Comment les morts pourraient ressusciter… numériquement

Est-ce que nos chers défunts pourraient revenir à la vie sous une forme numérique. Tout est possible, mais les implications éthiques sont nombreuses.


Est-ce que nos chers défunts pourraient revenir à la vie sous une forme numérique. Tout est possible, mais les implications éthiques sont nombreuses.

Vous vous réveillez, vous vous préparez pour le travail, prenez un toast et un café avec votre épouse, puis dites au revoir. C’est votre journée de travail typique. Il y a cependant quelque chose d’inhabituel: votre bien-aimée est morte depuis de nombreuses années. Vous n’avez pas déjeuné avec votre conjoint, mais plutôt avec une de votre conjoint.

La simulation du

La simulation réside dans un environnement virtuel, auquel peut éventuellement accéder un appareil tel que l’ Rift. Une société de numérique a capturé et analysé des torrents de données sur votre femme afin de créer une ressemblance numérique. Sa voix, sa démarche, ses idiosyncrasies et ses manières, les ondulations de son rire sont toutes reproduites avec une similitude presque parfaite. Passer du temps avec votre épouse renée numériquement fait désormais partie de votre quotidien.

La est souvent considérée comme le grand niveleur qui marque la cessation de l’expérience. Mais cela n’est peut-être pas le cas. Même si les morts ne peuvent plus interagir avec nous, nous pouvons toujours interagir avec une simulation d’eux. C’est la de mon père qui m’a inspiré à me lancer dans un projet visant à faire de ce fantasme une réalité.

Il y a deux cents ans, la plupart des gens n’avaient pas accès à une photo de leur cher défunt et, il y a quelques décennies, on pouvait en dire autant de tout film d’une personne. Cependant, les simulations pourraient bientôt imiter avec précision les personnes décédées afin que nous puissions continuer à interagir avec elles comme si elles continuaient à vivre. Alors que les technologies émergentes conspirent pour intégrer les simulations de morts à nos vies, cette possibilité n’est plus du domaine de la science-fiction.

Des mégadonnées pour reconstruire une simulation

Avec les smartphones, le mouvement de soi quantifié et la collecte massive de données en ligne, on peut obtenir une vision passablement précise du comportement d’une personne. Ce type de collecte de données serait la base de la création de simulations du défunt. Les humains ont naturellement tendance à attribuer à des agences, voire à leur personnalité, d’animer des objets, de sorte que la création d’une simulation convaincante n’est peut-être pas aussi difficile qu’il n’y paraît.

Considérons Eliza, un programme informatique avec quelques lignes de code créé dans les années 1960 qui pourrait convaincre les gens qu’ils discutaient avec un psychothérapeute. Et les robots sont de plus en plus sophistiqués depuis cette époque.

Une objection immédiate est qu’une simulation ne sera jamais aussi riche que la réalité. Mais cela revient à dire qu’un programme d’échecs ne sera pas capable de jouer aux échecs de la même manière astucieuse qu’un champion humain. Bien que Deep Blue d’IBM ait une architecture de jeu d’échecs exhaustive et basée sur la recherche qui n’était pas élégante, elle a réussi à vaincre le plus grand grand maître d’échecs de tous les temps.

Réussir le test de Turing

Si notre simulation hypothétique réussit la version du test de Turing par la personne décédée, nous avons alors accompli la tâche qui consiste à faire l’expérience des morts. Ne vous attardez pas pour attribuer au logiciel une intelligence ou une conscience. Si le seul objectif est d’avoir l’expérience de l’interaction avec une personne qui est maintenant décédée, alors la métaphysique de l’identité personnelle est sans importance.

Un tel système aura-t-il une âme ? Sera-ce conscient ? Au mieux, ces questions ne sont pas pertinentes et, au pire, elles nous empêchent d’essayer de créer des simulations. Mon projet vise à rendre possibles les expériences d’une personne décédée, mais pas nécessairement les expériences avec la personne décédée.

Les simulations peuvent être considérées comme la prochaine étape dans l’évolution du deuil. Que ce soit en écrivant des éloges, en construisant des monuments commémoratifs, en construisant des tombeaux ou simplement en conservant une photo sur la table de nuit, les cultures ont différentes façons de se souvenir et de deuil, mais elles s’en souviennent toujours. L’un des grands appels de la religion est la promesse de retrouver les disparus sous une forme ou une autre. Les simulations montrent la possibilité que les vivants ne soient plus définitivement séparés des morts.

Changement drastique sur le deuil

Ces simulations vont également changer notre relation au vivant. Imaginez que vous n’ayez pas à dire adieu à tout le monde (jusqu’à votre mort). La mort d’un ami se heurterait bien sûr au deuil et à une profonde tristesse. Mais à tout moment dans le futur, vous pourrez toujours passer du temps à rire et à évoquer des souvenirs avec une simulation si semblable à celle de votre ami, ce qui rendrait difficile la distinction entre les deux.

En même temps, un monde où vous pouvez interagir librement avec des simulations idéalisées d’autres personnes pourrait avoir un effet néfaste sur les relations dans le monde réel. Pourquoi interagir avec votre oncle pétulant dans la vie réelle quand vous pouvez interagir avec une version idéalisée et bien plus amusante de lui dans le monde numérique ? Après tout, les robots peuvent être désactivés et leurs traits gênants simplement supprimés. Pourquoi s’embêter avec les vivants si les morts peuvent fournir un confort et une personnalité adaptée à nos caprices ?

L’émergence de comportements inattendus

Des comportements nouveaux et inattendus pourraient également émerger. Peut-être que des simulations permettront aux gens de garder rancune même après le décès d’une personne, en continuant à combattre un bot à portée de clic. Alternativement, l’un peut attendre la disparition de l’autre et abandonner ses rancunes plus tard pour pouvoir traiter une version plus agréable de cette personne. La seule différence est que ce ne sera pas une personne avec laquelle ils interagiront, mais plutôt un simulacre.

Si nous ne commençons pas une discussion sur la possibilité et la viabilité de simulations du défunt maintenant, elles nous seront imposées lorsque nous ne serons pas prêts à les recevoir dans un proche avenir. La route sera semée de dilemmes moraux et de questions sur la condition humaine. Bientôt, la ligne qui sépare les vivants des morts pourrait ne pas être aussi claire.

Traduction d’un article sur Aeon par Muhammad Aurangzeb Ahmad, analyste senior de données et professeur associé en informatique à l’université de Washington.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *