à travers les collines de Chiltern et North Wessex Downs, dans le sud de l’Angleterre. Sur la colline Whiteleaf, le chemin blanc crayeux passe près des vestiges d’un tumulus néolithique, vieux de 5 000 ans environ. Vous pouvez remarquer immédiatement que ce n’est pas naturel, la façon dont la terre a été massée sur la colline, mais aujourd’hui, il y a peu à voir sauf un monticule herbeux bas avec une vue sur les champs et les bois du Buckinghamshire et de la petite ville de Princes Risborough.

Les traces perdureront

Nous ne savons pas qui a construit la chambre funéraire ni le nom de la personne inhumée, quelle langue ils ont parlée et ce qu’ils pensaient être le monde dans 5 000 ans. En regardant la brouette, ce n’était pas une continuité avec le passé que je ressentais, mais une distance.

Dans les années 1930, Lindsay Scott, une archéologue, ouvrit le tumulus de Whiteleaf Hill et découvrit les restes d’un squelette humain, environ 60 pièces de poterie, de tessons de silex et d’ossements d’animaux. Et au moment où nous entrons dans les chambres funéraires à la recherche de réponses, les archéologues du futur pourraient un jour se retrouver pénétrés dans les couloirs et tunnels en béton du lieu-dit Cigéo.

En regardant dans les ténèbres, ils se demanderont qui a construit cet endroit et pourquoi ? Pourquoi sont-ils venus ici, creusant si loin sous la surface de la terre? Que fuyaient-ils ou essayaient-ils de cacher ?

À la lumière qu’ils transportent, les archéologues verront des marques sur les murs du passage. En se rapprochant, ils distinguent une série d’empreintes de pas qui s’étendent devant eux, dans le couloir. Dans l’obscurité qui se profile, cela devient clair, quelqu’un leur a laissé un message.

Traduction d’un article de Mosaic par Helen Gordon.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *